Dieu nous invite à la conversion, ne soyons pas indifférents à son appel!

Dieu nous invite à la conversion, ne soyons pas indifférents à son appel!
  •  
  •  
  •  
  •  

image_pdfTélécharger en PDF

Lectures de la messe

Première lecture

« As-tu, une seule fois dans ta vie, donné des ordres au matin ? Es-tu parvenu jusqu’aux sources de la mer ? » (Jb 38, 1.12-21 ; 40, 3-5)

Lecture du livre de Job

    Le Seigneur s’adressa à Job du milieu de la tempête et dit :
    « As-tu, une seule fois dans ta vie, donné des ordres au matin,
assigné son poste à l’aurore,
    pour qu’elle saisisse la terre aux quatre coins
et en secoue les méchants ?
    La terre alors prend forme comme argile sous le sceau
et se déploie tel un vêtement ;
    aux méchants est enlevée la lumière,
et le bras qui se levait est brisé.
    Es-tu parvenu jusqu’aux sources de la mer,
as-tu circulé au fond de l’abîme ?
    Les portes de la mort se sont-elles montrées à toi,
les as-tu vues, les portes de l’ombre de mort ?
    As-tu réfléchi à l’immensité de la terre ?
Raconte, si tu sais tout cela !
    Quel chemin mène à la demeure de la lumière,
et l’obscurité, quel est son lieu,
    pour que tu conduises chacune à son domaine
et discernes les sentiers de sa maison ?
    Si tu le sais, alors tu étais né,
et le nombre de tes jours est bien grand ! »
    Job s’adressa au Seigneur et dit :
    « Moi qui suis si peu de chose, que pourrais-je te répliquer ?
Je mets la main sur ma bouche.
    J’ai parlé une fois, je ne répondrai plus ;
deux fois, je n’ajouterai plus rien. »

            – Parole du Seigneur.

Psaume

(Ps 138 (139), 1-3, 7-8, 9-10, 13-14ab)

R/ Conduis-moi, Seigneur, sur le chemin d’éternité. (cf. Ps 138, 24b)

Tu me scrutes, Seigneur, et tu sais !
Tu sais quand je m’assois, quand je me lève ;
de très loin, tu pénètres mes pensées,
Que je marche ou me repose, tu le vois,
tous mes chemins te sont familiers.

Où donc aller, loin de ton souffle ?
où m’enfuir, loin de ta face ?
Je gravis les cieux : tu es là ;
je descends chez les morts : te voici.

Je prends les ailes de l’aurore
et me pose au-delà des mers :
même là, ta main me conduit,
ta main droite me saisit.

C’est toi qui as créé mes reins,
qui m’as tissé dans le sein de ma mère.
Je reconnais devant toi le prodige,
l’être étonnant que je suis.

Évangile

« Celui qui me rejette rejette celui qui m’a envoyé » (Lc 10, 13-16)

Alléluia. Alléluia.
Aujourd’hui, ne fermez pas votre cœur,
mais écoutez la voix du Seigneur.
Alléluia. (cf. Ps 94, 8a.7d)

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

En ce temps-là, Jésus disait :
    « Malheureuse es-tu, Corazine !
Malheureuse es-tu, Bethsaïde !
Car, si les miracles qui ont eu lieu chez vous
avaient eu lieu à Tyr et à Sidon,
il y a longtemps que leurs habitants
auraient fait pénitence, avec le sac et la cendre.
    D’ailleurs, Tyr et Sidon
seront mieux traitées que vous lors du Jugement.
    Et toi, Capharnaüm, seras-tu élevée jusqu’au ciel ?
Non, jusqu’au séjour des morts tu descendras !

    Celui qui vous écoute
m’écoute ;
celui qui vous rejette
me rejette ;
et celui qui me rejette
rejette celui qui m’a envoyé. »

            – Acclamons la Parole de Dieu.

Méditation

Très chers frères et sœurs en Christ, réjouissez-vous avec moi pour le don de ce nouveau jour, au cours duquel nous sommes appelés à entendre une fois de plus l’appel à la conversion que le Seigneur nous lance sans cesse et à nous engager résolument dans la voie du repentir. Alors à toi qui écoute en ce moment la Parole du Seigneur, je lance cet appel : ne ferme pas ton cœur au Christ, ne rejette pas sa Parole, mais laisse-toi transformer par elle.

Dans l’Évangile de ce jour, Jésus fait des reproches aux villes de Corazine et de Bethaïde, villes où avaient eu lieu la plus part de ses miracles, parce qu’elles ne s’étaient pas converties. Ces villes qui ont eu le plus d’occasions d’entendre Jésus et de voir ses miracles, auraient dû recevoir davantage les grâces de conversion que Jésus leur offrait. Mais à l’appel de la grâce, elles ont répondu par l’indifférence ; elles sont restées insensibles.

Le malheur de notre génération réside lui aussi dans l’indifférence et le refus de Dieu. Dieu nous fait chaque jour don de ses nombreuses grâces ; Il réalise sans cesse de nombreux prodiges sous nos yeux ; Il nous envoie sans se lasser ses messagers qui, avec enthousiasme, nous annoncent son Évangile ; mais malgré tout cela nous fermons les yeux sur la vérité de sa présence, nous refusons de l’accueillir dans notre cœur, nous choisissons de le mettre en dehors de notre vie.

Cette attitude de notre part ne peut que nous attirer le malheur et le désespoir. En effet, les êtres humains ne sont pas à mesure de vivre sans Dieu. Ni vous ni moi ne sommes complets sans Dieu, et sans Lui, il nous est impossible de découvrir notre raison d’être. La Bible nous montre que nous sommes des créatures destinées à vivre dans l’union et la confiance en Dieu. Hors de cette union nous sommes lamentablement voués à l’échec. C’est donc l’homme lui-même qui attire sur lui le malheur en résistant sans cesse à la grâce, en persistant dans le péché, en refusant de reconnaitre sa fragilité et son besoin de toujours recourir à Dieu dans toutes les situations de sa vie.

Les textes de ce jour sont donc une mise en garde pour vous et pour moi. Notre vie est témoin de plusieurs miracles de Dieu, et Dieu passe par bien de moyens pour nous parler ; mais sommes attentifs aux événements où Dieu nous fait signe et veux nous parler ? Que faisons-nous de la Parole de Dieu que nous écoutons tous les jours ? Que faisons-nous de la grâce que nous recevons à travers les sacrements de l’Église ? Que faisons-nous de l’amour que le Christ manifeste à notre endroit chaque jour ? Nous sommes encore très loin de l’idéal de notre foi. Si non comment expliquer que des personnes qui lisent régulièrement la Bible, qui viennent à l’Église tous les jours, qui écoutent tous les jours les homélies des prêtres, se conduisent pourtant comme si elles n’avaient rien appris ni rien retenu ?

On ne peut se moquer ainsi de Dieu sans conséquences, c’est ce que Jésus veut nous faire comprendre aujourd’hui. Il nous reste maintenant à savoir ce que nous voulons faire : le recevoir ou le refuser. Cela dépend de nous.

Prions

Je te remercie Seigneur pour le don de ta Parole et pour ta présence dans ma vie. Merci pour ton amour et ta bonté à mon endroit. Donne-moi la grâce de toujours Te reconnaitre présent et agissant dans ma vie et que mon cœur soit continuellement tourné vers Toi, mon seul et unique vrai Bien.

Intercession

Nous te prions pour tous ceux et celles qui se donnent de la peine pour faire connaitre à leurs frères et sœurs ta Parole. Préserve-les de tout esprit de découragement et permet qu’ils trouvent des personnes disposées à les écouter.  

Exercice spirituel

Jeûner et prier en réparation de nos ingratitudes et de nos indifférences à l’endroit de Dieu ; et prier pour la conversion d’une personne particulière (ça peut être un ami, un voisin, un membre de la famille, …)

Abbé Martial SOH TAKAMTE, Diocèse de Bafoussam, Séminariste

Christus Vivit


  •  
  •  
  •  
  •  

admin

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
20 − 4 =


Read also x