Homélie du Mercredi des Cendres Année C

Homélie du Mercredi des Cendres Année C
  •  
  •  
  •  
  •  

image_pdfTélécharger en PDF

Lectures de la messe

Première lecture

« Déchirez vos cœurs et non pas vos vêtements » (Jl 2, 12-18)

Lecture du livre du prophète Joël

Maintenant – oracle du Seigneur –
revenez à moi de tout votre cœur,
dans le jeûne, les larmes et le deuil !
Déchirez vos cœurs et non pas vos vêtements,
et revenez au Seigneur votre Dieu,
car il est tendre et miséricordieux,
lent à la colère et plein d’amour,
renonçant au châtiment.
Qui sait ? Il pourrait revenir,
il pourrait renoncer au châtiment,
et laisser derrière lui sa bénédiction :
alors, vous pourrez présenter offrandes et libations
au Seigneur votre Dieu.
Sonnez du cor dans Sion :
prescrivez un jeûne sacré, annoncez une fête solennelle,
réunissez le peuple, tenez une assemblée sainte,
rassemblez les anciens,
réunissez petits enfants et nourrissons !
Que le jeune époux sorte de sa maison,
que la jeune mariée quitte sa chambre !
Entre le portail et l’autel,
les prêtres, serviteurs du Seigneur,
iront pleurer et diront :
« Pitié, Seigneur, pour ton peuple,
n’expose pas ceux qui t’appartiennent
à l’insulte et aux moqueries des païens !
Faudra-t-il qu’on dise :
“Où donc est leur Dieu ?” »

Et le Seigneur s’est ému en faveur de son pays,
il a eu pitié de son peuple.

– Parole du Seigneur.

Psaume

(Ps 50, 3-4, 5-6ab, 12-13, 14.17)

R/ Pitié, Seigneur, car nous avons péché. (cf. 50, 3)

Pitié pour moi, mon Dieu, dans ton amour,
selon ta grande miséricorde, efface mon péché.
Lave-moi tout entier de ma faute,
purifie-moi de mon offense.

Oui, je connais mon péché,
ma faute est toujours devant moi.
Contre toi, et toi seul, j’ai péché,
ce qui est mal à tes yeux, je l’ai fait.

Crée en moi un cœur pur, ô mon Dieu,
renouvelle et raffermis au fond de moi mon esprit. 
Ne me chasse pas loin de ta face,
ne me reprends pas ton esprit saint. 

Rends-moi la joie d’être sauvé ;
que l’esprit généreux me soutienne.
Seigneur, ouvre mes lèvres,
et ma bouche annoncera ta louange.

Deuxième lecture

« Laissez-vous réconcilier avec Dieu. Voici maintenant le moment favorable » (2 Co 5, 20 – 6, 2)

Lecture de la deuxième lettre de saint Paul apôtre aux Corinthiens

Frères,
nous sommes les ambassadeurs du Christ,
et par nous c’est Dieu lui-même qui lance un appel :
nous le demandons au nom du Christ,
laissez-vous réconcilier avec Dieu.
Celui qui n’a pas connu le péché,
Dieu l’a pour nous identifié au péché,
afin qu’en lui nous devenions justes de la justice même de Dieu.
En tant que coopérateurs de Dieu,
nous vous exhortons encore
à ne pas laisser sans effet la grâce reçue de lui.
Car il dit dans l’Écriture :
Au moment favorable je t’ai exaucé,
au jour du salut je t’ai secouru.

Le voici maintenant le moment favorable,
le voici maintenant le jour du salut.

– Parole du Seigneur.

Évangile

« Ton Père qui voit dans le secret te le rendra » (Mt 6,1-6.16-18)

Ta Parole, Seigneur, est vérité,
et ta loi, délivrance.

Aujourd’hui, ne fermez pas votre cœur,
mais écoutez la voix du Seigneur.
Ta Parole, Seigneur, est vérité,
et ta loi, délivrance.
(cf. Ps 94, 8a.7d)

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

En ce temps-là,
Jésus disait à ses disciples :
« Ce que vous faites pour devenir des justes,
évitez de l’accomplir devant les hommes
pour vous faire remarquer.
Sinon, il n’y a pas de récompense pour vous
auprès de votre Père qui est aux cieux.

Ainsi, quand tu fais l’aumône,
ne fais pas sonner la trompette devant toi,
comme les hypocrites qui se donnent en spectacle
dans les synagogues et dans les rues,
pour obtenir la gloire qui vient des hommes.
Amen, je vous le déclare : ceux-là ont reçu leur récompense.
Mais toi, quand tu fais l’aumône,
que ta main gauche ignore ce que fait ta main droite,
afin que ton aumône reste dans le secret ;
ton Père qui voit dans le secret
te le rendra.

Et quand vous priez,
ne soyez pas comme les hypocrites :
ils aiment à se tenir debout
dans les synagogues et aux carrefours
pour bien se montrer aux hommes
quand ils prient.
Amen, je vous le déclare : ceux-là ont reçu leur récompense.
Mais toi, quand tu pries,
retire-toi dans ta pièce la plus retirée,
ferme la porte,
et prie ton Père qui est présent dans le secret ;
ton Père qui voit dans le secret
te le rendra.

Et quand vous jeûnez,
ne prenez pas un air abattu,
comme les hypocrites :
ils prennent une mine défaite
pour bien montrer aux hommes qu’ils jeûnent.
Amen, je vous le déclare : ceux-là ont reçu leur récompense.
Mais toi, quand tu jeûnes,
parfume-toi la tête et lave-toi le visage ;
ainsi, ton jeûne ne sera pas connu des hommes,
mais seulement de ton Père qui est présent au plus secret ;
ton Père qui voit au plus secret
te le rendra. »

– Acclamons la Parole de Dieu.

Homélie

Fils et filles de Dieu, la grâce de Jésus-Christ notre Seigneur, l’amour de Dieu le Père et la communion de l’Esprit Saint soient toujours avec vous !

En union avec notre Mère l’Église, nous entrons aujourd’hui dans ce temps fort qu’est le Carême, temps qui se veut un moment particulier où chacun est appelé à redécouvrir la splendeur de l’amour de Dieu pour lui ; temps de redressement spirituel ; temps où nous sommes invités comme affirme le pape François dans son message de Carême 2022, à ne pas nous lasser de faire le bien (Cf. Ga 6,9). C’est donc un temps favorable pour semer le bien en vue d’une récolte fructueuse. Les piliers du Carême que sont la Prière, le Jeûne et l’Aumône nous sont donnés pour nous aider à y parvenir car, « le jeûne prépare le terrain, la prière l’irrigue, la charité le féconde ».

Frères et sœurs bien aimés, les évènements de la vie quotidienne nous font découvrir la précarité de l’existence humaine. Il ne faut pas être savant pour constater que notre monde va mal. Le désir de puissance, la folie de la guerre, les souffrances liées à la solitude, à l’exclusion, à la course au pouvoir et à l’argent, les déchets de nos vies qui au lieu de nous rapprocher de Dieu, nous en éloignent. Tout ce mal nous dépasse et risque si nous ne faisons pas attention, de nous emporter. Dès lors, l’invitation du prophète Joël : « Revenez à moi. Déchirez vos cœurs, non pas vos vêtements » qui est un impératif catégorique se veut urgente et pressante en ce moment particulier. Déchirer son cœur c’est prendre une décision ferme mûre, réfléchie pour lutter contre le mal.

En recevant en ce jour les cendres qui nous rappellent notre finitude, notre fragilité, nous voulons marquer notre profond désir de revenir au Seigneur en éradiquant le mal de notre vie. Revenir au Seigneur suppose que nous étions déjà proches de lui, et que progressivement nous nous sommes éloignés, nous avons créé une certaine distance. Nous nous sommes éloignés de lui par notre vie non conforme à l’évangile, par la vie de péché. Et nous le savons, le péché crée quatre brisures. Brisure avec Dieu, le prochain, nous-même et la nature. L’appel du prophète Joël vise donc à reconstruire l’unité entre lui et nous, entre nous et le prochain, avec nous-même et avec la nature. Son appel vise à rétablir le pont qui s’est cassé et nous empêche d’aller vers Lui. D’où la nécessité de prendre en compte cette exhortation de Saint Paul nous invitant  à nous réconcilier avec Dieu (Cf. 2Co5, 20). Il est un Dieu tendre, qui ne traite pas ses enfants selon leurs péchés, mais selon son amour. Il est un Dieu miséricordieux, c’est-à-dire toujours prêt à pardonner. Il est enfin un Dieu lent à la colère, puisque, malgré la répétition de nos fautes, il patiente, il garde la main toujours tendue.

Bien-aimés de Dieu, voici donc le kairos, le moment favorable, le temps propice pour nous remettre à la suite du Bien véritable, pour nous regarder en face du miroir de la parole de Dieu. Cette invitation à la conversion est un appel à déboucher les tuyaux de nos vies qui ont été bouchés par le péché, empêchant ainsi la grâce de Dieu de nous parvenir.

Dans la patience et la persévérance, mettons nos pas sur les pas de Jésus. Que tous nos efforts concrets de vivre la prière, le jeûne et l’aumône et qui manifestent notre retour au Seigneur soient vécus dans le secret, car l’amour le plus profond se vit dans le secret du cœur, dans le secret de l’humilité et de l’effacement favorisant ainsi la rencontre avec Dieu. C’est d’ailleurs ce à quoi Mathieu nous invite dans le texte de l’Évangile de ce jour : « Quand tu fais l’aumône, que ta main gauche ignore ce que donne ta main droite », « Quand tu pries, ferme ta porte », « Quand tu jeûnes, parfume-toi et lave-toi le visage », « Ton Père voit ce que tu fais en secret, il te le revaudra ».  

Frères et sœurs, faisons de cette journée comme l’a demandé le pape François, une journée de jeûne pour la paix dans le monde. Que chacun rentre dans le tabernacle de sa conscience, pour explorer tout ce qui l’a éloigné de Dieu, en faisant l’effort de s’améliorer.

Fructueux temps de carême à chacun et à chacune !!

Abbé Blaise Kévin DJOUMESSIE, diocèse de Nkongsamba(Cameroun)

Christus Vivit


  •  
  •  
  •  
  •  

admin

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
28 × 26 =


Read also x