Lorsque nous sommes reconnaissants, Dieu nous bénit davantage!

Lorsque nous sommes reconnaissants, Dieu nous bénit davantage!
  •  
  •  
  •  
  •  

image_pdfTélécharger en PDF

Lectures de la messe

Première lecture

« Écoutez, ô rois, et comprenez, afin que vous appreniez la sagesse » (Sg 6, 1-11)

Lecture du livre de la Sagesse

Écoutez, ô rois, et comprenez ;
instruisez-vous, juges de toute la terre.
    Soyez attentifs, vous qui dominez les foules,
qui vous vantez de la multitude de vos peuples.
    Car la domination vous a été donnée par le Seigneur,
et le pouvoir, par le Très-Haut,
lui qui examinera votre conduite
et scrutera vos intentions.
    En effet, vous êtes les ministres de sa royauté ;
si donc vous n’avez pas rendu la justice avec droiture,
ni observé la Loi,
ni vécu selon les intentions de Dieu,
    il fondra sur vous, terrifiant et rapide,
car un jugement implacable s’exerce sur les grands ;
    au petit, par pitié, on pardonne,
mais les puissants seront jugés avec puissance.
    Le Maître de l’univers ne reculera devant personne,
la grandeur ne lui en impose pas ;
car les petits comme les grands, c’est lui qui les a faits :
il prend soin de tous pareillement.
    Les puissants seront soumis à une enquête rigoureuse.
    C’est donc pour vous, souverains, que je parle,
afin que vous appreniez la sagesse
et que vous évitiez la chute,
    car ceux qui observent saintement les lois saintes
seront reconnus saints,
et ceux qui s’en instruisent
y trouveront leur défense.
    Recherchez mes paroles, désirez-les ;
elles feront votre éducation.

            – Parole du Seigneur.

Psaume

(Ps 81 (82), 3-4, 6-7)

R/ Lève-toi, Dieu, juge la terre ! (Ps 81, 8a)

Rendez justice au faible, à l’orphelin ;
faites droit à l’indigent, au malheureux.
Libérez le faible et le pauvre,
arrachez-le aux mains des impies.

Je l’ai dit : Vous êtes des dieux,
des fils du Très-Haut, vous tous !
Pourtant, vous mourrez comme des hommes,
comme les princes, tous, vous tomberez !

Évangile

« Il ne s’est trouvé parmi eux que cet étranger pour revenir sur ses pas et rendre gloire à Dieu ! » (Lc 17, 11-19)

Alléluia. Alléluia.
Rendez grâce en toute circonstance :
c’est la volonté de Dieu à votre égard dans le Christ Jésus.
Alléluia. (1 Th 5, 18)

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

En ce temps-là,
    Jésus, marchant vers Jérusalem,
traversait la région située entre la Samarie et la Galilée.
    Comme il entrait dans un village,
dix lépreux vinrent à sa rencontre.
Ils s’arrêtèrent à distance
    et lui crièrent :
« Jésus, maître,
prends pitié de nous. »
    À cette vue, Jésus leur dit :
« Allez vous montrer aux prêtres. »

En cours de route, ils furent purifiés.
    L’un d’eux, voyant qu’il était guéri,
revint sur ses pas, en glorifiant Dieu à pleine voix.
    Il se jeta face contre terre aux pieds de Jésus
en lui rendant grâce.
Or, c’était un Samaritain.
    Alors Jésus prit la parole en disant :
« Tous les dix n’ont-ils pas été purifiés ?
Les neuf autres, où sont-ils ?
    Il ne s’est trouvé parmi eux que cet étranger
pour revenir sur ses pas
et rendre gloire à Dieu ! »
    Jésus lui dit :
« Relève-toi et va : ta foi t’a sauvé. »

            – Acclamons la Parole de Dieu.

Méditation

Bien-aimés dans le Seigneur, Dieu soit loué et aimé en tout temps ! L’Évangile de ce jour nous pousse à méditer sur le rapport entre l’exaucement de nos prières par Dieu et notre capacité à lui manifester notre gratitude.

Dans cette péricope de l’Évangile de Luc, Jésus, alors qu’il traverse un territoire aux limites de la Samarie et de la Galilée, est interpelé par 10 lépreux, composés de neuf juifs et d’un samaritain. Jésus se laisse toucher par leur cri de souffrance. Jésus ayant constaté que ces lépreux croyaient fermement qu’il pouvait les guérir, leur demande d’aller se montrer au prêtre. Chez les juifs, les lépreux vivaient loin des agglomérations puisque la lèpre est bien contagieuse. Lorsque le lépreux était guéri, il devait aller se montrer aux prêtres. Pour que ce dernier vérifie et atteste sa guérison afin d’autoriser sa réintégration dans la société. Lorsque Jésus demande aux 10 lépreux d’aller se montrer aux prêtres, ils comprennent directement, par l’intelligence de leur grande foi, qu’ils ne pouvaient pas atteindre les prêtres sans que leur guérison ne soit accomplie. Effectivement, en cours de route, ces 10 malades furent purifiés de leur lèpre. Si nous faisons l’éloge de leur foi, nous n’en faisons pas autant pour leur gratitude.

Ces lépreux étaient en majorité des ingrats. En effet, neuf d’entre eux, les juifs, lorsqu’ils ont constaté leur guérison, ne sont plus revenus vers Jésus, celui qui les a guéris et redonnés la vie, pour lui dire merci. Seul le samaritain, l’étranger, l’a fait. L’ attitude des neuf autres lépreux guéris a profondément et négativement marqué Jésus.  Jésus va demander à ce samaritain de se relever et de s’en aller. Ce qui est intéressant est que Jésus lui donne une autre bénédiction, une autre guérison, celle intérieure : « Relève-toi et va : ta foi t’a sauvé ». Ceci nous permet de comprendre que la vraie foi, celle qui nous donne le salut, est celle qui sait dire merci. Le retour de ce samaritain vers le Seigneur après sa guérison est le signe de sa conversion du cœur. Sa guérison à fait naitre dans son cœur un amour débordant pour le Seigneur. Désormais, ce n’est plus tant sa guérison qui lui importe, mais sa proximité avec Jésus. Il est revenu déclarer son amour et son amitié pour le Christ.

Lorsque Dieu nous béni, bien-aimés, ne nous éloignons plus de lui, demeurons avec lui, et servons-le. Certains parmi nous ont cessé de suivre Jésus à partir du jour où il leur a donné le travail, le mariage, la santé, qu’ils quémandaient au point de dormir dans les églises. C’est de l’ingratitude. Si nous ne pouvons pas aimer Jésus pour rien, demeurons au moins avec lui lorsqu’il nous a montré son attention en nous donnant ce que nos cœurs désirs. Les neuf autres lépreux guéris se méprenaient de ce qu’est la vraie guérison, la vraie guérison est celle du cœur, un cœur guéri est celui qui s’attache à Dieu pour l’aimer et le servir fidèlement. Nos corps finiront par périr avec la mort, nous retournerons poussière, mais c’est notre amour pour Dieu qui nous sauvera.

Prions

Père Éternel et Tout-puissant, délivre-nous du mal de l’ingratitude, afin que nous sachions, à la vue de tes bienfaits dans nos vies, te dire merci par une foi qui nous pousse toujours à te servir et à demeurer avec toi. Par Jésus, le Christ notre Seigneur. Amen.

Intercession

Nous te prions Seigneur pour les malades, surtout ceux qui sont envahis en ce moment par le doute et le pessimisme. Augmente en eux la foi, accorde leur la guérison corporelle et spirituelle.

Vierge Marie, notre Dame de Lourde, intercède pour nous.

Exercice spirituel

Dans une prière sincère, recensons les bienfaits que le Seigneur a faits pour nous ces derniers jours, ces derniers mois ou ces dernières années et disons-lui sincèrement merci, en posant un geste concret qui marque notre retour vers lui, notre conversion profonde.

Loué soit Jésus Christ !

André Kamta Sabang, Communauté des Disciples du Christ Vivant


  •  
  •  
  •  
  •  

admin

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
12 − 10 =


Read also x