Homélie du dimanche Christ Roi de l’Univers année C!

Homélie du dimanche Christ Roi de l’Univers année C!
  •  
  •  
  •  
  •  

image_pdfTélécharger en PDF

Lectures de la messe

Première lecture

« Ils donnèrent l’onction à David pour le faire roi sur Israël » (2 S 5, 1-3)

Lecture du deuxième livre de Samuel

En ces jours-là,
    toutes les tribus d’Israël vinrent trouver David à Hébron
et lui dirent :
« Vois ! Nous sommes de tes os et de ta chair.
    Dans le passé déjà, quand Saül était notre roi,
c’est toi qui menais Israël en campagne et le ramenais,
et le Seigneur t’a dit :
‘Tu seras le berger d’Israël mon peuple,
tu seras le chef d’Israël.’ »
    Ainsi, tous les anciens d’Israël
vinrent trouver le roi à Hébron.
Le roi David fit alliance avec eux, à Hébron,
devant le Seigneur.
Ils donnèrent l’onction à David
pour le faire roi sur Israël.

    – Parole du Seigneur.

Psaume

(Ps 121 (122), 1-2, 3-4, 5-6)

R/ Dans la joie, nous irons
à la maison du Seigneur.
(cf. Ps 121, 1)

Quelle joie quand on m’a dit :
« Nous irons à la maison du Seigneur ! »
Maintenant notre marche prend fin
devant tes portes, Jérusalem !

Jérusalem, te voici dans tes murs :
ville où tout ensemble ne fait qu’un !
C’est là que montent les tribus, les tribus du Seigneur,
là qu’Israël doit rendre grâce au nom du Seigneur.

C’est là le siège du droit,
le siège de la maison de David.
Appelez le bonheur sur Jérusalem :
« Paix à ceux qui t’aiment ! »

Deuxième lecture

« Dieu nous a placés dans le Royaume de son Fils bien-aimé » (Col 1, 12-20)

Lecture de la lettre de saint Paul apôtre aux Colossiens

Frères,
    rendez grâce à Dieu le Père,
qui vous a rendus capables
d’avoir part à l’héritage des saints,
dans la lumière.
    Nous arrachant au pouvoir des ténèbres,
il nous a placés dans le Royaume de son Fils bien-aimé :
    en lui nous avons la rédemption,
le pardon des péchés.

    Il est l’image du Dieu invisible,
le premier-né, avant toute créature :
    en lui, tout fut créé,
dans le ciel et sur la terre.
Les êtres visibles et invisibles,
Puissances, Principautés,
Souverainetés, Dominations,
tout est créé par lui et pour lui.
    Il est avant toute chose,
et tout subsiste en lui.

    Il est aussi la tête du corps, la tête de l’Église :
c’est lui le commencement,
le premier-né d’entre les morts,
afin qu’il ait en tout la primauté.
    Car Dieu a jugé bon
qu’habite en lui toute plénitude
    et que tout, par le Christ,
lui soit enfin réconcilié,
faisant la paix par le sang de sa Croix,
la paix pour tous les êtres
sur la terre et dans le ciel.

    – Parole du Seigneur.

Évangile

« Jésus, souviens-toi de moi quand tu viendras dans ton Royaume » (Lc 23, 35-43)

Alléluia. Alléluia.
Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur.
Béni soit le Règne qui vient, celui de David notre père.
Alléluia. (cf. Mc 11, 9b.10a)

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

En ce temps-là,
on venait de crucifier Jésus,
            et le peuple restait là à observer.
Les chefs tournaient Jésus en dérision et disaient :
« Il en a sauvé d’autres :
qu’il se sauve lui-même,
s’il est le Messie de Dieu, l’Élu ! »
    Les soldats aussi se moquaient de lui ;
s’approchant, ils lui présentaient de la boisson vinaigrée,
    en disant :
« Si tu es le roi des Juifs,
sauve-toi toi-même ! »

Il y avait aussi une inscription au-dessus de lui :
« Celui-ci est le roi des Juifs. »
    L’un des malfaiteurs suspendus en croix
l’injuriait :
« N’es-tu pas le Christ ?
Sauve-toi toi-même, et nous aussi ! »
    Mais l’autre lui fit de vifs reproches :
« Tu ne crains donc pas Dieu !
Tu es pourtant un condamné, toi aussi !
    Et puis, pour nous, c’est juste :
après ce que nous avons fait,
nous avons ce que nous méritons.
Mais lui, il n’a rien fait de mal. »
    Et il disait :
« Jésus, souviens-toi de moi
quand tu viendras dans ton Royaume. »
    Jésus lui déclara :
« Amen, je te le dis :
aujourd’hui, avec moi, tu seras dans le Paradis. »

    – Acclamons la Parole de Dieu.

Homélie

Jésus-Christ, un Roi unique en son genre

            Frères et sœurs, nous célébrons aujourd’hui la Solennité du Christ Roi de l’Univers. Elle marque le terme de l’année liturgique. La royauté du Christ n’est limitée ni par le temps ni par l’espace. Elle couvre l’univers dans sa totalité (l’univers visible et invisible). La particularité de cette royauté du Christ réside dans le fait qu’il n’est pas un roi à la manière de ceux de ce monde. Avant d’être un roi qui sert et se donne pour son peuple, il est d’abord ce roi qui se laisse approcher et qui se fait proche de tous. Les textes de la liturgie de ce jour nous le montrent clairement.

            « Toutes les tribus… vinrent trouver David… et lui dirent… »

La royauté du Christ est celle d’une proximité légendaire. Non seulement il est proche de son peuple, mais aussi il se laisse approcher facilement et aisément par ses ouailles par tous ceux qui viennent vers lui. Dans la première lecture tirée du 2e livre de Samuel cela se voit à travers l’attitude du Roi David envers « toutes les tribus d’Israël » venues le voir. Dans cette scène, il est la préfiguration du Christ. Il accueille ses populations sans les faire attendre. Avec elles, les échanges sont doux, intéressants et profonds. Pas d’éclat de voix. L’affirmation « le roi fit alliance avec eux », fait voir qu’avec ses populations, le roi David fait l’effort pour rester en constant accord. C’est un roi qui fait l’unanimité et est uni à son peuple. Le Christ a porté et parfait ces qualités du roi David. Que dire de nos royautés d’aujourd’hui ?

            Ils sont combien nos rois d’aujourd’hui qui sont comme le Christ Roi de l’Univers : humble, simple, proche et accueillant ? Combien sont-ils proches de leurs populations et se laissent approcher par elles sans exigences ni contraintes ?  Que dire de la qualité des rapports existant entre les chefs ou rois de ce temps et leurs sujets : bons ou mauvais, liens d’abus ou d’amour… ? Ils seraient moins nombreux les chefs d’aujourd’hui qui maîtrisent le quotidien de leurs habitants, pourtant ils le sont pour eux. David est devenu roi par l’onction du peuple représenté par les Anciens : « Ils donnèrent l’onction à David pour le faire roi sur Israël ».

La célébration de cette Solennité du Christ Roi de l’univers nous permet de nous questionner sur le moyen par lequel de nombreux chefs, rois, successeurs, présidents et responsables le sont devenus aujourd’hui ? Est-ce par bénédiction de Dieu, par l’onction du peuple, par fidélité au testament, par vote ou par quel moyen ? Si c’est par le moyen de trucage, de la corruption, d’empoisonnement, de pratiques mystiques ou d’assassinat, de pacte diabolique, notre royauté ne ressemble en rien à celle du Christ. C’est un règne de pleurs et de sang. Se convertir ici est une urgence.

Le Christ est un Roi qui sert son peuple et se donne pour lui.

Le Christ est ce roi qui a abandonné ses privilèges pour épouser la condition du peuple. C’est un roi rassembleur, un roi au service de l’unité, du pardon des péchés et de la réconciliation des hommes entre eux et avec Dieu.  Il ne s’est réservé de rien pour le soin et le bien de l’humanité. Il a présidé à la création et à l’existence du monde comme le dit saint Paul : « C’est en lui que tout a été créé ». Même au prix de sa vie, il a œuvré pour la communion de tous d’après la 2e lecture de ce jour, la lettre aux Colossiens : « …Il a voulu tout réconcilier par lui et pour lui… en faisant la paix par le sang de sa croix ». L’évangile de saint Luc de ce jour en fait une bonne illustration. Même sur la croix de la mort, il continue à faire le bien : « Amen, je te le déclare : aujourd’hui, avec moi, tu seras dans le Paradis ». Voilà ce qui fait de lui un roi exceptionnel.

Frères et sœurs, comment exerçons-nous la fonction royale ou de chef aujourd’hui ? Est-ce à la manière du Christ Roi de l’univers, en étant au service des populations ou des frères et sœurs à notre charge ? Le Christ comme roi faisait régner le droit et la justice pour tous. De par notre responsabilité familiale, sociale voire spirituelle, nous sommes les lieutenants du Christ et avons la charge de continuer sa mission. Faisons-nous valoir la justice et le droit comme lui en toute situation ? Elles sont nombreuses les populations qui manquent le minimum vital, avec leurs droits élémentaires de vie bafoués. Leurs cris sonnent dans le vide et leurs revendications comme un non évènement. Réprimés même dans ce qui leur revient de droit, beaucoup sont menacés et même jetés en prison. L’autorité dirigeante n’étant pas toujours à la manœuvre comme le Christ pour réprimer le mal, promouvoir le bien et rétablir la vérité.

Aucune intimidation ni menace n’a arrêté le Christ dans sa mission. Il est allé jusqu’au bout malgré tout, même pas les moqueries : « Tu es le roi des juifs, sauve-toi toi-même ». C’est une invitation pour nous à la persévérance et à l’endurance sur le chemin de la bonne cause. Il compte sur chacun de nous pour participer à son œuvre de rassemblement même jusqu’au prix de nos vies.

Seigneur, nous ne sommes pas devenus rois, responsables par nous nous-mêmes. Toute autorité vient de toi, nous dit Saint Paul. Nous nous réclamons parfois de ce que nous ne sommes pas. Donne-nous de comprendre que nous n’avons et n’exerçons de parcelle d’autorité que par participation à ton autorité souveraine, et que comme tel, tu es notre seul et unique modèle. Donne-nous ta sagesse, ta force et ton courage pour bien exercer les charges que tu nous confies pour le bien de tous, pour notre salut et pour ta plus grande gloire. Amen.

                      Abbé Gilbert Janvier MONTSE

Diocèse de Bafoussam


  •  
  •  
  •  
  •  

admin

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
28 ⁄ 14 =


Read also x