Homélie du 5ième dimanche de carême année B!

Homélie du 5ième dimanche de carême année B!
  •  
  •  
  •  
  •  

image_pdfTélécharger en PDF

Lectures de la messe

Première lecture

« Je conclurai une alliance nouvelle et je ne me rappellerai plus leurs péchés » (Jr 31, 31-34)

Lecture du livre du prophète Jérémie

Voici venir des jours – oracle du Seigneur –,
où je conclurai avec la maison d’Israël et avec la maison de Juda
une alliance nouvelle.
Ce ne sera pas comme l’alliance
que j’ai conclue avec leurs pères,
le jour où je les ai pris par la main
pour les faire sortir du pays d’Égypte :
mon alliance, c’est eux qui l’ont rompue,
alors que moi, j’étais leur maître
– oracle du Seigneur.

Mais voici quelle sera l’alliance
que je conclurai avec la maison d’Israël
quand ces jours-là seront passés
– oracle du Seigneur.
Je mettrai ma Loi au plus profond d’eux-mêmes ;
je l’inscrirai sur leur cœur.
Je serai leur Dieu,
et ils seront mon peuple.
Ils n’auront plus à instruire chacun son compagnon,
ni chacun son frère en disant :
« Apprends à connaître le Seigneur ! »
Car tous me connaîtront,
des plus petits jusqu’aux plus grands
– oracle du Seigneur.
Je pardonnerai leurs fautes,
je ne me rappellerai plus leurs péchés.

– Parole du Seigneur.

Psaume

(50 (51), 3-4, 12-13, 14-15)

R/ Crée en moi un cœur pur, ô mon Dieu. (50, 12a)

Pitié pour moi, mon Dieu, dans ton amour,
selon ta grande miséricorde, efface mon péché.
Lave-moi tout entier de ma faute,
purifie-moi de mon offense.

Crée en moi un cœur pur, ô mon Dieu,
renouvelle et raffermis au fond de moi mon esprit.
Ne me chasse pas loin de ta face,
ne me reprends pas ton esprit saint.

Rends-moi la joie d’être sauvé ;
que l’esprit généreux me soutienne.
Aux pécheurs, j’enseignerai tes chemins ;
vers toi, reviendront les égarés.

Deuxième lecture

« Il a appris l’obéissance et est devenu la cause du salut éternel » (He 5, 7-9)

Lecture de la lettre aux Hébreux

Le Christ,
pendant les jours de sa vie dans la chair,
offrit, avec un grand cri et dans les larmes,
des prières et des supplications
à Dieu qui pouvait le sauver de la mort,
et il fut exaucé
en raison de son grand respect.
Bien qu’il soit le Fils,
il apprit par ses souffrances l’obéissance
et, conduit à sa perfection,
il est devenu pour tous ceux qui lui obéissent
la cause du salut éternel.

– Parole du Seigneur.

Évangile

« Si le grain de blé tombé en terre meurt, il porte beaucoup de fruit » (Jn 12, 20-33)

Gloire à toi, Seigneur,
gloire à toi.

Si quelqu’un veut me servir, qu’il me suive,
dit le Seigneur ;
et là où moi je suis, là aussi sera mon serviteur.
Gloire à toi, Seigneur,
gloire à toi.
(Jn 12, 26)

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

En ce temps-là,
il y avait quelques Grecs parmi ceux qui étaient montés à Jérusalem
pour adorer Dieu pendant la fête de la Pâque.
Ils abordèrent Philippe,
qui était de Bethsaïde en Galilée,
et lui firent cette demande :
« Nous voudrions voir Jésus. »
Philippe va le dire à André,
et tous deux vont le dire à Jésus.
Alors Jésus leur déclare :
« L’heure est venue où le Fils de l’homme
doit être glorifié.
Amen, amen, je vous le dis :
si le grain de blé tombé en terre ne meurt pas,
il reste seul ;
mais s’il meurt,
il porte beaucoup de fruit.
Qui aime sa vie
la perd ;
qui s’en détache en ce monde
la gardera pour la vie éternelle.
Si quelqu’un veut me servir,
qu’il me suive ;
et là où moi je suis,
là aussi sera mon serviteur.
Si quelqu’un me sert,
mon Père l’honorera.

Maintenant mon âme est bouleversée.
Que vais-je dire ?
“Père, sauve-moi
de cette heure” ?
– Mais non ! C’est pour cela
que je suis parvenu à cette heure-ci !
Père, glorifie ton nom ! »
Alors, du ciel vint une voix qui disait :
« Je l’ai glorifié et je le glorifierai encore. »
En l’entendant, la foule qui se tenait là
disait que c’était un coup de tonnerre.
D’autres disaient :
« C’est un ange qui lui a parlé. »
Mais Jésus leur répondit :
« Ce n’est pas pour moi qu’il y a eu cette voix,
mais pour vous.
Maintenant a lieu le jugement de ce monde ;
maintenant le prince de ce monde
va être jeté dehors ;
et moi, quand j’aurai été élevé de terre,
j’attirerai à moi tous les hommes. »
Il signifiait par là de quel genre de mort il allait mourir.

– Acclamons la Parole de Dieu.

Homélie

« Nous voudrions voir Jésus »

Bien-aimés de Dieu, cette phrase sonne fortement au cœur de l’évangile de ce jour, 5e dimanche de carême qui est à quelques jours de Pâques. Malgré les menaces de vouloir faire mourir Jésus, il poursuit sa mission et se trouve actuellement à Jérusalem. Même là, sa présence n’est pas toujours le bienvenu pour les pharisiens qui la prennent comme une menace. Là n’est pas le problème et ce n’est d’ailleurs pas le sentiment de tout le monde à son égard. Et aussi ce n’est même pas ce qui retient notre attention. C’est le désir exprimé de voir Jésus qui gagne notre cœur.

            Cette aspiration profonde de vouloir voir le Sauveur a déjà ses traces dans cette phrase de l’évangile de Jean de ce jour où nous lisons : « Il y avait quelques grecs parmi ceux étaient montés à Jérusalem pour adorer Dieu pendant la fête de la Pâques ». Donc, même s’il y’en a qui veulent finir avec la vie de Jésus, il y’en a aussi par contre qui l’aiment et veulent l’adorer en esprit et vérité. Cela se vérifie à travers la demande sérieuse et légitime de ces quelques grecs soumise à Philippe. Ils lui déclarent : « Nous voudrions voir Jésus ». Ces grecs symbolisent tous les hommes de toute la terre qui adressent aux apôtres leur désir de voir Dieu. Philippe qui a reçu la demande et a partagé avec André ont bien joué leur rôle, celui d’aller transmettre le message à qui de droit. C’est-à-dire à Jésus Lui-même. C’est l’attitude d’un bon apôtre qu’il faut avoir ; être la courroie de transmission ou faire le pont entre Dieu et ceux qui désirent le voir. Pour aucune raison, il ne faut faire écran mais porter le message. Il revient à nous, frères et sœurs, chrétiens d’aujourd’hui de jouer ce rôle de facilitateur de la rencontre entre les hommes et Dieu.

            Frères et sœurs revenons à la demande de ces grecs qui est aussi la nôtre et osons une petite analyse. Ils disent : « nous voudrions voir Jésus ». Pourquoi veulent-ils voir Jésus ? Peut-être pour Lui parler, pour Lui demander une faveur, pour l’interroger sur une question de foi ou de vie, de loi ? Peut-être juste pour une présenter une situation ? La liste des raisons ne peut être exhaustive du fait que chacun qui désire voir ou rencontrer Dieu à son besoin particulier. Mais quelle que soit la raison, ce qui est beau et flattant, c’est de contempler leur désir de voir Jésus et la réponse que Jésus leur réserve. Jésus a accueilli avec joie leur demande et se penche à leur répondre à sa manière. Il a accepté que ces personnes le voient, mais qu’ils le voient comme il veut être vu. Jésus est favorable à notre désir de le voir, de le rencontrer, mais il tient à ce que nous le voyons comme il veut être vu. Il ne veut pas être vu comme quelqu’un de passage ou comme un faiseur de miracle. Il veut être vu comme le Messie, comme celui qui vient libérer le monde. C’est la raison pour laquelle, il fait tout le développement qui suit leur demande dans l’évangile de ce jour.

            En fait, frères et sœurs, comprenons dans le désir de voir Jésus, l’envie de vouloir demeurer avec lui. Dans la réponse de Jésus à ce sujet, il leur veut leur dit que, vous qui voulez me voir et être avec moi, sachez que vous devriez renoncer à votre vie, porter votre croix et me suivre ; Parce que celui qui préfère sa vie à moi la perd et qui s’en détache pour moi, a la vie éternelle. Et il a parlé encore de beaucoup de choses le concernant et de quel genre de mort il mourra. Frères et sœurs, c’est bien de savoir dans quoi on s’engage ou de souvent bien comprendre de quoi il s’agit avant de s’engager. Beaucoup foncent dans des choses sans avoir la lumière nécessaire. C’est quand tout est compliqué qu’on commence à poser des questions et à dire si je savais quand il se fait déjà tard. Jésus fait bien de leur expliquer pour que s’ils ne sont pas d’accord, qu’ils prennent la clé des champs à temps ou encore que s’il y’a encore des zones d’ombre, qu’il les dissipe. Jésus ne rejette personne mais laisse libre choix à chacun d’adhérer à lui ou pas.

            Frères et sœurs, notons aussi que la manière de répondre de Jésus a toute sa place parce qu’il ne veut pas les chrétiens d’un jour, ceux-là qui ne sont amis que de mauvais moments et aux bons, ils disparaissent ou se découragent à la moindre épreuve. C’est d’ailleurs ce qui est déploré dans la première lecture. Dans ce passage du livre du prophète Jérémie, Dieu dénonce le fait que son peuple avait rompu son alliance alors qu’il était leur maître. A cause des difficultés du chemin, il s’est détourné de son seul et unique vrai Dieu pour se donner à d’autres dieux fabriqués de mains d’homme et qui ne sauvent pas. Dieu veut conclure une nouvelle alliance avec eux. Laquelle ne sera plus comme celle d’avant faite avec leurs pères. Il va inscrire sa loi dans leur cœur, au plus profond eux-mêmes pour qu’ils sachent demeurer avec lui malgré les peines du chemin. Dans tout le déploiement de Jésus, c’est ce qu’il veut semer sa parole dans le cœur et l’esprit de ceux qui désirent le voir pour que le temps de la passion de les décourage pas. Mais pour qu’ils demeurent avec lui.

            Jésus est l’exemple de ce qu’il dit. Il a gardé et observé la volonté de son Père. Il a tenu bon toute la durée de sa mission et a tout fait fidèlement malgré les persécutions et les souffrances endurées. La deuxième lecture de ce jour, la lettre aux hébreux nous dit à ce sujet en parlant de Jésus serviteur souffrant que, « bien qu’il soit le Fils de Dieu, il apprit par ses souffrances l’obéissance et, conduit à sa perfection, il est devenu pour tous ceux qui obéissent la cause du salut éternel ». Par sa réponse à ceux qui désirent le voir, Jésus veut faire savoir à tous que son chemin n’est pas un long fleuve tranquille. Il est jonché des épreuves et des croix. Mais tout débouche au bonheur éternel pour ceux qui tiennent bons.

            Frères et sœurs, rendus qu’à quelques jours de la Semaine sainte, est-ce que nous avons le grand désir de voir Jésus comme il veut être vu ? Comment nous le voyons souvent et qu’est-ce qui nous empêche de le voir comme il veut ? C’est l’occasion de lui dire avec le psalmiste : « crée en moi un cœur pur, ô mon Dieu » et de lui demander de renouveler et de raffermir au fond de nous, son esprit. Voir Jésus, le rencontrer, parler avec Lui comme un ami, cela est possible pour ceux qui s’ouvrent à la grâce de sa présence et de sa parole.

            Demandons à Jésus d’augmenter en nous le désir de le voir, de lui serrer la main, de lui parler dans les yeux, de l’embrasser. Laissons sa parole nous labourer et nous instruire selon la manière dont-il veut que nous le voyons pour mieux le connaitre et bien l’aimer. Que l’eucharistie de ce jour plonge l’intimité de Dieu pour notre salut et pour sa plus grande gloire.

Abbé Gilbert Janvier MONTSE, Diocèse de Bafoussam

Abbé Gilbert Janvier MONTSE, Diocèse de Bafoussam


  •  
  •  
  •  
  •  

admin

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
27 + 4 =


Read also x