Toujours offrir à Dieu la meilleure part

Toujours offrir à Dieu la meilleure part
  •  
  •  
  •  
  •  

image_pdfTélécharger en PDF

Lectures de la messe

Première lecture

« Caïn se jeta sur son frère Abel et le tua » (Gn 4, 1-15.25)

Lecture du livre de la Genèse

L’homme s’unit à Ève, sa femme :
elle devint enceinte, et elle mit au monde Caïn.
Elle dit alors :
« J’ai acquis un homme
avec l’aide du Seigneur ! »
Dans la suite, elle mit au monde Abel, frère de Caïn.
Abel devint berger, et Caïn cultivait la terre.
Au temps fixé, Caïn présenta des produits de la terre
en offrande au Seigneur.
De son côté, Abel présenta les premiers-nés de son troupeau,
en offrant les morceaux les meilleurs.
Le Seigneur tourna son regard vers Abel et son offrande,
mais vers Caïn et son offrande, il ne le tourna pas.
Caïn en fut très irrité et montra un visage abattu.
Le Seigneur dit à Caïn :
« Pourquoi es-tu irrité, pourquoi ce visage abattu ?
Si tu agis bien, ne relèveras-tu pas ton visage ?
Mais si tu n’agis pas bien…,
le péché est accroupi à ta porte.
Il est à l’affût, mais tu dois le dominer. »
Caïn dit à son frère Abel :
« Sortons dans les champs. »
Et, quand ils furent dans la campagne,
Caïn se jeta sur son frère Abel et le tua.
Le Seigneur dit à Caïn :
« Où est ton frère Abel ? »
Caïn répondit :
« Je ne sais pas.
Est-ce que je suis, moi, le gardien de mon frère ? »
Le Seigneur reprit :
« Qu’as-tu fait ?
La voix du sang de ton frère
crie de la terre vers moi !
Maintenant donc, sois maudit
et chassé loin de cette terre
qui a ouvert la bouche pour boire le sang de ton frère,
versé par ta main.
Tu auras beau cultiver la terre,
elle ne produira plus rien pour toi.
Tu seras un errant,
un vagabond sur la terre. »
Alors Caïn dit au Seigneur :
« Mon châtiment est trop lourd à porter !
Voici qu’aujourd’hui tu m’as chassé de cette terre.
Je dois me cacher loin de toi,
je serai un errant,
un vagabond sur la terre,
et le premier venu qui me trouvera me tuera. »
Le Seigneur lui répondit :
« Si quelqu’un tue Caïn, Caïn sera vengé sept fois. »
Et le Seigneur mit un signe sur Caïn
pour le préserver d’être tué par le premier venu qui le trouverait.

Adam s’unit encore à sa femme,
et elle mit au monde un fils.
Elle lui donna le nom de Seth
(ce qui veut dire : accordé),
car elle dit :
« Dieu m’a accordé une nouvelle descendance
à la place d’Abel, tué par Caïn. »

– Parole du Seigneur.

Psaume

(49 (50), 1.5a, 7ac- 8, 16bc- 17, 20-21abc)

R/ Offre à Dieu le sacrifice d’action de grâce. (49, 14a)

Le Dieu des dieux, le Seigneur,
parle et convoque la terre
du soleil levant jusqu’au soleil couchant :
« Assemblez, devant moi, mes fidèles.

« Écoute, mon peuple, je parle.
Moi, Dieu, je suis ton Dieu !
Je ne t’accuse pas pour tes sacrifices ;
tes holocaustes sont toujours devant moi.

« Qu’as-tu à réciter mes lois,
à garder mon alliance à la bouche,
toi qui n’aimes pas les reproches
et rejettes loin de toi mes paroles ?

« Tu t’assieds, tu diffames ton frère,
tu flétris le fils de ta mère.
Voilà ce que tu fais ; garderai-je le silence ?
Penses-tu que je suis comme toi ? »

Évangile

« Pourquoi cette génération cherche-t-elle un signe ? » (Mc 8, 11-13)

Alléluia. Alléluia.
Moi, je suis le Chemin, la Vérité et la Vie,
dit le Seigneur.
Personne ne va vers le Père sans passer par moi.
Alléluia. (Jn 14, 6)

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc

En ce temps-là,
les pharisiens survinrent
et se mirent à discuter avec Jésus ;
pour le mettre à l’épreuve,
ils cherchaient à obtenir de lui un signe venant du ciel.
Jésus soupira au plus profond de lui-même et dit :
« Pourquoi cette génération cherche-t-elle un signe ?
Amen, je vous le déclare :
aucun signe ne sera donné à cette génération. »
Puis il les quitta, remonta en barque,
et il partit vers l’autre rive.

– Acclamons la Parole de Dieu.

Méditation

Bien-aimés du Seigneur, loué soit le Dieu trois fois Saint pour sa sollicitude envers les pauvres pécheurs que nous sommes. Il nous a protégé tout au long de la nuit, restaurer les forces que nous avions perdu dans nos activités d’hier, et ce matin, il nous fait grâce, une fois de plus, du don précieux de la vie. Quelle merveille n’est ce pas!

Le texte de la première lecture que l’Église notre Mère, nous propose pour la méditation me donne de me poser des questions sur la qualité de l’offrande que je fais au Seigneur. Dans le texte, on a deux frères qui présentent chacun les produits de leur travail en offrande au Seigneur. Pour l’offrande de Caïn aucune précision n’est faite. Pour celle d’Abel par contre, il est écrit : « Abel présenta au Seigneur les premiers-nés de son troupeau, en offrant les morceaux les meilleurs ». Et c’est cette dernière offrande qui plu au Seigneur et la pas la première. Je me suis donc demander pourquoi Abel offrait-il la meilleur part au Seigneur ? Pour lui son Dieu méritait d’avoir la meilleure part car tout ce qu’il avait venait en fait de Lui. C’est Lui qui bénissait l’œuvre de ses mains ; et c’est Lui qui l’avait comblé de talent pour ce qu’il entreprenait comme activité.

Ensuite, je me suis demandé pourquoi le Seigneur avait-il agréé l’offrande d’Abel et pas celle de Caïn. Ce dernier n’avait certainement pas mis du cœur dans l’offrande qu’il faisait. Il ne le faisait pas en toute honnêteté, car le Seigneur lui dit que s’il agissait bien, il relèverait le visage.

Et moi, est-ce que j’offre au Seigneur les produits de mon travail, aussi minime soit-il ? Et si je le fais, quelle est la part que je donne au Seigneur ? Est-ce la meilleure part ou les restes ? Quand je donne au Seigneur, dans quelle disposition de cœur est-ce que je le fais ? Je me rends compte en effet que je n’ai pas encore offert au Seigneur le produit de mon travail. Parce ce que je me dis que je ne travaille pas. Le Seigneur me dit ce matin que le travail, ce n’est pas seulement être fonctionnaire, mais c’est tout ce que je peux entreprendre de mes mains. Merci Seigneur pour ton enseignement.

Prions 

Dieu notre Père, nous te disons merci parce que chaque jour tu béni l’ouvrage de nos mains. Accorde nous la grâce de redécouvrir le sens profond de l’offrande pour qu’à chaque fois que nous le fassions, elle soit agréable à tes yeux.

Intercession 

Seigneur Jésus, donne à ceux qui ont perdu l’habitude de faire des offrandes sous prétexte que tu n’en as pas besoin, ou que l’Église l’utilise mal, de comprendre que c’est en effet une action de grâce pour tes bienfaits et qu’ils reviennent sur leurs décisions de ne plus donner.

Maman Marie, pries pour nous

Exercice spirituel 

Programmer et offrir de tout cœur au Seigneur les produits de son travail, aussi minime soit-il.

                                                                                           DEMDOU Minette, Communauté des disciples du Christ Vivant


  •  
  •  
  •  
  •  

admin

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
15 − 4 =


Read also x