Homélie de la solennité de Pâques année liturgique B!

Homélie de la solennité de Pâques année liturgique B!
  •  
  •  
  •  
  •  

image_pdfTélécharger en PDF

Messe du jour de Pâques

Première lecture

« Nous avons mangé et bu avec lui après sa résurrection d’entre les morts » (Ac 10, 34a.37-43)

Lecture du livre des Actes des Apôtres

En ces jours-là,
quand Pierre arriva à Césarée
chez un centurion de l’armée romaine,
il prit la parole et dit :
« Vous savez ce qui s’est passé à travers tout le pays des Juifs,
depuis les commencements en Galilée,
après le baptême proclamé par Jean :
Jésus de Nazareth,
Dieu lui a donné l’onction d’Esprit Saint et de puissance.
Là où il passait, il faisait le bien
et guérissait tous ceux qui étaient sous le pouvoir du diable,
car Dieu était avec lui.
Et nous, nous sommes témoins
de tout ce qu’il a fait dans le pays des Juifs et à Jérusalem.
Celui qu’ils ont supprimé en le suspendant au bois du supplice,
Dieu l’a ressuscité le troisième jour.
Il lui a donné de se manifester,
non pas à tout le peuple,
mais à des témoins que Dieu avait choisis d’avance,
à nous qui avons mangé et bu avec lui
après sa résurrection d’entre les morts.
Dieu nous a chargés d’annoncer au peuple et de témoigner
que lui-même l’a établi Juge des vivants et des morts.
C’est à Jésus que tous les prophètes rendent ce témoignage :
Quiconque croit en lui
reçoit par son nom le pardon de ses péchés. »

– Parole du Seigneur.

Psaume

(117 (118), 1.2, 16-17, 22-23)

R/ Voici le jour que fit le Seigneur,
qu’il soit pour nous jour de fête et de joie !
(117, 24)

Rendez grâce au Seigneur : Il est bon !
Éternel est son amour !
Oui, que le dise Israël :
Éternel est son amour !

Le bras du Seigneur se lève,
le bras du Seigneur est fort !
Non, je ne mourrai pas, je vivrai
pour annoncer les actions du Seigneur.

La pierre qu’ont rejetée les bâtisseurs
est devenue la pierre d’angle :
c’est là l’œuvre du Seigneur,
la merveille devant nos yeux.

Deuxième lecture

« Recherchez les réalités d’en haut, là où est le Christ » (Col 3, 1-4)

Lecture de la lettre de saint Paul apôtre aux Colossiens

Frères,
si vous êtes ressuscités avec le Christ,
recherchez les réalités d’en haut :
c’est là qu’est le Christ, assis à la droite de Dieu.
Pensez aux réalités d’en haut,
non à celles de la terre.

En effet, vous êtes passés par la mort,
et votre vie reste cachée avec le Christ en Dieu.
Quand paraîtra le Christ, votre vie,
alors vous aussi, vous paraîtrez avec lui dans la gloire.

– Parole du Seigneur.

On peut aussi choisir le texte suivant.

Deuxième lecture

« Purifiez-vous des vieux ferments, et vous serez une Pâque nouvelle » (1 Co 5, 6b-8)

Lecture de la première lettre de saint Paul apôtre aux Corinthiens

Frères,
ne savez-vous
pas qu’un peu de levain suffit
pour que fermente toute la pâte ?
Purifiez-vous
donc des vieux ferments,
et vous serez une pâte nouvelle,
vous qui êtes le pain de la Pâque,
celui qui n’a pas fermenté.
Car notre agneau pascal a été immolé :
c’est le Christ.

Ainsi, célébrons la Fête,
non pas avec de vieux ferments,
non pas avec ceux de la perversité et du vice,
mais avec du pain non fermenté,
celui de la droiture et de la vérité.

– Parole du Seigneur.

Séquence

()

À la Victime pascale,
chrétiens, offrez le sacrifice de louange.

L’Agneau a racheté les brebis ;
le Christ innocent a réconcilié
l’homme pécheur avec le Père.

La mort et la vie s’affrontèrent
en un duel prodigieux.
Le Maître de la vie mourut ; vivant, il règne.

« Dis-nous, Marie Madeleine,
qu’as-tu vu en chemin ? »

« J’ai vu le sépulcre du Christ vivant,
j’ai vu la gloire du Ressuscité.

J’ai vu les anges ses témoins,
le suaire et les vêtements.

Le Christ, mon espérance, est ressuscité !
Il vous précédera en Galilée. »

Nous le savons : le Christ
est vraiment ressuscité des morts.

Roi victorieux,
prends-nous tous en pitié !
Amen.

Évangile

« Il fallait que Jésus ressuscite d’entre les morts » (Jn 20, 1-9)

Alléluia. Alléluia.
Notre Pâque immolée, c’est le Christ !
Célébrons la Fête dans le Seigneur !
Alléluia. (cf. 1 Co 5, 7b-8a)

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

Le premier jour de la semaine,
Marie Madeleine se rend au tombeau de grand matin ;
c’était encore les ténèbres.
Elle s’aperçoit que la pierre a été enlevée du tombeau.
Elle court donc trouver Simon-Pierre
et l’autre disciple,
celui que Jésus aimait,
et elle leur dit :
« On a enlevé le Seigneur de son tombeau,
et nous ne savons pas où on l’a déposé. »
Pierre partit donc avec l’autre disciple
pour se rendre au tombeau.
Ils couraient tous les deux ensemble,
mais l’autre disciple courut plus vite que Pierre
et arriva le premier au tombeau.
En se penchant, il s’aperçoit que les linges sont posés à plat ;
cependant il n’entre pas.
Simon-Pierre, qui le suivait, arrive à son tour.
Il entre dans le tombeau ;
il aperçoit les linges, posés à plat,
ainsi que le suaire qui avait entouré la tête de Jésus,
non pas posé avec les linges,
mais roulé à part à sa place.
C’est alors qu’entra l’autre disciple,
lui qui était arrivé le premier au tombeau.
Il vit, et il crut.
Jusque-là, en effet, les disciples n’avaient pas compris
que, selon l’Écriture,
il fallait que Jésus ressuscite d’entre les morts.

– Acclamons la Parole de Dieu.

Homélie

Frères et sœurs bien aimés, loué soit Jésus Christ !!!!!!

            Après une période de carême, nous voici parvenus à la célébration de Pâques. C’est une fête qui se renouvelle chaque année. Il est important pour nous de tout faire pour en comprendre la signification. Au départ, Pâque c’est la fête du passage. Elle nous rappelle qu’à l’époque de Moïse, le peuple hébreu a été libéré de l’esclavage d’Égypte. Ce peuple a traversé la mer rouge à pied sec pour s’acheminer progressivement vers la terre promise. Et en ce jour, nous fêtons le Christ qui est « passé » de la mort à la vie.

            Des passages, il y en eu beaucoup dans notre existence. Ils sont parfois célébrés par une belle fête. La fête de Pâques nous éclaire sur tous ces passages qui marquent notre existence. Le grand passage de notre sauveur Jésus nous ouvre le chemin qui nous permettra d’aller plus loin. Célébrer la résurrection du Christ, c’est passer avec lui de la mort à la vie, c’est passer du pays de la servitude à la libération et au salut. Par notre baptême nous sommes ressuscités avec le Christ. Avec lui, nous sommes entrés dans la vie nouvelle et rien ne peut nous séparer de son amour. « Tendons donc vers les réalités d’en haut, et non pas celles de la terre », il s’agit pour nous d’aimer comme Jésus nous a aimés.

            Bien aimés du Seigneur, en ce jour de Pâques, nous sommes invités à revenir au cœur de la foi, à son fondement qui est la résurrection du Seigneur. La foi chrétienne tient par la vérité du témoignage selon lequel le Christ est ressuscité des morts, Saint Paul le dit avec une grande force dans sa première lettre aux corinthiens au chapitre 15, verset 14 : « Mais si le Christ n’est pas ressuscité, vide alors est notre message, vide aussi notre foi. » Rendons grâce au Seigneur qui fait des merveilles dans notre vie. Il est présent dans notre vie de tous les jours et jusqu’à la fin du monde.

            L’évangile que nous venons de suivre, nous présente le témoignage de Marie Madeleine qui fut la première à voir le tombeau vide. Pour elle, c’est vraiment un choc. Elle court prévenir les apôtres. A leur tour, Pierre et Jean arrivent sur les lieux. Jean est plus rapide, mais laisse entrer Pierre qui regarde sans rien comprendre. Quand nous sommes accablés par le malheur, quand nous voyons toutes ces guerres et ces violences dans le monde, nous avons du mal à reconnaître la présence du Christ ressuscité. Pour Jean, c’est différent : il vit et il crut. Cette attitude vient de son lien privilégié avec Jésus. C’est l’amour qui le lie à Jésus qui le fait courir plus vite.

C’est par cet amour qu’il croit en Jésus. Ce passage nous révèle à quel point l’évangile peut stimuler notre foi. L’important n’est pas de parler de Jésus mais d’avoir une vraie relation avec lui. Il nous aime tels que nous sommes et il ne demande qu’à être présent dans toute notre vie. Il nous arrive souvent de chanter : « Tu es là au cœur de nos vies… » Le problème c’est que nous, bien souvent, nous sommes ailleurs, loin de lui. Mais il ne cesse de nous appeler car il veut nous associer à sa victoire sur la mort et le péché.

            La résurrection du Christ est un évènement qui bouleverse l’histoire de l’humanité. De cet évènement découle la joie véritable. C’est cette joie dont notre monde a tant besoin. Notre monde est souvent marqué par la tristesse et l’inquiétude. En ce matin de Pâques, nous sommes invités à accueillir la joie. Nous aspirons tous à être aimer et à aimer Dieu. Dieu nous a créés par amour et veut nous faire participer à sa propre joie, divine et éternelle. C’est en Jésus mort et ressuscité que se manifeste le plus clairement l’amour de Dieu pour chacun d’entre nous. En ce matin de Pâques, c’est la joie du salut qui nous est donnée. Le Christ est vivant, il est celui qui a vaincu le mal, la mort et le péché. Il est désormais présent avec nous jusqu’à la fin du monde.

            Nous sommes aussi conviés à être témoin de la joie, à être missionnaire de la joie. Tant de gens ont besoin de savoir que la joie est encore possible. La joie doit donc être partagée. Nous sommes invités à aller dire notre joie d’avoir trouvé ce trésor qui est Jésus lui-même. Nous ne pouvons pas garder pour nous la joie de la foi. Pour qu’elle puisse demeurer en nous, nous devons la transmettre.

            Frères et sœurs bien aimés, cette fête de Pâques qui est le fondement de notre foi va durer 50 jours. C’est pour nous l’occasion de laisser mourir en nous tous ce qui nous empêche de témoigner le Seigneur et d’appeler à la vie ce qui doit vivre. Le Christ ressuscité nous invite à choisir la vie et à nous laisser envahir par l’amour de Dieu. C’est ainsi que nous pourrons faire reculer la haine, les querelles, le mépris des autres, les guerres, les violences…N’ayons pas peur des forces du mal et de la mort. Dieu a ressuscité Jésus d’entre les morts et il nous donne le désir de vivre en ressusciter avec lui.

Que l’expérience du Christ ressuscité, nous conduise dans les profondeurs de la vie spirituelle et dans son intimité, afin que les évènements de la vie quotidienne ne nous accablent pas.

            Vierge Marie, conçu sans péché, ouvre nos cœurs en la foi de ton Fils toujours vivant, capable de nous ressusciter à une vie d’amour belle et généreuse pour accéder au royaume de l’amour.

            En ce jour, nous te prions Seigneur ressuscité : viens enlever de nos cœurs la pierre qui nous enferme dans les ténèbres. Que la lumière de Pâques brille dans nos cœurs, dans nos familles et sur le monde entier.

« Gloire à toi qui étais mort, Gloire à toi qui est vivant, notre sauveur et notre Dieu : viens Seigneur Jésus ! » AMEN.

Abbé FOTSA William, diocèse de Bafoussam


  •  
  •  
  •  
  •  

admin

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
18 + 11 =


Read also x