Homélie du 4ième dimanche de l’avent année A!

Homélie du 4ième dimanche de l’avent année A!
  •  
  •  
  •  
  •  

image_pdfTélécharger en PDF

Lectures de la messe

Première lecture

« Voici que la vierge est enceinte » (Is 7, 10-16)

Lecture du livre du prophète Isaïe

    En ces jours-là,
    le Seigneur parla ainsi au roi Acaz :
    « Demande pour toi un signe de la part du Seigneur ton Dieu,
au fond du séjour des morts
ou sur les sommets, là-haut. »
    Acaz répondit :
« Non, je n’en demanderai pas,
je ne mettrai pas le Seigneur à l’épreuve. »
    Isaïe dit alors :
« Écoutez, maison de David !
Il ne vous suffit donc pas de fatiguer les hommes :
il faut encore que vous fatiguiez mon Dieu !
    C’est pourquoi le Seigneur lui-même
vous donnera un signe :
Voici que la vierge est enceinte,
elle enfantera un fils,
qu’elle appellera Emmanuel
(c’est-à-dire : Dieu-avec-nous).
    De crème et de miel il se nourrira,
jusqu’à ce qu’il sache rejeter le mal et choisir le bien.
    Avant que cet enfant sache rejeter le mal
et choisir le bien,
la terre dont les deux rois te font trembler
sera laissée à l’abandon. »

    – Parole du Seigneur.

Psaume

(Ps 23 (24), 1-2, 3-4ab, 5-6)

R/ Qu’il vienne, le Seigneur :
c’est lui, le roi de gloire !
(cf. Ps 23, 7c.10c)

Au Seigneur, le monde et sa richesse,
la terre et tous ses habitants !
C’est lui qui l’a fondée sur les mers
et la garde inébranlable sur les flots.

Qui peut gravir la montagne du Seigneur
et se tenir dans le lieu saint ?
L’homme au cœur pur, aux mains innocentes,
qui ne livre pas son âme aux idoles.

Il obtient, du Seigneur, la bénédiction,
et de Dieu son Sauveur, la justice.
Voici le peuple de ceux qui le cherchent !
Voici Jacob qui recherche ta face !

Deuxième lecture

Jésus-Christ, né de la descendance de David, et Fils de Dieu (Rm 1, 1-7)

Lecture de la lettre de saint Paul Apôtre aux Romains

Paul, serviteur du Christ Jésus,
appelé à être Apôtre,
mis à part pour l’Évangile de Dieu,
à tous les bien-aimés de Dieu qui sont à Rome.

    Cet Évangile, que Dieu avait promis d’avance
par ses prophètes dans les saintes Écritures,
    concerne son Fils qui, selon la chair,
est né de la descendance de David
    et, selon l’Esprit de sainteté,
a été établi dans sa puissance de Fils de Dieu
par sa résurrection d’entre les morts,
lui, Jésus Christ, notre Seigneur.

    Pour que son nom soit reconnu,
nous avons reçu par lui grâce et mission d’Apôtre,
afin d’amener à l’obéissance de la foi
toutes les nations païennes,
    dont vous faites partie,
vous aussi que Jésus Christ a appelés.

    À vous qui êtes appelés à être saints,
la grâce et la paix
de la part de Dieu notre Père
et du Seigneur Jésus Christ.

    – Parole du Seigneur.

Évangile

Jésus naîtra de Marie, accordée en mariage à Joseph, fils de David (Mt 1, 18-24)

Alléluia. Alléluia.
Voici que la Vierge concevra :
elle enfantera un fils,
on l’appellera Emmanuel, « Dieu-avec-nous ».
Alléluia. (Mt 1, 23)

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

    Voici comment fut engendré Jésus Christ :
Marie, sa mère, avait été accordée en mariage à Joseph ;
avant qu’ils aient habité ensemble,
elle fut enceinte par l’action de l’Esprit Saint.
    Joseph, son époux,
qui était un homme juste,
et ne voulait pas la dénoncer publiquement,
décida de la renvoyer en secret.
    Comme il avait formé ce projet,
voici que l’ange du Seigneur
lui apparut en songe et lui dit :
« Joseph, fils de David,
ne crains pas de prendre chez toi Marie, ton épouse,
puisque l’enfant qui est engendré en elle
vient de l’Esprit Saint ;
    elle enfantera un fils,
et tu lui donneras le nom de Jésus
(c’est-à-dire : Le-Seigneur-sauve),
car c’est lui qui sauvera son peuple de ses péchés. »
    Tout cela est arrivé
pour que soit accomplie
la parole du Seigneur prononcée par le prophète :
    Voici que la Vierge concevra,
et elle enfantera un fils ;
on lui donnera le nom d’Emmanuel,

qui se traduit : « Dieu-avec-nous ».

    Quand Joseph se réveilla,
il fit ce que l’ange du Seigneur lui avait prescrit :
il prit chez lui son épouse.

    – Acclamons la Parole de Dieu.

Méditation

Chers Frères et Sœurs en Christ et en humanité,

Le Christ qui va venir, est la manifestation glorieuse de Dieu qui se fait proche de l’humanité, pour nous sauver. Sa proximité de l’humanité qui est visible quand il prend chair de notre chair, se décline par le nom « Emmanuel » qui veut dire « Dieu-avec-nous » (Cf. Is 7, 14 ; Mt 1, 23). Ce que nous célèbrerons dans quelques jours, c’est le mystère de Dieu qui vient à la rencontre de l’homme et décide par le fait même de faire l’histoire avec lui. Et le projet divin de salut de l’humanité pour lequel il viendra est anticipé dans la révélation de son nom par l’Ange du Seigneur à Joseph : Marie, ton épouse « mettra au monde un fils, auquel tu donneras le nom de ‘‘Jésus’’ c’est-à-dire  ‘‘le Seigneur sauve’’, car il sauvera son peuple de ses péchés » (Mt 1, 21). Son nom est Jésus, il est le Messie, le Christ et il vient pour le salut de l’humanité, pour nous sauver du péché.

  Être Chrétien, c’est pouvoir annoncer en parole et en acte que le projet de Dieu est bienveillant et qu’il se réalise en Jésus Christ. Ces deux choses sont la conviction de Saint Paul dans la deuxième lecture de ce quatrième dimanche de l’Avent. Nous savons que le mot « Évangile » signifie Bonne Nouvelle. Annoncer la Bonne nouvelle, c’est annoncer que la nouvelle est bonne, c’est annoncer que le projet de Dieu pour l’humanité est bienveillant. Cette Bienveillance de Dieu se manifeste par le don merveilleux de son Fils dont le nom est révélé à Joseph, l’homme juste, dans l’Évangile de Matthieu.

L’Annonciation de l’Ange à Joseph a eu moins de retentissement dans l’histoire que celle faite par l’Ange à Marie. Et pourtant l’acceptation libre de Joseph est importante dans le commencement de l’histoire humaine de Jésus. On pourrait dire que le dessein de l’homme a quelque peu été suspendu au bon vouloir d’un homme qui heureusement pour nous était un homme juste, Joseph. C’est grâce à lui que Jésus sera introduit dans la filiation de David, car engendré par l’Esprit Saint, et non par Joseph, mais reconnu comme son fils. « Ne crains pas de prendre Marie comme ton épouse » (Mt 1, 20) veut dire que Jésus sera introduit dans sa maison et il devra donner à Jésus son nom comme le veut la tradition juive pour tous les pères.

La figure de Joseph en ce dimanche parle à notre vie chrétienne et nous invite à l’obéissance de la foi, selon l’expression de Saint Paul. Pour Marie-Noëlle Thabut, cette obéissance de de la foi c’est l’écoute confiante de celui qui se sait en sécurité et peut donc suivre les conseils qui lui sont prodigués. C’est l’attitude filiale par excellence de ceux qui se laissent guider par la Parole d’amour du Père.

Saint Joseph est un « homme juste » (Mt 1,19), ce qui signifie dans le contexte biblique, une personne sainte, fidèle à l’Alliance, qui observe la Parole du Seigneur et sait voir dans chaque évènement le dessein de Dieu. Il est à l’opposé du roi Acaz de la lecture d’Isaïe, qui a douté de l’Alliance, se fiant aux alliances humaines et sacrifiant aux idoles jusqu’à son propre fils. Si l’annonce d’un signe de la fidélité de Dieu à son Alliance est donnée à ce roi méprisant, par le prophète, la confirmation de ce signe en Marie par l’Ange à Joseph, descendant de David et dont d’Acaz, est le signe que Dieu tient toujours ses promesses et ce en dépit de l’infidélité des hommes.

Nous sommes appelés, à l’école de saint Joseph, à accueillir avec obéissance et émerveillement le projet de Dieu dans notre vie, découvrant dans chaque évènement l’accomplissement du dessein de Dieu pour nous. Le Christ qui vient est bonne nouvelle pour notre salut. Disposons nos cœurs pour l’accueillir avec son message qui est Bonne Nouvelle pour le monde.

Prions

Seigneur notre Dieu, que ta parole se répande en nos cœurs : Par le message de l’ange, tu as fait connaître l’incarnation de ton Fils bien-aimé, donnes-nous d’accueillir le Christ et son message de salut. Puissions-nous être spirituellement renouvelés par la nativité bienheureuse de ton Fils. Lui qui règne avec toi et le Saint Esprit, Dieu pour les siècles des siècles. Amen

Intercession

Prions pour ceux qui doutent et désespèrent. Que le Seigneur, fidèle à ses promesses et à son Alliance, leur redonne courage et joie.

Maman Marie, intercède pour nous.

Exercice Spirituel

Être attentifs aux besoins des personnes rejetées et en difficultés.

Bon dimanche à tous                                                

                                                                         Abbé José NINTIDEM M., Diocèse de Nkongsamba (Cameroun)

 Christus vivit


  •  
  •  
  •  
  •  

admin

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
23 × 18 =


Read also x