Travaillons à gagner notre pain quotidien sans oublier d’annoncer l’Évangile !

Travaillons à gagner notre pain quotidien sans oublier d’annoncer l’Évangile !
  •  
  •  
  •  
  •  

image_pdfTélécharger en PDF

Lectures de la messe

Première lecture

« Je vous confie à Dieu, lui qui a le pouvoir de construire l’édifice et de donner à chacun l’héritage » (Ac 20, 28-38)

Lecture du livre des Actes des Apôtres

En ces jours-là,
Paul faisait ses adieux aux Anciens de l’Église d’Éphèse.
Il leur disait :
« Veillez sur vous-mêmes, et sur tout le troupeau
dont l’Esprit Saint vous a établis responsables,
pour être les pasteurs de l’Église de Dieu,
qu’il s’est acquise par son propre sang.
Moi, je sais qu’après mon départ, des loups redoutables
s’introduiront chez vous
et n’épargneront pas le troupeau.
Même du milieu de vous surgiront des hommes
qui tiendront des discours pervers
pour entraîner les disciples à leur suite.
Soyez donc vigilants,
et souvenez-vous que, durant trois ans, nuit et jour,
je n’ai cessé, dans les larmes,
de reprendre chacun d’entre vous.
Et maintenant, je vous confie à Dieu
et à la parole de sa grâce,
lui qui a le pouvoir de construire l’édifice
et de donner à chacun l’héritage
en compagnie de tous ceux qui ont été sanctifiés.
Je n’ai convoité
ni l’argent ni l’or ni le vêtement de personne.
Vous le savez bien vous-mêmes :
les mains que voici ont pourvu à mes besoins
et à ceux de mes compagnons.
En toutes choses, je vous ai montré
qu’en se donnant ainsi de la peine,
il faut secourir les faibles
et se souvenir des paroles du Seigneur Jésus,
car lui-même a dit :
Il y a plus de bonheur à donner qu’à recevoir. »

Quand Paul eut ainsi parlé,
il s’agenouilla
et pria avec eux tous.
Tous se mirent à pleurer abondamment ;
ils se jetaient au cou de Paul et l’embrassaient ;
ce qui les affligeait le plus,
c’est la parole qu’il avait dite :
« Vous ne verrez plus mon visage. »
Puis on l’accompagna jusqu’au bateau.

– Parole du Seigneur.

Psaume

(Ps 67 (68), 29-30, 33.34c.35a, 36)

R/ Royaumes de la terre,
chantez pour le Seigneur.
ou : Alléluia !
(67, 33a)

Ton Dieu l’a commandé : « Sois fort ! »
Montre ta force, Dieu, quand tu agis pour nous !
De ton palais, qui domine Jérusalem,
on voit des rois t’apporter leurs présents.

Royaumes de la terre, chantez pour Dieu,
jouez pour le Seigneur.
Voici qu’il élève la voix, une voix puissante ;
rendez la puissance à Dieu.

Redoutable est Dieu dans son temple saint,
le Dieu d’Israël ;
c’est lui qui donne à son peuple force et puissance.
Béni soit Dieu !

Évangile

« Qu’ils soient un comme nous-mêmes » (Jn 17, 11b-19)

Alléluia. Alléluia.
Ta parole, Seigneur, est vérité ;
dans cette vérité, sanctifie-nous.
Alléluia. (cf. Jn 17, 17ba)

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

En ce temps-là, les yeux levés au ciel, Jésus priait ainsi :
« Père saint,
garde mes disciples unis dans ton nom,
le nom que tu m’as donné,
pour qu’ils soient un, comme nous-mêmes.
Quand j’étais avec eux,
je les gardais unis dans ton nom, le nom que tu m’as donné.
J’ai veillé sur eux, et aucun ne s’est perdu,
sauf celui qui s’en va à sa perte
de sorte que l’Écriture soit accomplie.
Et maintenant que je viens à toi,
je parle ainsi, dans le monde,
pour qu’ils aient en eux ma joie,
et qu’ils en soient comblés.
Moi, je leur ai donné ta parole,
et le monde les a pris en haine
parce qu’ils n’appartiennent pas au monde,
de même que moi je n’appartiens pas au monde.
Je ne prie pas pour que tu les retires du monde,
mais pour que tu les gardes du Mauvais.
Ils n’appartiennent pas au monde,
de même que moi, je n’appartiens pas au monde.

Sanctifie-les dans la vérité :
ta parole est vérité.
De même que tu m’as envoyé dans le monde,
moi aussi, je les ai envoyés dans le monde.
Et pour eux je me sanctifie moi-même,
afin qu’ils soient, eux aussi, sanctifiés dans la vérité. »

– Acclamons la Parole de Dieu.

Méditation

Bien-aimés dans le Seigneur Dieu soit loué en tout temps. Dans la première lecture, l’apôtre Paul fait ses adieux à la communauté chrétienne d’Éphèse où il a travaillé fructueusement avec le Saint Esprit pendant trois ans. Il y a bâti une communauté de fervents disciples du Christ. Dans son discours d’adieu, adressé particulièrement aux leaders de la communauté, il dit plusieurs choses très touchantes, mais l’une d’elles nous marque particulièrement à savoir qu’il a été aux milieu de cette communauté un modèle de travailleur et de prédicateur. Paul a travaillé de ses propres mains pour subvenir à ses besoins tout en annonçant tous les jours l’Évangile avec acharnement. Paul est ainsi un modèle pour nous aujourd’hui : il faut chercher à gagner son pain quotidien sans oublier de faire l’œuvre de Dieu et il faut faire l’œuvre de Dieu sans oublier de travailler à gagner son pain quotidien.

Aujourd’hui, nous pouvons observer deux types de travers, le premier affecte des personnes, très souvent des laïcs, qui, sous prétexte qu’elles doivent travailler pour pourvoir à leurs besoins et à ceux de leur famille, ont abandonné l’œuvre de Dieu, leur service dans la communauté chrétienne. Ils y vont uniquement le dimanche pour écouter pendant quelques heures le sermon des pasteurs et consacrent tout le reste de leur temps à chercher leur pain quotidien. Ils se refusent de s’engager dans un groupe ou mouvement de leur communauté paroissiale, se refusent de s’occuper d’un service paroissial ou de prendre activement part aux activités de leur communauté. Ils sont très occupés à gagner leur pain quotidien. Ils vivent désormais pour gagner leur pain quotidien. La recherche du pain quotidien est devenue le but de leur vie. Ceux-ci se définissent ainsi non pas par rapport à leur identité chrétienne, celle de serviteur du Christ vivant, mais par rapport à ce qu’ils font comme métier, comme travail, comme carrière.  Il s’agit là, bien-aimés, d’une crise profonde d’identité chrétienne.

Par ailleurs et à rebours, nous avons l’autre type d’erreur qui affecte généralement les personnes consacrées, qui, au nom de leur consécration à Dieu, de l’onction de leur main par le saint chrême pour certains, ne veulent plus s’en servir pour autre chose que pour bénir, pour les œuvres spirituelles. Leurs saintes mains ne sauraient se souiller à faire du travail temporel qui leur permettrait de gagner dignement leur pain quotidien ou participer à l’autonomie financière et matériel de leur communauté paroissiale. Saint Paul affirme pourtant que ses mains ont pourvu à ses besoins, à ceux de ses compagnons et même aux besoins des faibles, des pauvres de la communauté d’Éphèse. « Je n’ai convoité ni l’argent ni l’or ni le vêtement de personne. Vous le savez bien vous-mêmes : les mains que voici ont pourvu à mes besoins et à ceux de mes compagnons. » Alors Saint Paul nous donne un autre modèle de pasteur, des pasteurs qui n’attendent pas tout de leur communauté, mais qui se donnent pour contribuer au développement spirituel, mais aussi matériel de leur communauté. Paul a ainsi compris que la communauté est le lieu du don de soi, et comme il le dit lui-même, « il y a plus de bonheur à donner qu’à recevoir ».

Alors, suis-je laïc ? Est-ce que je néglige mon engagement chrétien sous le prétexte que je cherche du pain quotidien pour moi et pour ma famille ? Suis-je une personne consacrée ? Qu’est-ce que je fais, après avoir annoncé l’Évangile ? Je travaille aussi pour subvenir à mes besoins ou j’attends, même si j’en ai bien le droit, que la communauté que je sers me mettent au petit soin ?

Prions

Père Éternel permet que la recherche de notre pain quotidien ne nous occupe pas au point de nous empêcher d’annoncer l’Évangile. Fais que le but de notre vie soit de te servir et non de chercher le pain quotidien. Par Jésus le Christ notre Seigneur. Amen.

Intercession

Nous te prions pour tous les laïcs qui ont abandonné leur service dans la communauté chrétienne à cause du boulot. Donne-leur la grâce de savoir faire la part des choses et de trouver toujours du temps à consacrer à ton service au milieu de leurs multiples tâches quotidiennes.

Vierge Marie, intercède pour nous.

Exercice spirituel

Méditons sur la question de savoir quelle est la part que nous avons pris dans l’annonce de l’Évangile ? Combien de temps consacrons-nous au Seigneur pour cela ? Demandons au Seigneur la grâce de savoir donner à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu.

Loué soit Jésus-Christ !

André Kamta Sabang

Communauté des Disciples du Christ Vivant


  •  
  •  
  •  
  •  

admin

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
12 − 1 =


Read also x