Dieu n’agit pas toujours à notre manière, ses voies sont insondables!

Dieu n’agit pas toujours à notre manière, ses voies sont insondables!
  •  
  •  
  •  
  •  

image_pdfTélécharger en PDF

Lectures de la messe

Première lecture

« Il y avait beaucoup de lépreux en Israël ; et aucun d’eux n’a été purifié, mais bien Naaman le Syrien » (2 R 5, 1-15a)

Lecture du deuxième livre des Rois

En ces jours- là,
Naaman, général de l’armée du roi d’Aram,
était un homme de grande valeur et hautement estimé par son maître,
car c’est par lui que le Seigneur avait donné la victoire
au royaume d’Aram.
Or, ce vaillant guerrier était lépreux.
Des Araméens, au cours d’une expédition en terre d’Israël,
avaient fait prisonnière une fillette
qui fut mise au service de la femme de Naaman.
Elle dit à sa maîtresse :
« Ah ! si mon maître s’adressait
au prophète qui est à Samarie,
celui-ci le délivrerait de sa lèpre. »
Naaman alla auprès du roi et lui dit :
« Voilà ce que la jeune fille d’Israël a déclaré. »
Le roi d’Aram lui répondit :
« Va, mets-toi en route.
J’envoie une lettre au roi d’Israël. »
Naaman partit donc ;
il emportait dix lingots d’argent, six mille pièces d’or
et dix vêtements de fête.
Il remit la lettre au roi d’Israël. Celle-ci portait :
« En même temps que te parvient cette lettre,
je t’envoie Naaman mon serviteur,
pour que tu le délivres de sa lèpre. »
Quand le roi d’Israël lut ce message,
il déchira ses vêtements et s’écria :
« Est-ce que je suis Dieu,
maître de la vie et de la mort ?
Ce roi m’envoie un homme
pour que je le délivre de sa lèpre !
Vous le voyez bien : c’est une provocation ! »
Quand Élisée, l’homme de Dieu,
apprit que le roi d’Israël avait déchiré ses vêtements,
il lui fit dire :
« Pourquoi as- tu déchiré tes vêtements ?
Que cet homme vienne à moi,
et il saura qu’il y a un prophète en Israël. »

Naaman arriva avec ses chevaux et son char,
et s’arrêta à la porte de la maison d’Élisée.
Élisée envoya un messager lui dire :
« Va te baigner sept fois dans le Jourdain,
et ta chair redeviendra nette, tu seras purifié. »
Naaman se mit en colère et s’éloigna en disant :
« Je m’étais dit :
Sûrement il va sortir,
et se tenir debout
pour invoquer le nom du Seigneur son Dieu ;
puis il agitera sa main au-dessus de l’endroit malade
et guérira ma lèpre.
Est-ce que les fleuves de Damas,
l’Abana et le Parpar,
ne valent pas mieux que toutes les eaux d’Israël ?
Si je m’y baignais,
est-ce que je ne serais pas purifié ? »
Il tourna bride et partit en colère.
Mais ses serviteurs s’approchèrent pour lui dire :
« Père ! Si le prophète t’avait ordonné quelque chose de difficile,
tu l’aurais fait, n’est-ce pas ?
Combien plus, lorsqu’il te dit :
“Baigne-toi, et tu seras purifié.” »
Il descendit jusqu’au Jourdain et s’y plongea sept fois,
pour obéir à la parole de l’homme de Dieu ;
alors sa chair redevint semblable à celle d’un petit enfant :
il était purifié !
Il retourna chez l’homme de Dieu avec toute son escorte ;
il entra, se présenta devant lui et déclara :
« Désormais, je le sais :
il n’y a pas d’autre Dieu, sur toute la terre,
que celui d’Israël ! »

– Parole du Seigneur.

Psaume

(41 (42), 2, 3 ; 42 (43), 3, 4)

R/ Mon âme a soif de Dieu,
le Dieu vivant.
(41, 3ab)

Comme un cerf altéré
cherche l’eau vive,
ainsi mon âme te cherche,
toi, mon Dieu.

Mon âme a soif de Dieu,
le Dieu vivant ;
quand pourrai-je m’avancer,
paraître face à Dieu ?

Envoie ta lumière et ta vérité :
qu’elles guident mes pas
et me conduisent à ta montagne sainte,
jusqu’en ta demeure.

J’avancerai jusqu’à l’autel de Dieu,
vers Dieu qui est toute ma joie ;
je te rendrai grâce avec ma harpe,
Dieu, mon Dieu !

Évangile

Jésus, comme Élie et Élisée, n’est pas envoyé qu’aux seuls Juifs (Lc 4, 24-30)

Gloire au Christ,
Sagesse éternelle du Dieu vivant.
    Gloire à toi, Seigneur.

J’espère le Seigneur, et j’attends sa parole
près du Seigneur est l’amour, l’abondance du rachat.
Gloire au Christ,
Sagesse éternelle du Dieu vivant.
     Gloire à toi, Seigneur.
(Ps 129, 5.7)

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

Dans la synagogue de Nazareth,
Jésus déclara :
« Amen, je vous le dis :
aucun prophète ne trouve un accueil favorable dans son pays.
En vérité, je vous le dis :
Au temps du prophète Élie,
lorsque pendant trois ans et demi le ciel retint la pluie,
et qu’une grande famine se produisit sur toute la terre,
il y avait beaucoup de veuves en Israël ;
pourtant Élie ne fut envoyé vers aucune d’entre elles,
mais bien dans la ville de Sarepta, au pays de Sidon,
chez une veuve étrangère.
Au temps du prophète Élisée,
il y avait beaucoup de lépreux en Israël ;
et aucun d’eux n’a été purifié,
mais bien Naaman le Syrien. »

À ces mots, dans la synagogue,
tous devinrent furieux.
Ils se levèrent,
poussèrent Jésus hors de la ville,
et le menèrent jusqu’à un escarpement
de la colline où leur ville est construite,
pour le précipiter en bas.
Mais lui, passant au milieu d’eux,
allait son chemin.

– Acclamons la Parole de Dieu.

Méditation

« Élisée envoya un messager lui dire : « Va te baigner sept fois dans le Jourdain, et ta chair redeviendra nette, tu seras purifié. » Naaman se mit en colère et s’éloigna en disant : « Je m’étais dit : Sûrement il va sortir, et se tenir debout pour invoquer le nom du Seigneur son Dieu ; puis il agitera sa main au-dessus de l’endroit malade et guérira ma lèpre. Est-ce que les fleuves de Damas, l’Abana et le Parpar, ne valent pas mieux que toutes les eaux d’Israël ? Si je m’y baignais, est-ce que je ne serais pas purifié ? » Il tourna bride et partit en colère. Mais ses serviteurs s’approchèrent pour lui dire : « Père ! Si le prophète t’avait ordonné quelque chose de difficile, tu l’aurais fait, n’est-ce pas ? Combien plus, lorsqu’il te dit : “Baigne-toi, et tu seras purifié.” » Il descendit jusqu’au Jourdain et s’y plongea sept fois, pour obéir à la parole de l’homme de Dieu ; alors sa chair redevint semblable à celle d’un petit enfant » (2 R 5, 1-15a)
Bienaimés de Dieu, bonjour !


Nous sommes rendus le lundi de la 3e semaine de carême Année C. La parole de Dieu de ce jour nous montre à travers l’attitude indocile de Naaman que, nous pouvons être obstacle à notre propre prière. Son histoire nous fait savoir que nous pouvons ne pas être exaucés par Dieu à cause de nous-mêmes si personne ne nous invite à nous laisser faire comme l’ont les serviteurs de Naaman pour sa purification. Sans leur intervention, il ne sera peut-être pas purifié de sa lèpre. En fait, il s’agit de quoi? Naaman est un général de l’armée frappé par la lèpre. La lèpre dans la Bible est cette maladie qui fait de vous un paria, un mis en marge de la société. Il a besoin d’être purifié. Grâce à une de ses ménagères, il est informé en Samarie d’un prophète (Elisée) qui peut le guérir. Sans attendre, il a pris la route. Emportant avec lui de grands et importants biens pour rencontrer le prophète, son médecin. Sauf que les choses ne vont pas se passer comme il veut. Le texte nous le fait savoir. Informé de son arrivée et sans même le voir, Elisée fait lui : « Va te baigner sept fois dans le Jourdain, et ta chair redeviendra nette, tu seras purifié ». A ces paroles, le général devint rouge de colère. Il se dit, c’est un mépris de sa part, mépris de sa haute personnalité et humiliation de lui demander d’aller se baigner dans une eau qu’il estime inappropriée.


Bienaimés de Dieu, il est à retenir que Dieu n’a pas besoin de notre personnalité pour nous soigner, si sonner une trompette pour nous accorder une faveur. Il est libre de ses moyens, de nous guérir à sa manière. Même sans nous voir, ni nous toucher, il peut nous guérir et changer notre vie. La condition pour que cela soit possible, c’est d’obéir à sa volonté. Ce qui n’a pas été facile pour le général de l’armée. Il a seulement obéi à force d’insistance de ses serviteurs. Lui tenait à ce que les choses se passent à sa manière.


Frères et sœurs, n’est-ce pas, cette attitude de Naaman est aussi très régulièrement la nôtre ? Très souvent, nous n’aimons pas laisser à Dieu la préséance de traiter nos problèmes à sa table. On tient souvent à ce qu’il fasse à notre manière et à notre rythme. Par nos volontés, nous empêchons ses mains d’agir. C’est le cas pour Naaman qui a plutôt trouvé ridicule ce qu’on lui demandait de faire allant même jusqu’à estimer que les fleuves de son village valent plus que les eaux d’Israël. Une manière de dire qu’on l’a considéré pour rien.


Bien-aimés de Dieu, voilà comment nous raisonnons très souvent les chemins de guérison et de solution que Dieu nous propose pour demeurer inexaucé et dans la souffrance. Il n’est pas rare d’entendre certains fidèles dirent après avoir soumis leur problème à un envoyé de Dieu : « il m’a demandé de faire cette petite prière. Il ne m’a même pas imposé les mains, ni prier sur moi. Ça ne vaut pas la peine. Ce prêtre-là ne connait pas. Il n’est pas puissant ». Ce que beaucoup oublient, c’est que Dieu n’agit pas à notre manière. Ses voies sont insondables. Il revient à chacun de se laisser faire quand il l’a rencontré. Très souvent, il nous manque des personnes comme des serviteurs de Naaman pour nous inviter à être docile à la parole du seigneur. Des personnes un peu à l’image du vigneron de la parabole du figuier stérile. Elles nous donnent de voir le rôle important des pacificateurs dans la vie. Dieu est toujours prêt à nous exaucer. Seule notre attitude à l’égard de sa personne et de ses instructions peut tout déterminer.


Apprenons frères et sœurs, à la rencontre de Dieu à nous laisser faire, à nous soumettre à l’action de sa parole et se faisant, nous serons exaucés à coût de rien. Loué soit Jésus-Christ !

Abbé Gilbert Janvier M. Diocèse de Bafoussam

Christus Vivit


  •  
  •  
  •  
  •  

admin

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
24 × 21 =


Read also x