Être baptisé c’est bien, vivre la vie de baptisé c’est beaucoup mieux!

Être baptisé c’est bien, vivre la vie de baptisé c’est beaucoup mieux!
  •  
  •  
  •  
  •  

image_pdfTélécharger en PDF

Lectures de la messe

Première lecture

« Venez, voici de l’eau ! Écoutez, et vous vivrez » (Is 55, 1-11)

Lecture du livre du prophète Isaïe

Ainsi parle le Seigneur :
Vous tous qui avez soif,
venez, voici de l’eau !
Même si vous n’avez pas d’argent,
venez acheter et consommer,
venez acheter du vin et du lait
sans argent, sans rien payer.
Pourquoi dépenser votre argent pour ce qui ne nourrit pas,
vous fatiguer pour ce qui ne rassasie pas ?
Écoutez-moi bien, et vous mangerez de bonnes choses,
vous vous régalerez de viandes savoureuses !
Prêtez l’oreille ! Venez à moi !
Écoutez, et vous vivrez.
Je m’engagerai envers vous par une alliance éternelle :
ce sont les bienfaits garantis à David.
Lui, j’en ai fait un témoin pour les peuples,
pour les peuples, un guide et un chef.
Toi, tu appelleras une nation inconnue de toi ;
une nation qui ne te connaît pas accourra vers toi,
à cause du Seigneur ton Dieu,
à cause du Saint d’Israël, car il fait ta splendeur.

Cherchez le Seigneur tant qu’il se laisse trouver ;
invoquez-le tant qu’il est proche.
Que le méchant abandonne son chemin,
et l’homme perfide, ses pensées !
Qu’il revienne vers le Seigneur
qui lui montrera sa miséricorde,
vers notre Dieu
qui est riche en pardon.
Car mes pensées ne sont pas vos pensées,
et vos chemins ne sont pas mes chemins,
– oracle du Seigneur.
Autant le ciel est élevé au-dessus de la terre,
autant mes chemins sont élevés au-dessus de vos chemins,
et mes pensées, au-dessus de vos pensées.

La pluie et la neige qui descendent des cieux
n’y retournent pas sans avoir abreuvé la terre,
sans l’avoir fécondée et l’avoir fait germer,
donnant la semence au semeur
et le pain à celui qui doit manger ;
ainsi ma parole, qui sort de ma bouche,
ne me reviendra pas sans résultat,
sans avoir fait ce qui me plaît,
sans avoir accompli sa mission.

– Parole du Seigneur.

OU BIEN :

Première lecture

« L’Esprit, l’eau et le sang » (1 Jn 5, 1-9)

Lecture de la première lettre de saint Jean

Bien-aimés,
celui qui croit que Jésus est le Christ,
celui-là est né de Dieu ;
celui qui aime le Père qui a engendré
aime aussi le Fils qui est né de lui.
Voici comment nous reconnaissons
que nous aimons les enfants de Dieu :
lorsque nous aimons Dieu
et que nous accomplissons ses commandements.
Car tel est l’amour de Dieu :
garder ses commandements ;
et ses commandements ne sont pas un fardeau,
puisque tout être qui est né de Dieu
est vainqueur du monde.
Or la victoire remportée sur le monde,
c’est notre foi.
Qui donc est vainqueur du monde ?
N’est-ce pas celui qui croit
que Jésus est le Fils de Dieu ?
C’est lui, Jésus Christ,
qui est venu par l’eau et par le sang :
non pas seulement avec l’eau,
mais avec l’eau et avec le sang.
Et celui qui rend témoignage, c’est l’Esprit,
car l’Esprit est la vérité.
En effet, ils sont trois qui rendent témoignage,
l’Esprit, l’eau et le sang,
et les trois n’en font qu’un.
Nous acceptons bien le témoignage des hommes ;
or, le témoignage de Dieu a plus de valeur,
puisque le témoignage de Dieu,
c’est celui qu’il rend à son Fils.

– Parole du Seigneur.

Cantique

(Is 12, 2, 4bcd, 5-6)

R/ Exultant de joie, vous puiserez les eaux
aux sources du salut !
(Is 12, 3)

Voici le Dieu qui me sauve :
j’ai confiance, je n’ai plus de crainte.
Ma force et mon chant, c’est le Seigneur ;
il est pour moi le salut.

Rendez grâce au Seigneur,
proclamez son nom,
annoncez parmi les peuples ses hauts faits !
Redites-le : « Sublime est son nom ! »

Jouez pour le Seigneur, il montre sa magnificence,
et toute la terre le sait.
Jubilez, criez de joie, habitants de Sion,
car il est grand au milieu de toi, le Saint d’Israël !

Évangile

« Tu es mon Fils bien-aimé ; en toi, je trouve ma joie » (Mc 1, 7-11)

Alléluia. Alléluia.
Voyant Jésus venir à lui, Jean déclara :
« Voici l’Agneau de Dieu,
qui enlève le péché du monde. »
Alléluia. (Jn 1, 29)

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc

En ce temps-là,
Jean le Baptiste proclamait :
« Voici venir derrière moi
celui qui est plus fort que moi ;
je ne suis pas digne de m’abaisser
pour défaire la courroie de ses sandales.
Moi, je vous ai baptisés avec de l’eau ;
lui vous baptisera dans l’Esprit Saint. »

En ces jours-là,
Jésus vint de Nazareth, ville de Galilée,
et il fut baptisé par Jean dans le Jourdain.
Et aussitôt, en remontant de l’eau,
il vit les cieux se déchirer
et l’Esprit descendre sur lui comme une colombe.
Il y eut une voix venant des cieux :
« Tu es mon Fils bien-aimé ;
en toi, je trouve ma joie. »

– Acclamons la Parole de Dieu.

Méditation

Frères et sœurs dans le Seigneur Jésus Christ, que la grâce du Seigneur abonde dans chacune de nos vies ce matin. Aujourd’hui, avec la Fête du baptême du Seigneur, nous sortons officiellement du temps de Noël. Le temps de ranger notre arbre de noël, notre crèche pour l’année prochaine et surtout de prendre le temps de méditer sur la joie de noël pour l’emporter dans le temps ordinaire.

Aujourd’hui, le texte nous présente le Baptême de notre Seigneur Jésus. Le Seigneur a voulu en toute chose partagé notre condition humaine, à l’exception du péché. Il, le Fils de Dieu, a bien voulu se faire baptiser par Saint Jean le Baptiste avant de commencer son ministère. Il n’avait pas de péché, mais il a voulu être plongé dans les eaux du baptême de conversion. Pourquoi? Aussi pour nous faire comprendre l’importance du baptême.

Le baptême est important, dans toutes les cultures du monde, il y a un rite de passage, pour quitter une ancienne vie à une nouvelle vie, pour marquer que nous sommes vraiment membres de la communauté. Dans l’Église, en tant que chrétien, c’est le baptême, qui marque notre entrée dans la grande famille des enfants bien-aimés de Dieu, notre coupure radicale et totale avec notre ancienne vie, notre ancien mode de fonctionnement. Le baptême est très important, c’est par lui que nous sommes lavés de nos péchés, du péché originel et que nous obtenons la grâce de nous convertir chaque jour et de devenir semblable au Christ.

Lors de notre baptême nous avons reçu cette grâce. La question est de savoir ce que nous avons fait de cela. Est ce que nous continuons de profiter de cette grâce et est ce que notre vie ressemble à une vie de témoins de Jésus? Est ce qu’en nous voyant vivre, parler, agir, on peut reconnaître en nous, quelqu’un qui a dit « Oui » à la vie chrétienne pour toujours? Ou avons-nous refait alliance avec le péché? Avons-nous oublié notre alliance avec le Seigneur, et nous avons laissé le péché s’installer dans notre vie?

Le baptême n’a de sens que si nous le laissons transformer radicalement nos vies. On doit voir une croissance, un avant et un après lorsque nous nous sommes baptisés, sinon la grâce nous aura été donnée en vain. Méditons donc sur nos vies et remettons nous dans la course pour la vie éternelle. C’est par notre vie de baptisé que nous entrerons dans la lumière éternelle avec le Seigneur et que nous profiterons sur cette terre des promesses de bonheur, de prospérité, de paix, de joie du Seigneur.

Prions

Seigneur, nous te supplions de nous accorder la grâce de vivre en véritable fils et filles bien aimés du Seigneur dans la grâce de notre baptême.

Intercession

Pour tous ceux qui sont entrain de se préparer au baptême, nous te supplions Seigneur de leur accorder la grâce d’un véritable désir de conversion et de changement radical de vie.

Maman Marie intercède pour nous.

Exercice spirituel

Prenons la décision de nous débarrasser d’un péché qui nous empêche de vivre notre vie de baptisé pleinement.

Flora Kamta, Communauté des Disciples du Christ Vivant


  •  
  •  
  •  
  •  

admin

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
13 × 22 =


Read also x