Faire toujours le bien, oui, mais toujours attendre sa récompense de Dieu seul !

Faire toujours le bien, oui, mais toujours attendre sa récompense de Dieu seul !
  •  
  •  
  •  
  •  

image_pdfTélécharger en PDF

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu(Mt 6, 1-6.16-18)

En ce temps-là,
Jésus disait à ses disciples :
« Ce que vous faites pour devenir des justes,
évitez de l’accomplir devant les hommes
pour vous faire remarquer.
Sinon, il n’y a pas de récompense pour vous
auprès de votre Père qui est aux cieux.
Ainsi, quand tu fais l’aumône,
ne fais pas sonner la trompette devant toi,
comme les hypocrites qui se donnent en spectacle
dans les synagogues et dans les rues,
pour obtenir la gloire qui vient des hommes.
Amen, je vous le déclare : ceux-là ont reçu leur récompense.
Mais toi, quand tu fais l’aumône,
que ta main gauche ignore ce que fait ta main droite,
afin que ton aumône reste dans le secret ;
ton Père qui voit dans le secret
te le rendra.

Et quand vous priez,
ne soyez pas comme les hypocrites :
ils aiment à se tenir debout
dans les synagogues et aux carrefours
pour bien se montrer aux hommes quand ils prient.
Amen, je vous le déclare : ceux- là ont reçu leur récompense.
Mais toi, quand tu pries,
retire- toi dans ta pièce la plus retirée,
ferme la porte,
et prie ton Père qui est présent dans le secret ;
ton Père qui voit dans le secret
te le rendra.

Et quand vous jeûnez,
ne prenez pas un air abattu,
comme les hypocrites :
ils prennent une mine défaite
pour bien montrer aux hommes qu’ils jeûnent.
Amen, je vous le déclare : ceux-là ont reçu leur récompense.
Mais toi, quand tu jeûnes,
parfume-toi la tête et lave-toi le visage ;
ainsi, ton jeûne ne sera pas connu des hommes,
mais seulement de ton Père qui est présent au plus secret ;
ton Père qui voit au plus secret
te le rendra. »

– Acclamons la Parole de Dieu.

Méditation

Bien-aimés dans le Christ Jésus, le désir de reconnaissance est inscrit dans la nature de l’homme et voulu par Dieu. Cependant, notre seul désir de reconnaissance doit être le désir de participer à la nature divine, le désir de demeurer avec Dieu, le désir d’acquérir la vie Éternelle.

Dans l’Évangile de ce jour, Jésus pointe du doigt cette mauvaise attitude qui nous pousse à vouloir devenir des dieux sans Dieu. Il fustige la mentalité des pharisiens qui, sans vraiment trop aimer Dieu comme ils aimaient à le prétendre, cherchaient, après chacune de leurs bonnes œuvres, la gloire qui vient des hommes. Ils aimaient faire le bien, seulement en s’assurant d’être vus en train de faire le bien et d’être encensés par les hommes après avoir fait le bien. Les pharisiens, toujours à la quête des thuriféraires, attendaient leur récompense des hommes et préféraient la gloire qui vient des  hommes à celle qui vient de Dieu.

Ce texte me rappelle une période difficile  de ma vie où le désir de reconnaissance des autres me poussait à la révolte et à l’amertume constantes. Lorsque je faisais un bien à l’autre, mon être profond en attendait une digne récompense, ne fusse qu’un merci. Et très souvent la récompense de ceux qui bénéficiaient de mes bonnes œuvres ne me suffisait pas, il me fallait publier le plus possible mon bien pour récolter le plus d’appréciations des autres.  Et lorsque je n’avais pas ce lot, je me fâchais et décidait, après bien de récriminations, de ne plus faire le bien à ces personnes ingrates à la prochaine occasion. J’étais donc très sensible à l’ingratitude et exigeait la gratitude des autres après leur avoir fait le bien.

Pour me mettre sur le chemin de la délivrance, comme première étape, j’ai dû changer de créancier, j’ai fait de Dieu seul mon « diseur de merci ». Lorsque je faisais le bien, je me tournais immédiatement vers Dieu en lui disant, « Seigneur, je viens de faire le bien, alors dis-moi merci ! » Là au moins, je sentais mes récriminations envers les autres diminuer. La deuxième étape où je suis encore maintenant est d’essayer toujours de chercher la gloire même de Dieu et des autres, en faisant de sa gloire et du salut des autres ma seule récompense. J’ai ainsi gagné une plus grande paix et une plus profonde source de motivation pour continuer à faire le bien sans relâche.

Prions afin que Dieu nous donne de faire le bien uniquement pour sa plus grande gloire et pour le salut du monde, ainsi, nous nous préparerons à aimer même nos ennemis.

Prions

Seigneur Dieu notre Père, fais de la recherche de ta gloire et du salut de nos frères et sœurs, la seule motivation de toutes nos bonnes œuvres, afin que le bien que nous faisons tous les jours puisse nous rapprocher de toi. Par Jésus notre Seigneur. Amen !

Intercession

Nous te prions Seigneur pour tous ceux dont l’amour oscille encore fortement en fonction la réponse des autres. Aide-les à aimer, à continuer à aimer même sans récompense.

Vierge Marie, intercède pour nous.

Exercice spirituel

Décidons à l’avance de dire intentionnellement, avant de faire chaque œuvre bonne : « je fais ce bien pour la gloire de Dieu et je n’attends rien du bénéficiaire de mon action »

André Kamta Sabang

Christus Vivit


  •  
  •  
  •  
  •  

admin

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
14 × 20 =


Read also x