Comment prier sans cesse ?

Comment prier sans cesse ?
  •  
  •  
  •  
  •  

image_pdfTélécharger en PDF

Lectures de la messe

Première lecture

« La nuit aura disparu, le Seigneur Dieu les illuminera » (Ap 22, 1-7)

Lecture de l’Apocalypse de saint Jean

Moi, Jean,
    l’ange me montra l’eau de la vie :
un fleuve resplendissant comme du cristal,
qui jaillit du trône de Dieu et de l’Agneau.
    Au milieu de la place de la ville,
entre les deux bras du fleuve,
il y a un arbre de vie
qui donne des fruits douze fois :
chaque mois il produit son fruit ;
et les feuilles de cet arbre sont un remède pour les nations.
    Toute malédiction aura disparu.
Le trône de Dieu et de l’Agneau sera dans la ville,
et les serviteurs de Dieu lui rendront un culte ;
    ils verront sa face,
et son nom sera sur leur front.
    La nuit aura disparu,
ils n’auront plus besoin de la lumière d’une lampe
ni de la lumière du soleil,
parce que le Seigneur Dieu les illuminera ;
ils régneront pour les siècles des siècles.
    Puis l’ange me dit :
« Ces paroles sont dignes de foi et vraies :
le Seigneur, le Dieu qui inspire les prophètes,
a envoyé son ange
pour montrer à ses serviteurs ce qui doit bientôt advenir.
    Voici que je viens sans tarder.
Heureux celui qui garde les paroles
de ce livre de prophétie. »

            – Parole du Seigneur.

Psaume

(Ps 94 (95), 1-2, 3-5, 6-7)

R/  Marana tha !
Viens, Seigneur Jésus !
(1 Co 16, 22b ; Ap 22, 20c)

Venez, crions de joie pour le Seigneur,
acclamons notre Rocher, notre salut !
Allons jusqu’à lui en rendant grâce,
par nos hymnes de fête acclamons-le !

Oui, le grand Dieu, c’est le Seigneur,
le grand roi au-dessus de tous les dieux :
il tient en main les profondeurs de la terre,
et les sommets des montagnes sont à lui ;
à lui la mer, c’est lui qui l’a faite,
et les terres, car ses mains les ont pétries.

Entrez, inclinez-vous, prosternez-vous,
adorons le Seigneur qui nous a faits.
Oui, il est notre Dieu ;
nous sommes le peuple qu’il conduit,
le troupeau guidé par sa main.

Évangile

« Restez éveillés et priez en tout temps : ainsi vous aurez la force d’échapper à tout ce qui doit arriver » (Lc 21, 34-36)

Alléluia. Alléluia.
Restez éveillés et priez en tout temps :
ainsi vous pourrez vous tenir debout devant le Fils de l’homme.
Alléluia. (cf. Lc 21, 36)

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

En ce temps-là,
Jésus disait à ses disciples :
    « Tenez-vous sur vos gardes,
de crainte que votre cœur ne s’alourdisse
dans les beuveries, l’ivresse et les soucis de la vie,
et que ce jour-là ne tombe sur vous à l’improviste
    comme un filet ;
il s’abattra, en effet,
sur tous les habitants de la terre entière.
    Restez éveillés et priez en tout temps :
ainsi vous aurez la force
d’échapper à tout ce qui doit arriver,
et de vous tenir debout devant le Fils de l’homme. »

            – Acclamons la Parole de Dieu.

Méditation

Bien-aimés dans le Seigneur, en ce dernier jour de l’année liturgique C, l’Évangile, qui parle encore de la fin des temps, nous introduit curieusement dans le nouveau temps de l’Avant qui commencera demain. Dans cet Évangile, le Seigneur nous donne un dernier secret pour rester éligible lorsqu’il viendra. Ce secret, nous sert aussi bien à préparer sa venue dans la gloire que celle dans l’humilité, son incarnation et sa naissance, dont l’Église se prépare à commémorer à Noël. Ce secret c’est la prière permanente. Jésus recommande à ses disciples de «  prier sans cesse » pour ne pas être surpris lors de sa venue. Donc, que ce soit la fin des temps ou l’Avent, la prière permanente en est bien l’un des principaux moyens de préparation.  

Si cela n’est pas habituel, nous pouvons au moins nous souvenir des moments où la prière devient pour nous une épreuve. Comment cette situation se manifeste? Nous avons l’idée de prier, nous savons que c’est nécessaire de prier, mais l’âme est alourdie, elle est ankylosée, elle se refuse à la prière. Quand bien même nous nous sommes efforcés pour nous tenir en présence du Seigneur, nous attendons la fin de la durée fixée pour la prière comme le veilleur attend l’aurore. A la fin du temps fixé, notre relecture de la prière nous révèle que ces 20, 30  minutes passées apparemment en présence du Seigneur n’ont été que 20, 30 minutes d’évasion, l’âme, aidée par les ailes de l’imagination, s’est envolée loin de Dieu, ce n’était donc pas un temps pour Dieu, mais un temps de fuite de Dieu. Cet alourdissement de l’âme peut être dû, comme le dit le Christ dans l’Évangile, aux « beuveries, l’ivresse et les soucis de la vie », donc à la mauvaise conduite et le non respect des commandement de Dieu.

Pourtant, Jésus nous recommande de prier sans cesse. Pour prier sans cesse, il faut d’abord comprendre ce que prier veut dire. La prière est l’acte qui nous connecte à Dieu, notre créateur, notre sauveur. Lorsque je cesse de prier, je me déconnecte par le fait même de Dieu, qui seul peut me sauver. Si la fin des temps me surprend en déconnexion de Dieu, alors, comment pourra t-il me faire échapper au filet qui s’abattra sur la terre entière ? La prière est la respiration de notre âme. Lorsque notre âme se refuse à la prière, elle se refuse à la vie, se prédispose à l’asphyxie spirituelle et donc à la mort.

Pour prier sans cesse nous devons deuxièmement, comprendre ce qu’est la pratique de la prière permanente. Il existe trois types d’activités spirituelles nécessaires pour la vie spirituelle d’un chrétien : l’oraison(le cœur à cœur avec Dieu), l’Eucharistie et la prière permanente.  Cette prière permanente est celle que l’on appelle encore la contemplation dans l’action. Il s’agit de faire de sa vie une prière, de faire de son travail une prière et comment y parvenir ? Pour y arriver, nous devons surmonter notre égoïsme et la recherche de notre intérêt personnel. Ce qui compte ce n’est pas tant ce que nous faisons comme travail, mais pour qui, pourquoi et comment nous le faisons. Si nous donnons de bonnes réponses à ces trois questions, alors notre travail se transforme à chaque fois en prière, et notre vie tout entière devient prière. Après nos oraisons, ou nos Eucharisties, notre prière se prolongera dans les autres activités que nous mènerons.  

Voici les réponses idéales aux trois questions pour réussir notre contemplation dans l’action. Nous devons savoir que nous travaillons non pas pour nous-mêmes, mais pour Dieu, pour le salut des hommes et avec amour et application. Voilà les ingrédients qui transforment toute séance de travail en une séance de prière agréable à Dieu. Voilà bien chers frères et sœurs, comment nous pouvons prier sans cesse. Il n’’y aura plus un temps de prière, complètement isolé du temps de travail, notre cœur sera en permanence en Dieu.

Prions

Dieu notre Père, guéris-nous de la paresse spirituelle qui nous pousse à nous préserver de la prière ou à la faire avec résistance, afin que priant avec désir, amour, et constance, nous restions éveillé pour que ton jour ne nous surprenne pas comme le voleur dans la nuit. Par Jésus le Christ notre Seigneur.

Intercession

Seigneur Jésus, nous te prions de soutenir l’engagement des moines, des moniales, qui ont accepté ton appel qui a fait d’eux et d’elles des ouvriers et des ouvrières de la prière.

Vierge Marie, intercède pour nous.

Exercice

Pratiquons aujourd’hui la contemplation dans l’action, c’est-à-dire travailler sous le regard de Dieu, en offrant chaque travail à Dieu avant de l’exercer.

André KAMTA SABANG

Christus Vivit


  •  
  •  
  •  
  •  

admin

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
14 + 6 =


Read also x