Faire non pas notre volonté, mais celle de Dieu!

Faire non pas notre volonté, mais celle de Dieu!
  •  
  •  
  •  
  •  

image_pdfTélécharger en PDF

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean (Jn 5, 17-30)

En ce temps-là,
après avoir guéri le paralysé un jour de sabbat,
Jésus déclara aux Juifs :
« Mon Père est toujours à l’œuvre,
et moi aussi, je suis à l’œuvre. »
C’est pourquoi, de plus en plus,
les Juifs cherchaient à le tuer,
car non seulement il ne respectait pas le sabbat,
mais encore il disait que Dieu était son propre Père,
et il se faisait ainsi l’égal de Dieu.

Jésus reprit donc la parole. Il leur déclarait :
« Amen, amen, je vous le dis :
le Fils ne peut rien faire de lui-même,
il fait seulement ce qu’il voit faire par le Père ;
ce que fait celui-ci,
le Fils le fait pareillement.
Car le Père aime le Fils
et lui montre tout ce qu’il fait.
Il lui montrera des œuvres plus grandes encore,
si bien que vous serez dans l’étonnement.
Comme le Père, en effet, relève les morts
et les fait vivre,
ainsi le Fils, lui aussi, fait vivre qui il veut.
Car le Père ne juge personne :
il a donné au Fils tout pouvoir pour juger,
afin que tous honorent le Fils comme ils honorent le Père.
Celui qui ne rend pas honneur au Fils
ne rend pas non plus honneur au Père, qui l’a envoyé.
Amen, amen, je vous le dis :
qui écoute ma parole
et croit en Celui qui m’a envoyé,
obtient la vie éternelle
et il échappe au jugement,
car déjà il passe de la mort à la vie.

Amen, amen, je vous le dis :
l’heure vient – et c’est maintenant –
où les morts entendront la voix du Fils de Dieu,
et ceux qui l’auront entendue vivront.
Comme le Père, en effet, a la vie en lui-même,
ainsi a-t-il donné au Fils d’avoir, lui aussi, la vie en lui-même ;
et il lui a donné pouvoir d’exercer le jugement,
parce qu’il est le Fils de l’homme.
Ne soyez pas étonnés ;
l’heure vient
où tous ceux qui sont dans les tombeaux
entendront sa voix ;
alors, ceux qui ont fait le bien sortiront
pour ressusciter et vivre,
ceux qui ont fait le mal,
pour ressusciter et être jugés.

Moi, je ne peux rien faire de moi-même ;
je rends mon jugement d’après ce que j’entends,
et mon jugement est juste,
parce que je ne cherche pas à faire ma volonté,
mais la volonté de Celui qui m’a envoyé. »

– Acclamons la Parole de Dieu.

Méditation

Frères et sœurs dans le Seigneur Jésus-Christ, Notre créateur a voulu que nous soyons comptés parmi les vivants de ce jour. Disons-lui toute notre reconnaissance et plus encore parce qu’il nous donne une fois de plus la grâce de nous nourrir de sa parole. L’extrait de l’Évangile en ce jour nous donne de contempler l’unité du Père et du Fils et de comprendre que Dieu est toujours au milieu de nous et agit sans cesse pour notre bien à travers son Fils Jésus Christ.

En effet le Christ, qui a pris notre condition humaine, nous fait voir dans ce passage de l’Évangile tout ce dont il est capable. Mais surtout il nous rappelle chaque fois que tout ce qu’il fait, il le fait avec le Père et plus important encore, il nous dit que son jugement est juste parce qu’Il ne cherche pas à faire sa volonté propre mais la volonté de celui qui l’a envoyé. Et nous, est-ce que nous connaissons la volonté de Dieu qui nous a créé et envoyé dans le monde ? Si oui, est-ce que nous cherchons à l’accomplir ? 

Ce texte m’amène à revoir mon identité et mon rôle dans la société. Je sais que Dieu m’a créé à son image et à sa ressemblance. Par conséquent je devrais être uni(e) à Lui comme le Christ et être capable de faire ce que le Christ fait. Mais hélas, je constate que très souvent j’en suis incapable et au lieu de poser des actes qui apportent joie, justice et paix, je me retrouve à être à l’origine des discordes et à encourager des maux qui gangrènent la société. Ceci parce que le péché a terni en moi cette image, m’a déconnecté du Père et par conséquent j’ai perdu de vue sa volonté.

Consciente que la première volonté de Dieu pour moi c’est que je me convertisse pour pourvoir être de nouveau uni à Lui afin d’accomplir librement sa volonté, ce texte vient aujourd’hui comme une sonnette d’alarme à mi-chemin de ce temps de carême pour m’inviter à me reconnecter à mon essence qui est Dieu en laissant le Christ qui est l’image visible du Dieu invisible me montrer la voie. Ce n’est toujours pas facile de se couper du péché, notre Seigneur le sait. Mais aujourd’hui je comprends que je ne suis pas seul(e) et que je dois m’appuyer sur le Christ que je dois cesser de me lamenter pour continuer à fournir des efforts en comptant sur le Seigneur car il a Lui-même dit « Une femme peut-elle oublier son nourrisson, ne plus avoir de tendresse pour le fils de ses entrailles ? Même si elle l’oubliait, moi, je ne t’oublierai pas » (Is 49, 15).

Prions

Dieu notre Père, je te dis merci pour ta tendresse, ta pitié et ton amour, Donne-moi la force et un plus grand désir de prendre la main que tu me tends aujourd’hui encore. Accorde-moi la Sagesse pour discerner ta volonté, le réel désir de l’accomplir ainsi que la force pour le faire.

Intercession

Prions pour tous ceux qui rejettent encore le Christ, afin que l’Esprit Saint les éclaire et leur donne d’accepter cette vérité pour vivre en parfaite communion avec le Père.

Maman Marie intercède pour nous.

Exercice spirituel

Prier pour avoir la force de nous couper de ce qui nous éloigne encore de la volonté du Père et avant de poser chaque acte ou dire chaque parole, prendre le temps d’évaluer si cela concorde avec sa volonté.

Bebissi Stéphanie

Christus Vivit


  •  
  •  
  •  
  •  

admin

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
40 ⁄ 20 =


Read also x