Préparés pour le plus grand banquet de nos vies!

Préparés pour le plus grand banquet de nos vies!
  •  
  •  
  •  
  •  

image_pdfTélécharger en PDF

Lectures de la messe

Première lecture

« La volonté de Dieu, c’est que vous viviez dans la sainteté » (1 Th 4, 1-8)

Lecture de la première lettre de saint Paul apôtre aux Thessaloniciens

Frères,
vous avez appris de nous
comment il faut vous conduire pour plaire à Dieu ;
et c’est ainsi que vous vous conduisez déjà.
Faites donc de nouveaux progrès,
nous vous le demandons,
oui, nous vous en prions dans le Seigneur Jésus.
    Vous savez bien quelles instructions
nous vous avons données de la part du Seigneur Jésus.
    La volonté de Dieu, c’est que vous viviez dans la sainteté,
en vous abstenant de la débauche,
    et en veillant chacun à rester maître de son corps
dans un esprit de sainteté et de respect,
    sans vous laisser entraîner par la convoitise
comme font les païens qui ne connaissent pas Dieu.
    Dans ce domaine, il ne faut pas agir au détriment de son frère
ni lui causer du tort,
car de tout cela le Seigneur fait justice,
comme nous vous l’avons déjà dit et attesté.
    En effet, Dieu nous a appelés,
non pas pour que nous restions dans l’impureté,
mais pour que nous vivions dans la sainteté.
    Ainsi donc celui qui rejette mes instructions,
ce n’est pas un homme qu’il rejette,
c’est Dieu lui-même, lui qui vous donne son Esprit Saint.

            – Parole du Seigneur.

Psaume

(Ps 96 (97), 1-2, 5-6, 11-12)

R/ Que le Seigneur soit votre joie, hommes justes ! (Ps 96, 12a)

Le Seigneur est roi ! Exulte la terre !
Joie pour les îles sans nombre !
Ténèbre et nuée l’entourent,
justice et droit sont l’appui de son trône.

Les montagnes fondaient comme cire devant le Seigneur,
devant le Maître de toute la terre.
Les cieux ont proclamé sa justice,
et tous les peuples ont vu sa gloire.

Une lumière est semée pour le juste,
et pour le cœur simple, une joie.
Que le Seigneur soit votre joie, hommes justes ;
rendez grâce en rappelant son nom très saint.

Évangile

« Voici l’époux ! Sortez à sa rencontre » (Mt 25, 1-13)

Alléluia. Alléluia.
Restez éveillés et priez en tout temps :
ainsi vous pourrez vous tenir debout devant le Fils de l’homme.
Alléluia. (cf. Lc 21, 36)

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

En ce temps-là,
Jésus disait à ses disciples cette parabole :
    « Le royaume des Cieux sera comparable
à dix jeunes filles invitées à des noces,
qui prirent leur lampe
pour sortir à la rencontre de l’époux.
    Cinq d’entre elles étaient insouciantes,
et cinq étaient prévoyantes :
    les insouciantes avaient pris leur lampe
sans emporter d’huile,
    tandis que les prévoyantes avaient pris, avec leurs lampes,
des flacons d’huile.
    Comme l’époux tardait,
elles s’assoupirent toutes et s’endormirent.
    Au milieu de la nuit, il y eut un cri :
“Voici l’époux ! Sortez à sa rencontre.”
    Alors toutes ces jeunes filles se réveillèrent
et se mirent à préparer leur lampe.
    Les insouciantes demandèrent aux prévoyantes :
“Donnez-nous de votre huile,
car nos lampes s’éteignent.”
    Les prévoyantes leur répondirent :
“Jamais cela ne suffira pour nous et pour vous,
allez plutôt chez les marchands vous en acheter.”
    Pendant qu’elles allaient en acheter,
l’époux arriva.
Celles qui étaient prêtes
entrèrent avec lui dans la salle des noces,
et la porte fut fermée.
    Plus tard, les autres jeunes filles arrivèrent à leur tour
et dirent :
“Seigneur, Seigneur, ouvre-nous !” 
     Il leur répondit :
“Amen, je vous le dis :
je ne vous connais pas.”

    Veillez donc,
car vous ne savez ni le jour ni l’heure. »

            – Acclamons la Parole de Dieu.

Méditation

Frères et sœurs bien-aimés, au matin de ce jour, tournons-nous vers le Seigneur notre Dieu pour écouter sa voix et préparer nos cœurs à sa rencontre. Comme un époux, il vient sans cesse vers nous pour nous apporter sa joie et son amour. Il vient à notre rencontre dans la prière, la lecture de sa Parole, dans les sacrements de l’Église, dans la rencontre avec nos semblables ; à nous d’être prêts à le reconnaître et à le recevoir dans ces différentes circonstances de notre vie.

La parabole des 10 vierges que nous méditons ce matin a tout d’abord une portée eschatologique. Elle nous parle de notre rencontre ultime avec le Christ, le jour de son retour. Elle nous rappelle que nous devons toujours être vigilants et préparés pour cette rencontre avec Lui. C’est en effet le sens de cette interpellation à la fin de l’évangile de ce jour : « Veillez donc, car vous ne savez ni le jour ni l’heure ». Nous devons donc être prêts et vigilants pour accueillir notre maître, même s’il vient à l’improvise.

Notre vie entière nous mène inévitablement à ce point précis : l’arrivée de l’Époux. Et il est important pour nous d’accumuler assez de réserves d’huile pour maintenir nos lampes allumées même lorsqu’il tarde à arriver. Comment ne pas se sentir tout à la fois bousculés et interpellés par cette image des lampes utilisées par notre Seigneur le Christ ? Pensons-nous avoir suffisamment d’huile en nous pour toujours faire briller la lumière de notre foi ? De quel côté sommes-nous : du côté des vierges sages et prévoyantes ou du côté des vierges insensées ?

Il est important de remarquer dans ce passage la présence de deux sortes d’huile : il y a l’huile d’origine, et celle qui est acquise en cours de route, pour suppléer au manque. Mais seule la possession de l’huile originelle en quantité suffisante donne accès à la salle des noces. Et puisque, selon Saint Grégoire le Grand, l’huile représente le « langage de l’âme », c’est-à-dire le désir qui entretient la flamme d’amour – ce désir que Dieu a mis dès les origines dans le cœur de chacun de nous – ; on peut conclure que les vierges sages sont celles qui sont demeurées fidèles à la grâce des origines, qui ont gardé le souvenir de la rencontre et ont entretenu le désir du retour de l’Époux. Son retard ne les distrait pas du souvenir de sa présence, et l’assoupissement durant l’attente n’éteint pas la flamme, toujours prête à ressurgir et à brûler avec une nouvelle vigueur. Toute autre est la situation des vierges folles : sollicitées par d’autres désirs, elles ont oublié le temps de la rencontre, et se sont dispersées dans les multiples convoitises. Le renvoi vers les marchands symbolise cette perversion du désir qui se recourbe vers la terre et devient concupiscence du monde.

Ce qui différencie les deux groupes, c’est finalement la qualité de leur désir ; c’est à cela que l’Époux les reconnaît : « J’ai contre toi que tu as perdu ton amour d’antan (Ap 2, 4)». Prise sous cet angle, cette parabole concerne probablement plus d’un parmi nous : ne faisons-nous pas quotidiennement l’expérience de la duplicité de notre cœur, qui tend certes vers Dieu, mais est aussi séduit par les sollicitations du monde ? Notre vie doit être entièrement tournée vers le Christ, l’Élu de notre cœur. Nous devons vivre chaque seconde de notre vie avec toute la passion qu’un chrétien doit avoir pour son Seigneur.

Prions

Seigneur Jésus, unifie mon cœur ; arrache-moi à la dispersion dans les convoitises décevantes, et fais converger en Toi tous mes désirs légitimes, afin que ma vie soit intégrée dans la tienne.

Intercession

Prions pour que le Seigneur affermisse la foi de ceux et celles qui ont renoncé à tout pour aller au-devant de l’Époux qui vient.

Maman Marie, intercède pour nous.

Exercice spirituel

Se défaire de nos occupations et de nos préoccupations quotidiennes pour être plus attentifs à la présence et à l’appel de notre Dieu. 

Frère Martial SOH TAKAMTE

Diocèse de Bafoussam, Séminariste


  •  
  •  
  •  
  •  

admin

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
3 + 12 =


Read also x