Tu es un prophète, le savais-tu ?

Tu es un prophète, le savais-tu ?
  •  
  •  
  •  
  •  

image_pdfTélécharger en PDF

Messe du jour

Première lecture

« Je fais de toi la lumière des nations » (Is 49, 1-6)

Lecture du livre du prophète Isaïe

Écoutez-moi,
îles lointaines !
Peuples éloignés, soyez attentifs !
J’étais encore dans le sein maternel
quand le Seigneur m’a appelé ;
j’étais encore dans les entrailles de ma mère
quand il a prononcé mon nom.
Il a fait de ma bouche une épée tranchante,
il m’a protégé par l’ombre de sa main ;
il a fait de moi une flèche acérée,
il m’a caché dans son carquois.
Il m’a dit :
« Tu es mon serviteur, Israël,
en toi je manifesterai ma splendeur. »
Et moi, je disais :
« Je me suis fatigué pour rien,
c’est pour le néant, c’est en pure perte
que j’ai usé mes forces. »
Et pourtant, mon droit subsistait auprès du Seigneur,
ma récompense, auprès de mon Dieu.
Maintenant le Seigneur parle,
lui qui m’a façonné dès le sein de ma mère
pour que je sois son serviteur,
que je lui ramène Jacob,
que je lui rassemble Israël.
Oui, j’ai de la valeur aux yeux du Seigneur,
c’est mon Dieu qui est ma force.
Et il dit :
« C’est trop peu que tu sois mon serviteur
pour relever les tribus de Jacob,
ramener les rescapés d’Israël :
je fais de toi la lumière des nations,
pour que mon salut parvienne
jusqu’aux extrémités de la terre. »

– Parole du Seigneur.

Psaume

(Ps 138 (139), 1-2.3b, 13-14ab, 14c-15ab)

R/ Je te rends grâce, ô mon Dieu,
pour tant de merveilles.
(cf. Ps 138, 14)

Tu me scrutes, Seigneur, et tu sais !
Tu sais quand je m’assois, quand je me lève ;
de très loin, tu pénètres mes pensées,
tous mes chemins te sont familiers.

C’est toi qui as créé mes reins,
qui m’as tissé dans le sein de ma mère.
Je reconnais devant toi le prodige,
l’être étonnant que je suis.

Étonnantes sont tes œuvres,
toute mon âme le sait.
Mes os n’étaient pas cachés pour toi
quand j’étais façonné dans le secret.

Deuxième lecture

« Jean le Baptiste a préparé l’avènement de Jésus » (Ac 13, 22-26)

Lecture du livre des Actes des Apôtres

En ces jours-là,
dans la synagogue d’Antioche de Pisidie,
Paul disait aux Juifs :
« Dieu a, pour nos pères, suscité David comme roi,
et il lui a rendu ce témoignage :
J’ai trouvé David, fils de Jessé ;
c’est un homme selon mon cœur
qui réalisera toutes mes volontés.

De la descendance de David,
Dieu, selon la promesse,
a fait sortir un sauveur pour Israël :
c’est Jésus,
dont Jean le Baptiste a préparé l’avènement
en proclamant avant lui un baptême de conversion
pour tout le peuple d’Israël.
Au moment d’achever sa course,
Jean disait :
“Ce que vous pensez que je suis,
je ne le suis pas.
Mais le voici qui vient après moi,
et je ne suis pas digne de retirer les sandales de ses pieds.”
Vous, frères, les fils de la lignée d’Abraham
et ceux parmi vous qui craignent Dieu,
c’est à nous que la parole du salut a été envoyée. »

– Parole du Seigneur.

Évangile

« Son nom est Jean » (Lc 1, 57-66.80)

Alléluia. Alléluia.
Toi, petit enfant,
tu seras appelé prophète du Très-Haut :
tu marcheras devant, en présence du Seigneur,
et tu prépareras ses chemins.
Alléluia. (Lc 1, 76)

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

Quand fut accompli le temps où Élisabeth devait enfanter,
elle mit au monde un fils.
Ses voisins et sa famille apprirent
que le Seigneur lui avait montré la grandeur de sa miséricorde,
et ils se réjouissaient avec elle.
Le huitième jour, ils vinrent pour la circoncision de l’enfant.
Ils voulaient l’appeler Zacharie, du nom de son père.
Mais sa mère prit la parole et déclara :
« Non, il s’appellera Jean. »
On lui dit :
« Personne dans ta famille ne porte ce nom-là ! »
On demandait par signes au père
comment il voulait l’appeler.
Il se fit donner une tablette sur laquelle il écrivit :
« Jean est son nom. »
Et tout le monde en fut étonné.
À l’instant même, sa bouche s’ouvrit, sa langue se délia :
il parlait et il bénissait Dieu.
La crainte saisit alors tous les gens du voisinage
et, dans toute la région montagneuse de Judée,
on racontait tous ces événements.
Tous ceux qui les apprenaient
les conservaient dans leur cœur et disaient :
« Que sera donc cet enfant ? »
En effet, la main du Seigneur était avec lui.

L’enfant grandissait
et son esprit se fortifiait.
Il alla vivre au désert
jusqu’au jour où il se fit connaître à Israël.

– Acclamons la Parole de Dieu.

Méditation

Bien-aimés du Seigneur Dieu soit loué en tout temps. Nous fêtons aujourd’hui la nativité d’un grand prophète, Jean le Baptiste, le précurseur de Jésus. Comme nous pouvons le constater en écoutant l’Évangile, Jean le Baptiste a été suscité et envoyé par Dieu lui-même. La grande miséricorde de Dieu a été plus forte que l’incrédulité de son père Zacharie , lui aussi éprouvé par les longues années de la stérilité de sa femme Élisabeth. C’est dire que Dieu n’est qu’amour, il nous comprend et sa grande miséricorde est toujours plus forte que nos manques de confiance.

Aujourd’hui, frères et sœurs bien-aimés, le thème sur lequel je nous propose de méditer est celui du prophète. La première lecture tirée du livre d’Isaïe, ainsi que l’Évangile parlent chacune d’un prophète, respectivement Isaïe et Jean le Baptiste. En lisant attentivement ces deux textes, je me suis demandé et je vous propose de vous le demander vous aussi, qui est le prophète ? Est-ce que je suis aussi, moi, un prophète ? Je vais ici donner trois caractéristiques du prophète parmi tant d’autres, parce que ces trois me semblent essentielles.

1- Un prophète est un appelé de Dieu

Et comment Dieu appelle-t-il ? Les deux textes nous le montrent bien. Le premier acte de l’appel de Dieu, est le don de la vie. Dieu appelle d’abord et surtout en nous donnant d’exister. Ma naissance est égale à mon appel, dans cette logique, il n’y a pas un seul homme sur cette terre qui n’ait été appelé par Dieu. Il peut avoir des appels extraordinaires, comme ceux que nous avons vu dans la première lecture et l’Évangile, mais si Dieu le fait, c’est simplement pour nous faire prendre conscience que nous sommes tous appelés. Dieu n’a pas besoin de brûler du charbon ardent les lèvres de chacun des milliards d’êtres humains qui peuplent la terre, pour qu’il sache qu’il l’a appelé. Il t’a créé oui, il t’a appelé. Cependant, on ne peut pas se savoir appelé et ne pas se demander pourquoi on est l’est . On est toujours prophète pour… appelé pour un service spécifique, qui est en fait la volonté de Dieu sur nous. Lorsque Dieu nous appelle, il ne nous promet pas un salaire ou un avenir sans difficulté, il nous appelle seulement à marcher à sa suite, c’est la foi qui est le guide du prophète.

Donc chers parents, sachez que ce n’est pas vous qui appelez vos enfants au monde, vous n’êtes que des instruments d’appel, que vous soyez bons ou mauvais. Certains parents lorsqu’ils regardent leurs enfants, ils se précipitent de les appeler par eux-mêmes à un métier, à un plan de vie qui vient très souvent du tréfonds de leur cœur frustré. Par exemple, si un parent n’a pas pu être médecin comme il l’avait rêvé si longtemps, alors il sera tenté d’appeler par lui-même l’un de ses enfants à cette profession, pour pouvoir guérir de ses propres blessures et frustrations. Vos enfants ne sont pas des remèdes à vos frustrations, priez et demandez au Seigneur de vous guérir autrement. Ces enfants que le Seigneur vous a confiés sont, comme vous, des appelés de Dieu, aidez-les, comme Zacharie et Élisabeth dans l’Évangile, à entrer dans leur appel et à assumer leur rôle de prophète. Oui, « son nom est Jean », parce que Dieu a dit que son nom est Jean, et rien, ni personne, ne pourra changer cette volonté de Dieu. Nous sommes tous né de Dieu parce qu’appelé à l’existence pour faire sa volonté. Oui, je suis un prophète, je le sais maintenant, toi aussi tu es un prophète parce que Dieu nous a créé pour exister et faire sa volonté.

2- Deuxièmement, un prophète est un porte-parole de Dieu.

Dieu appelle le prophète pour qu’il parle de lui aux hommes. Il faut comprendre par porte-parole trois choses. La première est que pour porter la parole de Dieu aux hommes, il ne faut pas forcément prendre dans nos aisselles une Bible, se mettre dans ses trente et uns, cibler une localité, s’y rendre, toquer à toutes les portes et forcer la main et le cœur aux gens. C’est bien une manière très mécanique et facile de porter la parole de Dieu et pour cela, l’on ne doit y avoir recourt qu’en dernière instance. Qu’après être capable de porter la parole de la seconde des façons.

La seconde façon d’être porte-parole de Dieu est d’être le signe de Dieu par tout et en tout, à temps et à contretemps. Il s’agit là d’être soi-même la parole que Dieu veut que nous portions aux hommes. Un prophète est lui-même le message qu’il transmet aux hommes de la part de Dieu. C’est toute sa vie qui est le message de Dieu aux hommes. Là les choses deviennent sérieuses. Ils sont peu nombreux qui accèdent à ce degré de prophétie, même ceux qui ont été appelés solennellement par Dieu pour servir d’exemple de prophète. Le prophète doit être porte-parole de Dieu, porte-parole de l’Amour, porte-amour. Nous sommes tous appelés comme Jean Baptiste, comme Isaïe, a être, pour les hommes, des porte-amour.

La troisième façon d’être porte-parole de Dieu, c’est d’être aussi porte-parole des hommes auprès de Dieu. Comme le prophète porte la parole de Dieu aux hommes, il doit également porter la parole des hommes à Dieu. Il doit être un intercesseur, il doit porter le souci des hommes auprès du Seigneur et le supplier de leur faire grâce. Un prophète est toujours sensible à la misère du monde dans lequel Dieu l’a envoyé pour porter sa parole. Ne soyons pas des prophètes sans scrupules. Oui, je suis un prophète, oui tu es un prophète parce que toi et moi nous sommes des porte-paroles de Dieu, des porte-parole des hommes, des porte-amour.

3-Enfin un prophète n’est pas seulement un appelé de Dieu, un porte-parole de Dieu, mais une personne de parole

C’est-à-dire une personne vraie, qui, étant un pauvre pécheur, ne se plait pas dans le mal et ne cherche jamais à justifier l’Évangile. Un prophète prend tout l’Évangile et n’en laisse rien. Il ne tronque pas la Parole de Dieu pour ne pas faire du mal à sa propre conscience, un prophète sait que lorsqu’il s’adresse aux autres, c’est d’abord à lui-même qu’il s’adresse , ceci dans la mesure où il est le premier concerné par ce qu’il annonce, il doit porter la parole de Dieu à celui qui en est le plus proche, lui-même.

Un prophète n’arrête pas de porter la parole parce qu’il subit des représailles, il est une personne courageuse du courage même du Christ Jésus. Il ne dit jamais comme Isaïe dans la première lecture, « Je me suis fatigué pour rien, c’est pour le néant, c’est en pure perte que j’ai usé mes forces. » Oui je suis un prophète, oui tu es un prophète, parce que toi et moi, nous sommes appelés à être vrais et à nous donner sans ménagement pour que la parole de Dieu, en toute circonstance, soit annoncée.

Prions

Dieu notre Père, par notre existence et encore plus par notre Baptême, tu as fait de nous des prophètes. Donne-nous de garder les qualités du prophète, afin de répondre favorablement à ton appel, porter ta parole au monde et te soumettre les besoins de l’humanité, par Jésus le Christ notre Seigneur. Amen.

Intercession

Nous te prions Seigneur pour tous ceux qui, ayant été appelés par toi pour être des prophètes, se sont compromis et ne sont plus des prophètes que d’apparence. Aide-les à retrouver leur ferveur d’antan. Nous te le demandons par l’intercession et par les mérites de Jean le Baptiste, dont nous célébrons la nativité aujourd’hui, et par les mérites de la très Sainte Vierge Marie, qui assista Élisabeth pendant sa maternité.

Exercice spirituel

Prions le Seigneur pour qu’il donne à chacun de nous d’être des prophètes conscients et toujours à son service.

Loué soit Jésus Christ.

André Kamta Sabang, Communauté des Disciples du Christ Vivant.


  •  
  •  
  •  
  •  

admin

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
26 − 6 =


Read also x