Comment Dieu nous trouvera-t-il dans l’épreuve : triste, pessimiste et désespéré ou plein de joie, d’optimisme et d’espérance?

Comment Dieu nous trouvera-t-il dans l’épreuve : triste, pessimiste et désespéré ou plein de joie, d’optimisme et d’espérance?
  •  
  •  
  •  
  •  

image_pdfTélécharger en PDF

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean (Jn 5, 1-16)

À l’occasion d’une fête juive,
Jésus monta à Jérusalem.
Or, à Jérusalem, près de la porte des Brebis,
il existe une piscine qu’on appelle en hébreu Bethzatha.
Elle a cinq colonnades,
sous lesquelles étaient couchés une foule de malades,
aveugles, boiteux et impotents.
Il y avait là un homme qui était malade depuis trente-huit ans.
Jésus, le voyant couché là,
et apprenant qu’il était dans cet état depuis longtemps,
lui dit :
« Veux-tu être guéri ? »
Le malade lui répondit :
« Seigneur, je n’ai personne
pour me plonger dans la piscine
au moment où l’eau bouillonne ;
et pendant que j’y vais,
un autre descend avant moi. »
Jésus lui dit :
« Lève-toi, prends ton brancard, et marche. »
Et aussitôt l’homme fut guéri.
Il prit son brancard : il marchait !
Or, ce jour-là était un jour de sabbat.
Les Juifs dirent donc à cet homme que Jésus avait remis sur pied :
« C’est le sabbat !
Il ne t’est pas permis de porter ton brancard. »
Il leur répliqua :
« Celui qui m’a guéri, c’est lui qui m’a dit :
“Prends ton brancard, et marche !” »
Ils l’interrogèrent :
« Quel est l’homme qui t’a dit :
“Prends ton brancard, et marche” ? »
Mais celui qui avait été rétabli
ne savait pas qui c’était ;
en effet, Jésus s’était éloigné,
car il y avait foule à cet endroit.

Plus tard, Jésus le retrouve dans le Temple et lui dit :
« Te voilà guéri.
Ne pèche plus,
il pourrait t’arriver quelque chose de pire. »
L’homme partit annoncer aux Juifs
que c’était Jésus qui l’avait guéri.
Et ceux-ci persécutaient Jésus
parce qu’il avait fait cela le jour du sabbat.

– Acclamons la Parole de Dieu.

Méditation

Frères et sœurs en Christ, que la grâce de notre Seigneur abonde dans chacune de nos vies. Ce matin, nous pouvons voir le Seigneur Jésus obtenir une guérison miraculeuse. Mais nous voulons nous arrêter aujourd’hui sur la maladie de cet homme qui n’était pas seulement paralysé physiquement, mais aussi spirituellement et même émotionnellement.

En effet, cet homme était paralytique. Mais sa réaction à la question claire de Jésus : « Veux-tu être guéri? » nous renseigne sur une autre maladie qu’il avait. Au lieu de répondre par « Oui » ou par « Non », il se plaint de sa situation et des autres qui ont plus de chances que lui pour obtenir la guérison lorsque l’ange visite la piscine. Il est rempli de tristesse, de pessimisme et surtout de désespoir. Ce désespoir l’empêche même de voir la solution à ses problèmes posé devant lui, l’empêche de dire « Oui » à la grâce.

Ce comportement n’est pas seulement celui de cet homme. En effet, combien de fois, insatisfait de notre propre vie, en attente d’un exaucement, d’un travail, d’un mariage, d’un enfant, d’une réconciliation, d’une meilleure condition de vie, nous regardons les autres qui ont ce que nous n’avons pas et nous nous plaignons, nous les envions, nous sommes jaloux. Plus encore et même pire encore, nous nous sentons malchanceux, moins aimés de Dieu, tristes et nous pensons que leur vie est meilleure que la nôtre.

Cet homme n’était donc pas seulement malade physiquement, sa maladie physique, l’épreuve par laquelle il passait n’était pas le problème. Son véritable problème était son attitude dans la difficulté : le pessimisme, le désespoir et la tristesse au lieu d’attendre son heure de grâce dans la joie, l’espérance et l’optimisme que Dieu agira dans sa vie au moment indiqué. Le Seigneur lui rappelle d’ailleurs de ne plus pécher sous peine de tomber dans une plus grande paralysie.

Nous aussi, combien de fois laissons nous les situations de la vie, les longues attentes de certaines grâces nous paralyser, nous voler notre paix, notre joie, notre foi en Dieu? Nous ne le faisons pas pour obtenir la grâce de Dieu, il la donnera certainement, mais nous le faisons pour nous-mêmes, notre santé, notre bonheur, notre épanouissement, notre joie en toute circonstance.

Dans chaque situation, c’est notre façon de la percevoir qui nous fait la vivre dans la paix ou dans l’inquiétude, dans l’espérance ou dans le désespoir. Demandons au Seigneur la grâce de la foi et de la joie dans les épreuves.

Prions

Père d’amour, toi qui nous aime toujours et en toute circonstance, donne nous la grâce de savoir demeurer dans la foi et dans la joie, confiants dans ton amour peu importe les situations de la vie. Décidons aujourd’hui d’être heureux, satisfaits et épanouis!

Intercession

Nous te prions pour tous ceux qui sont handicapés par leur système de pensée et qui croupissent dans la misère à cause de leur façon de penser, aussi pour ceux qui ont un handicap physique. Daigne les guérir Seigneur.

Maman Marie, intercède pour nous.

Exercice spirituel

Rendre constamment grâce à Dieu tout au long de la journée.

Himco Fodjo Flora

Christus Vivit


  •  
  •  
  •  
  •  

admin

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
25 × 11 =


Read also x