Homélie de la solennité du Christ Roi de l’univers année A

Homélie de la solennité du Christ Roi de l’univers année A
  •  
  •  
  •  
  •  

image_pdfTélécharger en PDF

Lectures de la messe

Première lecture

« Toi, mon troupeau, voici que je vais juger entre brebis et brebis » (Ez 34, 11-12.15-17)

Lecture du livre du prophète Ézékiel

Ainsi parle le Seigneur Dieu :
Voici que moi-même, je m’occuperai de mes brebis,
et je veillerai sur elles.
    Comme un berger veille sur les brebis de son troupeau
quand elles sont dispersées,
ainsi je veillerai sur mes brebis,
et j’irai les délivrer dans tous les endroits où elles ont été dispersées
un jour de nuages et de sombres nuées.
    C’est moi qui ferai paître mon troupeau,
et c’est moi qui le ferai reposer,
– oracle du Seigneur Dieu.
    La brebis perdue, je la chercherai ;
l’égarée, je la ramènerai.
Celle qui est blessée, je la panserai.
Celle qui est malade, je lui rendrai des forces.
Celle qui est grasse et vigoureuse,
je la garderai, je la ferai paître selon le droit.
    Et toi, mon troupeau
– ainsi parle le Seigneur Dieu –,
voici que je vais juger entre brebis et brebis,
entre les béliers et les boucs.

    – Parole du Seigneur.

Psaume

(Ps 22 (23), 1-2ab, 2c-3, 4, 5, 6)

R/ Le Seigneur est mon berger :
rien ne saurait me manquer.
(cf. Ps 22, 1)

Le Seigneur est mon berger :
je ne manque de rien.
Sur des prés d’herbe fraîche,
il me fait reposer.

Il me mène vers les eaux tranquilles
et me fait revivre ;
il me conduit par le juste chemin
pour l’honneur de son nom.

Si je traverse les ravins de la mort,
je ne crains aucun mal,
car tu es avec moi :
ton bâton me guide et me rassure.

Tu prépares la table pour moi
devant mes ennemis ;
tu répands le parfum sur ma tête,
ma coupe est débordante.

Grâce et bonheur m’accompagnent
tous les jours de ma vie ;
j’habiterai la maison du Seigneur
pour la durée de mes jours.

Deuxième lecture

« Il remettra le pouvoir royal à Dieu le Père, et ainsi, Dieu sera tout en tous » (1 Co 15, 20-26.28)

Lecture de la première lettre de saint Paul apôtre aux Corinthiens

Frères,
    le Christ est ressuscité d’entre les morts,
lui, premier ressuscité parmi ceux qui se sont endormis.
    Car, la mort étant venue par un homme,
c’est par un homme aussi que vient la résurrection des morts.
    En effet, de même que tous les hommes
meurent en Adam,
de même c’est dans le Christ
que tous recevront la vie,
    mais chacun à son rang :
en premier, le Christ,
et ensuite, lors du retour du Christ,
ceux qui lui appartiennent.
    Alors, tout sera achevé,
quand le Christ remettra le pouvoir royal à Dieu son Père,
après avoir anéanti, parmi les êtres célestes,
toute Principauté, toute Souveraineté et Puissance.
    Car c’est lui qui doit régner
jusqu’au jour où Dieu aura mis sous ses pieds tous ses ennemis.
    Et le dernier ennemi qui sera anéanti,
c’est la mort.
    Et, quand tout sera mis sous le pouvoir du Fils,
lui-même se mettra alors sous le pouvoir du Père
qui lui aura tout soumis,
et ainsi, Dieu sera tout en tous.

    – Parole du Seigneur.

Évangile

« Il siégera sur son trône de gloire et séparera les hommes les uns des autres » (Mt 25, 31-46)

Alléluia. Alléluia.
Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur !
Béni soit le Règne qui vient, celui de David notre père.
Alléluia. (Mc 11, 9b-10a)

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

En ce temps-là,
Jésus disait à ses disciples :
    « Quand le Fils de l’homme viendra dans sa gloire,
et tous les anges avec lui,
alors il siégera sur son trône de gloire.
    Toutes les nations seront rassemblées devant lui ;
il séparera les hommes les uns des autres,
comme le berger sépare les brebis des boucs :
    il placera les brebis à sa droite, et les boucs à gauche.

    Alors le Roi dira à ceux qui seront à sa droite :
‘Venez, les bénis de mon Père,
recevez en héritage le Royaume
préparé pour vous depuis la fondation du monde.
    Car j’avais faim, et vous m’avez donné à manger ;
j’avais soif, et vous m’avez donné à boire ;
j’étais un étranger, et vous m’avez accueilli ;
    j’étais nu, et vous m’avez habillé ;
j’étais malade, et vous m’avez visité ;
j’étais en prison, et vous êtes venus jusqu’à moi !’
    Alors les justes lui répondront :
‘Seigneur, quand est-ce que nous t’avons vu…?
tu avais donc faim, et nous t’avons nourri ?
tu avais soif, et nous t’avons donné à boire ?
    tu étais un étranger, et nous t’avons accueilli ?
tu étais nu, et nous t’avons habillé ?
    tu étais malade ou en prison…
Quand sommes-nous venus jusqu’à toi ?’
    Et le Roi leur répondra :
‘Amen, je vous le dis :
chaque fois que vous l’avez fait
à l’un de ces plus petits de mes frères,
c’est à moi que vous l’avez fait.’  

    Alors il dira à ceux qui seront à sa gauche :
‘Allez-vous-en loin de moi, vous les maudits,
dans le feu éternel préparé pour le diable et ses anges.
    Car j’avais faim, et vous ne m’avez pas donné à manger ;
j’avais soif, et vous ne m’avez pas donné à boire ;
    j’étais un étranger, et vous ne m’avez pas accueilli ;
j’étais nu, et vous ne m’avez pas habillé ;
j’étais malade et en prison, et vous ne m’avez pas visité.’
    Alors ils répondront, eux aussi :
‘Seigneur, quand t’avons-nous vu
avoir faim, avoir soif, être nu, étranger, malade ou en prison,
sans nous mettre à ton service ?’
    Il leur répondra :
‘Amen, je vous le dis :
chaque fois que vous ne l’avez pas fait
à l’un de ces plus petits,
c’est à moi que vous ne l’avez pas fait.’

    Et ils s’en iront, ceux-ci au châtiment éternel,
et les justes, à la vie éternelle. »

    – Acclamons la Parole de Dieu.

Homélie

Chers Frères et Sœurs en Christ et en humanité,

Une royauté de la tendresse et de la miséricorde, une royauté du Service et de l’Amour. Telle la royauté incarnée par Le Christ Roi de l’Univers.

Dieu est Amour. Célébré la fête du Christ-Roi, c’est célébrer avant tout la Royauté du Dieu d’Amour qui nous introduit dans le mystère de l’amour, qui guide comme doit le faire le pasteur des brebis, un amour qui prend soin, un amour qui est service de l’autre.

La fête de la Christ-Roi de cette année nous plonge dans la méditation de l’Évangile de Matthieu avec la grande fresque du Jugement dernier, où Dieu en roi miséricordieux, juge sur de toutes petites choses qui ne sont pas hors d’atteinte pour nous les hommes. Nous découvrons alors que Dieu ne nous jugera pas sur de grandes choses. Mais sur de toutes petites.

Par cette Parabole, le Seigneur nous révèle notre héritage. Nous sommes les « Bénis de son Père », appelés à devenir héritier avec lui du Royaume éternel. Recevoir en héritage le Royaume de Dieu, c’est devenir roi pour partager la royauté du Dieu d’Amour. Mais comment accéder à cette royauté de l’amour ? En vivant l’Amour comme Jésus. En redirigeant l’amour que nous avons pour Dieu vers l’humain.  

Nous serons davantage jugés sur notre relation au Christ qui passe irrémédiablement par cette relation à autrui : « Chaque fois que vous l’avez fait à l’un de ces petits qui sont mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait. » (Mt 25, 40)

Il y a ici une invitation à faire confiance à Dieu, à l’aimer, mais surtout à aimer le prochain, « Imago Dei », créé à l’image de Dieu. Il y a surtout l’exigence de découvrir le Christ-Roi modèle par excellence du leader qui aime l’humanité, du leader qui est au service. À l’école du Christ-Roi, nous devons vivre comme lui-même Roi de l’univers a vécu sur cette terre. Il n’est pas le roi qui se laisse servir en donnant les instructions à faire par les autres. Il prêche par l’exemple de sa vie, Lui qui est le Chemin la vérité et la vie. Lui qui nourrit les foules nous invite à donner un peu de pain, un peu d’eau à celui qui a faim et soif. Lui qui a guéri les malades, nous invite à prendre soin des malades nos frères, les traitant avec respect et dignité. Lui qui a ressuscité les mort, veut que notre présence aux côtés de ceux qui souffrent et de ceux qui sont endeuillés soit la manifestation de la tendresse et de la consolation de Dieu. Ce qu’il nous demande, c’est de vivre au cœur du monde en disciples et témoins de l’amour. Apprenons du Christ, le vrai chemin de la Royauté qui n’écrase pas mais prend soin et sauve l’autre de sa misère.

Nous acceptons le titre le titre de Chrétien en signe d’acceptation de la royauté du Christ sur nous. Pour reprendre les mots du Cardinal Ratzinger, nous avons à « vivre selon la responsabilité de l’amour ; un amour qui prend soin de nous » et nous pousse à aimer les autres en retour. Dieu est amour et l’héritage de l’éternité ne peut s’acquérir que par une vie marquée par l’exigence de la charité. Le Royaume que Dieu veut bâtir avec chacun de nous est le Royaume de l’Amour. C’est dans ce sens qu’avant de partir, il confie à chaque homme et femme de ce temps, l’humanité tout entière. C’est le testament du Roi éternel : prenons soin les uns des autres. Aimons-nous vivants !   

Prière

Dieu éternel, tu as voulu fonder toutes choses en ton Fils bien-aimé, le Roi de l’univers; Fais que toute la création, libérée de la servitude, reconnaisse ta puissance et te glorifie sans fin. Donne nous d’œuvrer pour faire advenir ton règne d’amour, de tendresse et de miséricorde au cœur du monde. Par Jésus le  Christ notre Seigneur. Amen

Intercession

Pour le recul de la haine et la fin de toutes les formes de racismes et de discriminations.

Exercice Spirituel

Poser des actions pour le bien de notre entourage. Poser des actes concrets de générosité.

Bon dimanche à tous !!!

          Abbé José NINTIDEM M., Diocèse de Nkongsamba (Cameroun)                                                 

                                                                        Communauté des Disciples du Christ Vivant


  •  
  •  
  •  
  •  

admin

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
10 ⁄ 1 =


Read also x