Avec Marie, découvrons les joies de la Visitation!

Avec Marie, découvrons les joies de la Visitation!
  •  
  •  
  •  
  •  

image_pdfTélécharger en PDF

Lectures de la messe

Première lecture

« Le roi d’Israël, le Seigneur, est en toi » (So 3, 14-18)

Lecture du livre du prophète Sophonie

    Pousse des cris de joie, fille de Sion !
Éclate en ovations, Israël !
Réjouis-toi, de tout ton cœur bondis de joie,
fille de Jérusalem !
    Le Seigneur a levé les sentences qui pesaient sur toi,
il a écarté tes ennemis.
Le roi d’Israël, le Seigneur, est en toi.
Tu n’as plus à craindre le malheur.
    Ce jour-là, on dira à Jérusalem :
« Ne crains pas, Sion !
Ne laisse pas tes mains défaillir !
    Le Seigneur ton Dieu est en toi,
c’est lui, le héros qui apporte le salut.
Il aura en toi sa joie et son allégresse,
il te renouvellera par son amour ;
il exultera pour toi et se réjouira,
    comme aux jours de fête. »
J’ai écarté de toi le malheur,
pour que tu ne subisses plus l’humiliation.

    – Parole du Seigneur.

OU BIEN

Première lecture

« Partagez avec les fidèles qui sont dans le besoin, pratiquez l’hospitalité avec empressement » (Rm 12, 9-16b)

Lecture de la lettre de saint Paul apôtre aux Romains

Frères,
    que votre amour soit sans hypocrisie.
Fuyez le mal avec horreur,
attachez-vous au bien.
    Soyez unis les uns aux autres par l’affection fraternelle,
rivalisez de respect les uns pour les autres.
    Ne ralentissez pas votre élan,
restez dans la ferveur de l’Esprit,
servez le Seigneur,
    ayez la joie de l’espérance,
tenez bon dans l’épreuve,
soyez assidus à la prière.
    Partagez avec les fidèles qui sont dans le besoin,
pratiquez l’hospitalité avec empressement.
    Bénissez ceux qui vous persécutent ;
souhaitez-leur du bien, et non pas du mal.
    Soyez joyeux avec ceux qui sont dans la joie,
pleurez avec ceux qui pleurent.
    Soyez bien d’accord les uns avec les autres ;
n’ayez pas le goût des grandeurs,
mais laissez-vous attirer par ce qui est humble.

     – Parole du Seigneur.

Cantique

(Isaïe 12, 2, 3, 4abcd, 4e-5, 6)

R/ Il est grand au milieu de toi,
le Dieu Saint d’Israël.
(cf. Is 12, 6b)

Voici le Dieu qui me sauve :
j’ai confiance, je n’ai plus de crainte.
Ma force et mon chant, c’est le Seigneur ;
il est pour moi le salut.

Exultant de joie,
vous puiserez les eaux
aux sources du salut.

Ce jour-là, vous direz :
« Rendez grâce au Seigneur,
proclamez son nom,
annoncez parmi les peuples ses hauts faits ! »

Redites-le : « Sublime est son nom ! »
Jouez pour le Seigneur,
il montre sa magnificence,
et toute la terre le sait.

Jubilez, criez de joie,
habitants de Sion,
car il est grand au milieu de toi,
le Saint d’Israël !

Évangile

« D’où m’est-il donné que la mère de mon Seigneur vienne jusqu’à moi ? » (Lc 1, 39-56)

Alléluia. Alléluia.
Heureuse es-tu, Vierge Marie,
toi qui as cru que s’accompliraient pour toi
les paroles du Seigneur.
Alléluia. (cf. Lc 1, 45)

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

    En ces jours-là,
Marie se mit en route et se rendit avec empressement
vers la région montagneuse, dans une ville de Judée.
    Elle entra dans la maison de Zacharie
et salua Élisabeth.
    Or, quand Élisabeth entendit la salutation de Marie,
l’enfant tressaillit en elle.
Alors, Élisabeth fut remplie d’Esprit Saint,
    et s’écria d’une voix forte :
« Tu es bénie entre toutes les femmes,
et le fruit de tes entrailles est béni.
    D’où m’est-il donné
que la mère de mon Seigneur vienne jusqu’à moi ?
    Car, lorsque tes paroles de salutation sont parvenues à mes oreilles,
l’enfant a tressailli d’allégresse en moi.
    Heureuse celle qui a cru à l’accomplissement des paroles
qui lui furent dites de la part du Seigneur. »

    Marie dit alors :
« Mon âme exalte le Seigneur,
        exulte mon esprit en Dieu, mon Sauveur !    
    Il s’est penché sur son humble servante ;
désormais tous les âges me diront bienheureuse.
    Le Puissant fit pour moi des merveilles ;
Saint est son nom !
    Sa miséricorde s’étend d’âge en âge
sur ceux qui le craignent.
    Déployant la force de son bras,
il disperse les superbes.
    Il renverse les puissants de leurs trônes,
il élève les humbles.
    Il comble de biens les affamés,
renvoie les riches les mains vides.
    Il relève Israël son serviteur,
il se souvient de son amour
    de la promesse faite à nos pères,
en faveur d’Abraham et sa descendance à jamais. »

    Marie resta avec Élisabeth environ trois mois,
puis elle s’en retourna chez elle.

10

Méditation

Frères et sœurs dans le Seigneur Jésus Christ, rendons grâce à notre Sauveur qui nous a donné sa mère la Vierge Marie pour tenir notre main sur le chemin de la foi. Réjouissons-nous aujourd’hui de célébrer avec toute l’Église la fête de la visitation, cet épisode de la vie de notre mère du ciel qui révèle des vertus dont notre monde a tant besoin que ce soit en action ou en parole.

Ce texte se situe à la suite de l’Annonciation pendant laquelle l’ange informe la Vierge de  la grossesse de sa cousine Élisabeth. La première action de Marie est remarquable. Elle se rend avec empressement chez sa cousine. Cet empressement à aller vers l’autre, cet amour du prochain, ce désir de partager la joie de l’autre sont des vertus universelles et éternelles. Son acte s’accompagne de sa parole, une salutation qui réjouit parce que derrière ces simples paroles de salutation, se cache la joie, l’Esprit Saint et le salut qu’elle porte en elle et c’est ce qu’elle transmet à sa cousine.

Aujourd’hui encore la société a besoin que de vrais chrétiens sortent de leur zone de confort et vont avec empressement à la rencontre des autres. Nous aussi nous pouvons incarner ces vertus, nous pouvons décider de ne pas céder à la mode de l’indifférence, de la proximité distante par les réseaux sociaux ou encore de la jalousie et de l’envie. Le monde a besoin de personnes qui savent montrer de l’amour aux autres, qui se lèvent pour aller vite au secours de celui qui a besoin d’assistance, des personnes qui savent que la présence humaine est le plus grand présent qu’on puisse offrir. Nous avons besoin aujourd’hui des personnes qui savent se réjouir du bonheur des autres sans hypocrisie. Et à côté du geste, il y a la parole. Nous devons faire de nos paroles des canaux de joie et de réconfort. Nos paroles doivent traduire notre désir de rendre heureux, elles doivent traduire l’encouragement, la bénédiction et la valorisation.

Mais parfois nous pensons que quelques appels et quelques messages suffisent pour parler d’assistance. Parfois nous ne surveillons pas notre langue, et même notre première parole lors d’une rencontre est pleine de reproches et faites pour humilier. À la limite nous voyons la joie et la réussite de l’autre comme une menace et nous cherchons à y mettre fin soit par des actes diaboliques, soit par des paroles blessantes.

Parfois sous le prétexte que nous n’avons rien à apporter à cette personne, nous préférons rester chez nous. Mais Marie avait-elle emporté quelque chose dans son empressement? Peut-être, mais à la base de son action se trouvait la bonne intention, et c’est ce qui a été traduit dans sa salutation. Si notre intention lorsque nous allons vers l’autre est bonne, cette personne ressentira de la joie sans que nous ayons à lui faire un présent; mais si notre intention n’est pas saine à la base, peu importe le présent que nous lui apporterons et les belles paroles que nous pourrons dire, cela n’aura aucun effet positif.

Et après avoir posé le geste de charité et dit la parole adéquate, il faut rendre grâce à Dieu comme Marie dans le magnificat. Elle lui rend grâce en disant ses merveilles. Elle reconnait que tout vient de lui et qu’il peut tout. Ne courons donc pas le risque de tout gâcher à la fin en nous accaparant les mérites de ce que nous aurons pu faire de bien. Donc quand nous aurons bien agi, quand nous aurons révélé l’amour de Dieu, tournons-nous vers lui et rendons lui grâce.

En nous servant de Marie comme modèle, évaluons notre relation aux autres aujourd’hui. Comment réagissons-nous en apprenant le bonheur ou le malheur des autres ? Allons-nous vers eux ou pour nous quelques messages et une petite somme d’argent suffisent à montrer notre intérêt ou notre compassion? Et lorsque nous ouvrons la bouche quel type de parole prononçons-nous et quelles intentions se cachent derrière?

Prions

Seigneur, Dieu Tout Puissant, je désire que ma vie soit action de grâce, service et charité. Accorde-moi la grâce de puiser dans ton Esprit Saint la force et le courage pour ne pas m’aligner aux tendances dominantes d’indifférence et d’individualisme mais que je sache porter ton amour partout.

Intercession

Pour tous ceux qui sont refermer sur eux-mêmes, que le Seigneur Jésus habite leur cœur et leur donne de s’ouvrir, de savoir aller vers les autres pour donner et recevoir de l’amour. 

Sainte Marie, mère pleine d’amour, visite tes enfants.

Exercice spirituel

Programmer rendre visite à l’un ou plusieurs de nos proches avant la fin de la semaine et au début de chacune de nos conversations de la journée, dire des paroles d’encouragements et de réconfort.

Stéphanie Bebissi, Communauté des Disciples du Christ Vivant

Version audio https://www.youtube.com/watch?v=GiJS48imxI8


  •  
  •  
  •  
  •  

admin

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
24 + 15 =


Read also x