Laissons la parole de Dieu nous pousser au changement!

Laissons la parole de Dieu nous pousser au changement!
  •  
  •  
  •  
  •  

image_pdfTélécharger en PDF

Lectures de la messe

Première lecture

« Si tu avais prêté attention à mes commandements ! » (Is 48, 17-19)

Lecture du livre du prophète Isaïe

Ainsi parle le Seigneur, ton rédempteur,
Saint d’Israël :
Je suis le Seigneur ton Dieu,
je te donne un enseignement utile,
je te guide sur le chemin où tu marches.
Si seulement tu avais prêté attention à mes commandements,
ta paix serait comme un fleuve,
ta justice, comme les flots de la mer.
Ta postérité serait comme le sable,
comme les grains de sable, ta descendance ;
son nom ne serait ni retranché
ni effacé devant moi.

– Parole du Seigneur.

Psaume

(1, 1-2, 3, 4.6)

R/ Qui marche à ta suite, Seigneur,
aura la lumière de la vie.
 
(cf. Jn 8, 12)

Heureux est l’homme
     qui n’entre pas au conseil des méchants,
qui ne suit pas le chemin des pécheurs,
ne siège pas avec ceux qui ricanent,
mais se plaît dans la loi du Seigneur
et murmure sa loi jour et nuit !

Il est comme un arbre
     planté près d’un ruisseau,
qui donne du fruit en son temps,
et jamais son feuillage ne meurt ;
tout ce qu’il entreprend réussira.
Tel n’est pas le sort des méchants.

Mais ils sont comme la paille
     balayée par le vent,
Le Seigneur connaît le chemin des justes,
mais le chemin des méchants se perdra.

Évangile

Ils n’écoutent ni Jean ni le Fils de l’homme. (Mt 11, 16-19)

Alléluia, Alléluia. Le Seigneur vient : allez à sa rencontre ! C’est lui le Prince de la paix. Alléluia.

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

En ce temps-là,
Jésus déclarait aux foules :
« À qui vais-je comparer cette génération ?
Elle ressemble à des gamins assis sur les places,
qui en interpellent d’autres en disant :
“Nous vous avons joué de la flûte,
et vous n’avez pas dansé.
Nous avons chanté des lamentations,
et vous ne vous êtes pas frappé la poitrine.”
Jean est venu, en effet ; il ne mange pas, il ne boit pas,
et l’on dit : “C’est un possédé !”
Le Fils de l’homme est venu ; il mange et il boit,
et l’on dit : “Voilà un glouton et un ivrogne,
un ami des publicains et des pécheurs.”
Mais la sagesse de Dieu a été reconnue juste
à travers ce qu’elle fait. »

– Acclamons la Parole de Dieu.

Méditation

Bien-aimés de Dieu, rendons grâce au Seigneur pour sa bonté et son amour à l’endroit des pauvres pécheurs que nous sommes. Soucieux de notre plus grand bien et de notre conversion, Il nous envoie inlassablement ses serviteurs pour marquer sa présence et son action au milieu de nous et nous inviter au respect de ses commandements.

Son amour et sa bonté se révèle particulièrement en la personne de son Fils Jésus-Christ dont nous préparons, au cours de ce temps de l’Avent, la venue parmi nous. Tout l’Avent est informé par cette idée. Le Seigneur s’approche de nous avec grande splendeur, avec paix, en parlant de la vie éternelle. Jésus, notre trésor inestimable, vient à nous. Nous sommes appelés à adopter une attitude plus accueillante envers Lui. Nous devons parfaire notre caractère ; nous devons changer notre façon de faire.

Aujourd’hui en effet, Jésus s’étonne devant la dureté de cœur des juifs – ceux-là qui sont les légitimes héritiers de la promesse que Dieu a faite à leur père Abraham. Face à la révélation de Dieu, ils sont restés indifférents. Comme des gamins, dans la légèreté la plus infantile, ils ont méconnu et repoussé le salut promis par Dieu. Ils ont critiqué et méprisé le message de Jean-Baptiste leur invitant à la conversion, qualifiant ce dernier de « possédé » et ils ont refusé d’écouter le message de Jésus-Christ le qualifiant de « glouton et ivrogne, ami des publicains et des pécheurs ». Ni l’un ni l’autre ne correspondent à leurs attentes et à leurs critères. Tous les deux dérangent et les rendent mal à l’aise et, par conséquent, ils les rejettent d’emblée.

Seigneur, je reconnais ici quelque chose de ma propre attitude envers les gens. Je ne suis pas toujours disposé à écouter, ni à accepter ceux qui sont différents. Je peux facilement juger, exclure et rejeter les gens. J’ai besoin de ton aide, Seigneur. Aide moi, Seigneur, à être ouvert et accueillant envers les autres, même quand ils me font des remarques que je n’ai pas envie d’écouter ; Aide moi à entendre et à accueillir pleinement ta volonté dans ma vie.

Il faut remarquer que le procédé utilisé par ces contemporains de Jésus pour rejeter son message et celui de Jean est le même : la calomnie, le sabotage, la médisance. Ce passage de l’évangile tout rempli d’oppositions de faits, nous renvoie à nos façons de vivre, d’agir. Comment de fois avons-nous préféré juger les autres plutôt que d’accueillir le message important qu’ils nous transmettaient ? Ne nous arrive-t-il pas très souvent d’utiliser la plus part de notre temps pour dénigrer les autres ? Notre relation avec les autres n’est-elle pas dominée par des préjugés et des idées préconçues ?

Jésus met en lumière ici la dure réalité de notre jugement sur les autres. Il rappelle à ceux qui l’écoute que « la sagesse de Dieu a été reconnue juste à travers ce qu’elle fait ». Or la sagesse de Dieu c’est l’amour ; et ici en l’occurrence, l’amour des autres. Quel est le degré de notre amour des autres ? De quelle façon rentrons-nous dans la sagesse de Dieu au cœur de notre vie ? Quelle importance accordons-nous au regard de Dieu sur nous ? Nos actions et nos gestes témoignent-ils de mon appartenance au Christ ?

Prions                                                                                                                           

Seigneur Dieu Tout Puissant, éloigne de moi l’orgueil, l’indifférence et la dureté de cœur ; et aide moi à entendre ta Parole, à l’accueillir dans ma vie, et à me laisser guider par elle. 

Intercession

Prions pour tous ceux qui nous calomnient ou nous dénigre à cause de la Vérité que nous leur disons ; afin que le Seigneur leur accorde la grâce de la conversion.

Maman Marie, intercède pour nous.

Exercice spirituel

Trouver du temps pour regarder avec simplicité les évènements de notre vie. Dire merci à Dieu pour sa présence à nos côté et demander pardon pour les fois où nous n’avons pas jugé les autres avec bienveillance.

Frère Martial SOH TAKAMTE

Séminariste du diocèse de Bafoussam 


  •  
  •  
  •  
  •  

admin

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
18 − 13 =


Read also x