Homélie de la messe de la nuit de noël!

Homélie de la messe de la nuit de noël!
  •  
  •  
  •  
  •  

image_pdfTélécharger en PDF

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc (Lc 2, 1-14)

    En ces jours-là,
parut un édit de l’empereur Auguste,
ordonnant de recenser toute la terre
    – ce premier recensement eut lieu
lorsque Quirinius était gouverneur de Syrie.
    Et tous allaient se faire recenser, chacun dans sa ville d’origine.
    Joseph, lui aussi, monta de Galilée, depuis la ville de Nazareth,
vers la Judée, jusqu’à la ville de David appelée Bethléem.
Il était en effet de la maison et de la lignée de David.
    Il venait se faire recenser avec Marie,
qui lui avait été accordée en mariage
et qui était enceinte.

    Or, pendant qu’ils étaient là,
le temps où elle devait enfanter fut accompli.
    Et elle mit au monde son fils premier-né ;
elle l’emmaillota et le coucha dans une mangeoire,
car il n’y avait pas de place pour eux dans la salle commune.
    Dans la même région, il y avait des bergers
qui vivaient dehors et passaient la nuit dans les champs
pour garder leurs troupeaux.
    L’ange du Seigneur se présenta devant eux,
et la gloire du Seigneur les enveloppa de sa lumière.
Ils furent saisis d’une grande crainte.
    Alors l’ange leur dit :
« Ne craignez pas,
car voici que je vous annonce une bonne nouvelle,
qui sera une grande joie pour tout le peuple :
    Aujourd’hui, dans la ville de David,
vous est né un Sauveur
qui est le Christ, le Seigneur.
    Et voici le signe qui vous est donné :
vous trouverez un nouveau-né
emmailloté et couché dans une mangeoire. »
    Et soudain, il y eut avec l’ange une troupe céleste innombrable,
qui louait Dieu en disant :
    « Gloire à Dieu au plus haut des cieux,
et paix sur la terre aux hommes, qu’Il aime. »

    – Acclamons la Parole de Dieu.

Méditation

Chers Frères et Sœurs en Christ et en humanité,

« AUJOURD’HUI VOUS EST NE UN SAUVEUR… » (Lc 2, 11)

            Annuntio vobis gaudium magnum, « je vous annonce une grande joie » (Lc 2, 10). Cette formule est restée dans la tradition ecclésiale, celle employée pour dévoiler à la foule l’élection d’un nouveau pape. Ici, Il ne s’agit pas de l’annonce d’une personnalité de ce type. Il s’agit de l’annonce d’un Christ qui se révèle dans la simplicité, l’annonce du Christ qui pour notre monde est source de joie. La joie dont il est question ici, transcende toute nos petites allégresses. L’annonce des anges est un motif de grande allégresse : Le Christ est notre joie.

         Contemplons la crèche : « le signe ».

         A noël, la crèche est pour chacun de nous un signe. « Ceci vous servira de signe: vous trouverez un nouveau-né enveloppé de langes et couché dans une crèche. » (Lc 2, 12). La crèche est pour l’humanité le vrai signe de l’Incarnation de Dieu, c’est le signe de cet abaissement (Kénose) de Dieu qui vient pour le salut de l’humanité. La manière dont le couple de Nazareth, Joseph et Marie, est reçu à Bethléem, est l’image de notre monde qui est très occupé pour accueillir Dieu. L’on a l’impression que le monde ne prend pas au sérieux la venue de son Sauveur. Mais il n’en est rien. C’est Dieu qui choisit la pauvreté et la simplicité comme signe de son abaissement. Contempler ce signe, c’est renoncer à nos préoccupations. C’est renoncer à la recherche effrénée des richesses et des honneurs de toutes sortes. Les richesses et les honneurs viennent étouffer et des fois prendre la place de l’essentiel. Dans une société où ces choses tendent à évacuer l’essentiel, Dieu vient dans ces conditions d’extrême indigence pour rendre visible, pour chacun de nous, où se trouve l’essentiel.

Beaucoup attendaient le Christ. Et pourtant à son arrivée, ils ne l’ont pas vu parce qu’ils attendaient un signe plus grandiose. Mais Dieu déjoue toujours nos pronostiques humains.

La simplicité du Dieu-fait-homme de Bethléem doit nous pousser à une vie, non d’opulence, qui mettrait hors-jeu le prochain, mais qui accueille l’autre en le prenant comme un fils de Dieu. Le risque est grand de ne pas accueillir le Christ tant attendu comme il se doit. On pourrait fêter noël comme les païens, bien loin de l’accueil joyeux de l’espérance chrétienne. Or son arrivée vise la conversion de nos cœurs et le changement de nos vies. Accueillons le Christ en donnant de notre amour. Agissons dans notre vie comme les Bergers.

Contemplons les Bergers

Les Bergers, du moins ceux décris dans l’Évangile de la Nativité, sont des modèles à contempler et à imiter. Ils reçoivent la bonne nouvelle du salut par la voix l’ange : « l’ange leur dit: Soyez sans crainte, car voici que je vous annonce une grande joie, qui sera celle de tout le peuple: aujourd’hui vous est né un Sauveur, qui est le Christ Seigneur, dans la ville de David » (Lc 2, 10-11). La bonne nouvelle de la joie écoutée par eux les touche profondément au point où ils se rendent à Bethléem : « Allons jusqu’à Bethléem et voyons ce qui est arrivé et que le Seigneur nous a fait connaître. » (Lc 2, 15) Ces pauvres bergers mus par la foi, reconnaissent en Jésus Dieu qui se donne, Dieu qui se fait homme. Ils nous dévoilent ce que doit être une vie authentiquement chrétienne. Après avoir écouté la Parole de la Joie, le chrétien doit prendre une résolution forte qui débouche sur les actions concrètes dans sa vie. Les bergers écoutent les anges, ils prennent la résolution d’aller à Bethléem et y vont vraiment. Notre vie avec le Christ doit être à l’image de ces hommes qui reçoivent la nouvelle du salut et y adhèrent par une vie authentiquement chrétienne.

Ouvrons nous à la joie de noël, accueillons le Messie de Dieu qui vient nous sauver et devenons des ambassadeurs de la joie pour nos frères les hommes. Le Christ est notre joie et notre paix. N’ayons pas peur de contempler ce merveilleux signe de la crèche en disant comme les Anges : Gloire à Dieu au plus haut des cieux et paix sur la terre, aux hommes qu’Il aime. Hosanna au plus haut des cieux !!!

Prière

Seigneur, Toi qui fais resplendir dans cette nuit très sainte le mystère de ton Fils incarné, donne-nous de contempler le merveilleux signe de la crèche en conformant nos vies aux mystères de l’humilité et de l’amour que la naissance du Christ apporte. Lui qui règne avec le Toi et le Saint Esprit, maintenant et pour les siècles des siècles. Amen

Intercession

Priez pour plus d’humilité dans nos rapports avec les uns avec les autres.

Exercice Spirituel :

Recherche de la simplicité dans la relation à autrui.

Bonne fête de la Nativité à tous !!!

 Abbé José NINTIDEM M., Diocèse de Nkongsamba (Cameroun) 

Christus vivit


  •  
  •  
  •  
  •  

admin

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
11 × 25 =


Read also x