Disponibilité, sacrifice, service, sont les marques du chrétien véritable

Disponibilité, sacrifice, service, sont les marques du chrétien véritable
  •  
  •  
  •  
  •  

image_pdfTélécharger en PDF

Lectures de la messe

Première lecture

« Donne à ton serviteur un cœur attentif pour qu’il sache gouverner ton peuple » (1 R 3, 4-13)

Lecture du premier livre des Rois

En ces jours-là,
    le roi Salomon se rendit à Gabaon,
qui était alors le lieu sacré le plus important,
pour y offrir un sacrifice ;
il immola sur l’autel un millier de bêtes en holocauste.
    À Gabaon, pendant la nuit, le Seigneur lui apparut en songe.
Dieu lui dit :
« Demande ce que je dois te donner. »
    Salomon répondit :
« Tu as traité ton serviteur David, mon père,
avec une grande fidélité,
lui qui a marché en ta présence
dans la loyauté, la justice et la droiture de cœur envers toi.
Tu lui as gardé cette grande fidélité,
tu lui as donné un fils qui est assis maintenant sur son trône.
    Ainsi donc, Seigneur mon Dieu,
c’est toi qui m’as fait roi, moi, ton serviteur,
à la place de David, mon père ;
or, je suis un tout jeune homme,
ne sachant comment se comporter,
    et me voilà au milieu du peuple que tu as élu ;
c’est un peuple nombreux,
si nombreux qu’on ne peut ni l’évaluer ni le compter.
    Donne à ton serviteur un cœur attentif
pour qu’il sache gouverner ton peuple
et discerner le bien et le mal ;
sans cela, comment gouverner ton peuple,
qui est si important ? »

    Cette demande de Salomon plut au Seigneur,
qui lui dit :
    « Puisque c’est cela que tu as demandé,
et non pas de longs jours,
ni la richesse, ni la mort de tes ennemis,
mais puisque tu as demandé le discernement,
l’art d’être attentif et de gouverner,
    je fais ce que tu as demandé :
je te donne un cœur intelligent et sage,
tel que personne n’en a eu avant toi
et que personne n’en aura après toi.
    De plus, je te donne même ce que tu n’as pas demandé,
la richesse et la gloire,
si bien que pendant toute ta vie
tu n’auras pas d’égal parmi les rois. »

            – Parole du Seigneur.

Psaume

(Ps 118 (119), 9-10, 11-12, 13-14)

R/ Seigneur, apprends-moi tes commandements. (Ps 118, 12b)

Comment, jeune, garder pur son chemin ?
En observant ta parole.
De tout mon cœur, je te cherche ;
garde-moi de fuir tes volontés.

Dans mon cœur, je conserve tes promesses
pour ne pas faillir envers toi.
Toi, Seigneur, tu es béni :
apprends-moi tes commandements.

Je fais repasser sur mes lèvres
chaque décision de ta bouche.
Je trouve dans la voie de tes exigences
plus de joie que dans toutes les richesses.

Évangile

« Ils étaient comme des brebis sans berger » (Mc 6, 30-34)

Alléluia. Alléluia.
Mes brebis écoutent ma voix, dit le Seigneur ;
moi, je les connais, et elles me suivent.
Alléluia. (Jn 10, 27)

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc

En ce temps-là,
    les Apôtres se réunirent auprès de Jésus,
et lui annoncèrent tout ce qu’ils avaient fait et enseigné.
    Il leur dit :
« Venez à l’écart dans un endroit désert,
et reposez-vous un peu. »
De fait, ceux qui arrivaient et ceux qui partaient étaient nombreux,
et l’on n’avait même pas le temps de manger.
    Alors, ils partirent en barque
pour un endroit désert, à l’écart.
    Les gens les virent s’éloigner,
et beaucoup comprirent leur intention.
Alors, à pied, de toutes les villes,
ils coururent là-bas
et arrivèrent avant eux.
    En débarquant, Jésus vit une grande foule.
Il fut saisi de compassion envers eux,
parce qu’ils étaient comme des brebis sans berger.
Alors, il se mit à les enseigner longuement.

            – Acclamons la Parole de Dieu.

Méditation

Bien-aimés dans le Seigneur, Dieu soit loué en tout temps. Être chrétien, être vrai chrétien, nécessite des exigences auxquelles il nous est souvent difficile de nous conformer. Le Seigneur Jésus nous enseigne que le véritable chrétien ne peut pas vivre comme le commun des mortels. Qu’il le veuille ou pas, le chrétien, disciple du Christ, doit mener une vie différente, une vie surprenante, une vie incompréhensible et même parfois choquante, seulement parce que sa vie sort de l’ordinaire des vies de la majorité. Cette vérité, il faut le savoir d’emblée pour pouvoir être un bon chrétien ou pour le demeurer jusqu’au bout.

Dans l’Évangile en effet, Jésus reçoit ses disciples revenus d’une dure, mais plaisante et fructueuse mission. Ils sont allés annoncer le règne de Dieu dans des villes et villages où le maitre les a envoyés, ils y ont guéri les malades, et fait de nombreux autres miracles et prodiges par le pouvoir que le maitre leur a donné. Chacun d’eux, avec beaucoup d’allégresse, raconte au maître comment la mission s’est déroulée. C’est l’ambiance de fête et de joie au sein du groupe des disciples.  Ces derniers avaient suffisamment travaillé et méritaient pourtant un bon repos. Mais Jésus, paradoxalement, va leur plonger dans une nouvelle expérience, qui leur montre que le disciple, comme le Fils de l’homme, n’a pas où reposer la tête. Le repos promit par le Christ à ses disciples n’était donc qu’un autre travail !

Jésus forme ainsi ses disciples, aux trois exigences nécessaires pour le suivre jusqu’au bout : la disponibilité, le sacrifice et le service gratuit des autres. Les disciples, malgré la fatigue, n’ont pas décliné ce nouvel engagement. Ils ont fait preuve de sacrifice, car ils ont pu s’oublier, oublier leurs propre besoins pour penser en priorité aux besoins des autres. Il se sont mis, sans rechigner, au service de cette foule qui était pitoyable parce que ressemblant à des brebis sans berger. La priorité du chrétien doit être de se donner avec le Christ pour sa gloire et pour le salut des âmes.

Très souvent, nous semblons, à un moment de notre vie chrétienne, dire au Seigneur : « oh Seigneur, je suis fatigué, cela fait déjà beaucoup d’années que je travaille avec toi et pour toi ! Laisse-moi m’occuper maintenant de moi-même et de mes propres affaires ! » C’est ainsi que nous pouvons voir de nombreux chrétiens se tiédir et même se refroidir du jour au lendemain. Voilà, celui qui était très fidèle à l’Église au paravent est devenu aujourd’hui l’ombre de lui-même, parce qu’il voulait prendre des vacances de Dieu. Lorsqu’on donne congé à Dieu, on revient toujours moins que ce qu’on était.

Chers frères et sœurs, sachons-le, on n’a jamais assez servi Dieu. Dieu lui-même nous sert toute notre vie durant. On n’a jamais assez aimé et fait miséricorde, car l’amour est un abîme sans fond. On ne peut pas finir d’aimer quelqu’un, on ne peut que l’aimer toujours plus, sans jamais pouvoir l’aimer suffisamment. Le chrétien n’a pas d’endroit ou reposer la tête, il doit toujours être prêt à donner, à se donner, à servir les autres et à se sacrifier pour eux. C’est ce qui donne au chrétien sa joie, la joie du chrétien n’est finalement que la joie de croire et la joie de servir. Voilà la leçon que le Christ veut que chaque chrétien comprenne aujourd’hui.

Si je suis un chrétien fatigué, qui sombre déjà dans la paresse, que je me réveille, que je reprenne mon tablier pour me mettre à nouveau, et ce courageusement, au service de mon Seigneur. Je dois savoir et comprendre que la volonté de Jésus est que je serve par Lui, avec Lui et en Lui, jusqu’au bout de ma vie.

Prions

Père Éternel, donne-nous l’Esprit de sacrifice et de service afin qu’a temps et à contre temps nous soyons toujours disponibles pour servir avec ton Fils Jésus Christ qui vit et règne avec toi dans l’unité du Saint-Esprit maintenant et pour les siècles des siècles. Amen.

Intercession

Seigneur Jésus, nous te prions spécialement pour tous les chrétiens qui ont perdu entretemps leur ardeur à la prière et au service, donne-leur du courage nécessaire pour se réengager véritablement à ta suite.

Vierge Marie, intercède pour nous.

Exercice spirituel

Est-ce que nous avons régressé ou progressé dans notre vie à la suite du Christ et dans notre engagement au service de son Évangile ? Pour le savoir, faisons un bilan de notre relation avec Dieu: ce que nous faisions pour le Seigneur, ce que nous continuons de faire actuellement et ce que nous avons arrêté de faire par simple paresse et découragement. Si nous avons régressé, commençons par reprendre les activités que nous avions abandonnées par paresse. Demandons surtout au Seigneur le secours de sa grâce.  

Loué soit Jésus-Christ !

André Kamta Sabang

Communauté des Disciples du Christ Vivant


  •  
  •  
  •  
  •  

admin

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
13 + 11 =


Read also x