Homélie du 30 ième dimanche du temps ordinaire année A!

Homélie du 30 ième dimanche du temps ordinaire année A!
  •  
  •  
  •  
  •  

image_pdfTélécharger en PDF

LECTURES DE LA MESSE

PREMIÈRE LECTURE

« Si tu accables la veuve et l’orphelin, ma colère s’enflammera » (Ex 22, 20-26)

Lecture du livre de l’Exode

Ainsi parle le Seigneur :
    « Tu n’exploiteras pas l’immigré,
tu ne l’opprimeras pas,
car vous étiez vous-mêmes des immigrés au pays d’Égypte.
    Vous n’accablerez pas la veuve et l’orphelin.
    Si tu les accables et qu’ils crient vers moi,
j’écouterai leur cri.
    Ma colère s’enflammera et je vous ferai périr par l’épée :
vos femmes deviendront veuves, et vos fils, orphelins.

    Si tu prêtes de l’argent à quelqu’un de mon peuple,
à un pauvre parmi tes frères,
tu n’agiras pas envers lui comme un usurier :
tu ne lui imposeras pas d’intérêts.
    Si tu prends en gage le manteau de ton prochain,
tu le lui rendras avant le coucher du soleil.
    C’est tout ce qu’il a pour se couvrir ;
c’est le manteau dont il s’enveloppe,
la seule couverture qu’il ait pour dormir.
S’il crie vers moi, je l’écouterai,
car moi, je suis compatissant ! »

    – Parole du Seigneur.

PSAUME

(Ps 17 (18), 2-3, 4.20, 47.51ab)

R/ Je t’aime, Seigneur, ma force. (Ps 17, 2a)

Je t’aime, Seigneur, ma force :
Seigneur, mon roc, ma forteresse,
Dieu mon libérateur, le rocher qui m’abrite,
mon bouclier, mon fort, mon arme de victoire !

Louange à Dieu ! Quand je fais appel au Seigneur,
je suis sauvé de tous mes ennemis.
Lui m’a dégagé, mis au large,
il m’a libéré, car il m’aime.

Vive le Seigneur ! Béni soit mon Rocher !
Qu’il triomphe, le Dieu de ma victoire !
Il donne à son roi de grandes victoires,
il se montre fidèle à son messie.

DEUXIÈME LECTURE

« Vous vous êtes convertis à Dieu en vous détournant des idoles afin de servir Dieu et d’attendre son Fils » (1 Th 1, 5c-10)

Lecture de la première lettre de saint Paul apôtre aux Thessaloniciens

Frères,
    vous savez comment nous nous sommes comportés chez vous
pour votre bien.
    Et vous-mêmes, en fait, vous nous avez imités, nous et le Seigneur,
en accueillant la Parole au milieu de bien des épreuves,
avec la joie de l’Esprit Saint.
    Ainsi vous êtes devenus un modèle pour tous les croyants
de Macédoine et de Grèce.
    Et ce n’est pas seulement en Macédoine et en Grèce
qu’à partir de chez vous la parole du Seigneur a retenti,
mais la nouvelle de votre foi en Dieu s’est si bien répandue partout
que nous n’avons pas besoin d’en parler.
    En effet, les gens racontent, à notre sujet,
l’accueil que nous avons reçu chez vous ;
ils disent comment vous vous êtes convertis à Dieu
en vous détournant des idoles,
afin de servir le Dieu vivant et véritable,
    et afin d’attendre des cieux son Fils
qu’il a ressuscité d’entre les morts,
Jésus, qui nous délivre de la colère qui vient.

    – Parole du Seigneur.

ÉVANGILE

« Tu aimeras le Seigneur ton Dieu, et ton prochain comme toi-même » (Mt 22, 34-40)

Alléluia. Alléluia.
Si quelqu’un m’aime, il gardera ma parole, dit le Seigneur ;
mon Père l’aimera, et nous viendrons vers lui.
Alléluia. (Jn 14, 23)

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

    En ce temps-là,
    les pharisiens,
apprenant que Jésus avait fermé la bouche aux sadducéens,
se réunirent,
    et l’un d’entre eux, un docteur de la Loi, posa une question à Jésus
pour le mettre à l’épreuve :
    « Maître, dans la Loi,
quel est le grand commandement ? »
    Jésus lui répondit :
« Tu aimeras le Seigneur ton Dieu
de tout ton cœur,
de toute ton âme et de tout
 ton esprit.
    Voilà le grand, le premier commandement.
    Et le second lui est semblable :
Tu aimeras ton prochain comme toi-même.
    De ces deux commandements
dépend toute la Loi, ainsi que les Prophètes. »

    – Acclamons la Parole de Dieu.

Homélie

« De ces deux commandements dépend toute la Loi, ainsi que les Prophètes »
La finale de l’évangile que la liturgie de la Parole nous donne à méditer en ce trentième dimanche du temps ordinaire de l’année A, affirme : « de ces deux commandements dépend toute la Loi, ainsi que les Prophètes. » Dans cette réponse que le Seigneur Jésus donne au docteur de la Loi, nous retrouvons l’essentiel de ce que nous devons savoir et faire dans notre vie ; c’est-à-dire aimer Dieu de tout notre cœur, de toute notre âme et de tout notre esprit et aimer notre prochain comme nous-même. Nous pouvons contempler cette réponse en regardant la Sainte Croix de notre Seigneur. Elle est en effet composée de deux branches : la verticale et l’horizontale.

L’amour de Dieu est ce qu’il y a d’essentiel dans notre vie de foi. Nous devons apprendre à aimer Dieu, d’un amour unique, un amour qui soit digne de Lui, notre Créateur et notre Dieu. Lui seul mérite de chaque créature un amour unique et total. Un amour pur, libéré de toute passion, de tout ce qu’il y a de charnel dans l’amour. Un amour qui ne recherche en rien un intérêt personnel et égoïste. Avec Dieu, nous devons retrouver l’amour à son origine, un amour qui est don de soi à Celui de qui nous tenons la vie, le mouvement et l’être. Ceux qui apprennent à aimer ainsi, se réalisent chaque jour de plus en plus en Dieu. Oui nous devons apprendre à aimer Dieu de tout notre cœur, de toute notre âme et de tout notre esprit. La locution adverbiale « tout », utilisée, signifie complètement, avec un engagement déterminé à faire en tout le Bon plaisir de Dieu. Quand l’amour de Dieu envahit une âme, un cœur humain, il se laisse totalement consumer par le feu de cet amour et il ne peut plus vivre sans aimer et en aimant en vérité.

Oui sœurs et frères, dans notre vie de foi, nous devons rechercher à aimer Dieu de cette manière. Et nous comprenons que lorsque le primat de l’amour de Dieu règne dans notre cœur, alors nous ne reculons devant aucun sacrifice pour exprimer et manifester notre amour pour Lui. Et l’amour pour le prochain est en fait la conséquence de l’amour de Dieu. Oui la branche horizontale de la Croix du Seigneur, touche notre relation avec chaque prochain, que nous devons aimer comme nous-même. Il est évident que nous devons nous assurer de nous aimer nous-même. Alors si nous nous aimons, nous devons apprendre à agir envers le prochain tel que nous aimerions que l’on puisse faire envers nous. Si nous sommes sincères, ce n’est pas ainsi que nous aimons les autres, et en cela nous manifestons notre manque d’amour pour Dieu. Ayant goûté à la gratuité de l’amour de Dieu pour nous, nous devons laisser cet amour se déverser sur nos semblables.

Le prochain est le miroir par lequel nous devons prendre conscience de la qualité et de la profondeur de notre amour pour Dieu. Saint Jean nous dit que nous ne pouvons pas aimer Dieu que nous ne voyons pas, si nous n’aimons pas notre frère, notre sœur avec qui nous sommes tous les jours et qui est l’image et la ressemblance de Dieu (cf. 1Jn 4, 20). Oui Dieu s’est fait homme, pour que par l’homme nous allions à Dieu. Il n’y a pas un autre chemin par lequel nous pouvons passer. Alors en ce jour, posons-nous la question de la qualité de notre amour du prochain, à quoi cet amour ressemble ? Aimons-nous ceux qui nous aiment ou bien toute personne et surtout ceux qui se déclarent nos ennemis ? Oui l’amour pour Dieu doit arriver à l’amour de nos ennemis, autrement notre amour serait très imparfait. Le Christ notre Maître et notre Modèle a accordé son pardon à ceux qui l’ont accusé, jugé et condamné à mort.

Oui nous avons appris beaucoup de choses depuis que nous vivons en ce monde, mais est-ce que nous avons appris à aimer Dieu comme Il le mérite et à aimer notre prochain par amour pour le Seigneur ? Au soir de notre vie, nous serons jugés sur l’amour. Dans la première lecture de ce dimanche, le Seigneur nous donne de comprendre qu’il ne fait pas de différence entre les hommes. Le juif autant que l’immigré est enfant de Dieu et il veille sur chacun. L’ordonnance qu’il donne dans la manière de gérer nos relations avec nos semblables, nous interpelle au plus profond de nous. Oui le Seigneur affirme qu’Il est compatissant et a une oreille attentive pour chacun de ses enfants qui crie vers Lui dans la situation où il se trouve. Cette compassion doit devenir la nôtre, oui apprendre à agir comme Dieu agit, et c’est en cela que nous nous présenterons comme ses enfants. Il veut être notre force, le rocher sur lequel nous nous appuyons.

En ce dimanche demandons la grâce d’accueillir dans notre vie l’amour de Dieu pour nous et de nous laisser aimer par Lui à sa guise et que cet amour transforme totalement notre vie. Ainsi, nous pourrons l’aimer à notre tour de tout notre cœur, de toute notre âme et de tout notre esprit. Que sa grâce nous y accompagne chaque jour de notre vie.

Patrick Nkouchou Gounou, diocèse de Bafoussam


  •  
  •  
  •  
  •  

admin

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
8 + 30 =


Read also x