La joie de vivre se trouve dans la joie de servir !

La joie de vivre se trouve dans la joie de servir !
  •  
  •  
  •  
  •  

image_pdfTélécharger en PDF

Lectures de la messe

Première lecture

« Vous avez été rachetés par un sang précieux, celui d’un agneau sans tache, le Christ » (1 P 1, 18-25)

Lecture de la première lettre de saint Pierre apôtre

Bien-aimés,
    vous le savez : ce n’est pas par des biens corruptibles,
l’argent ou l’or, que vous avez été rachetés
de la conduite superficielle héritée de vos pères ;
    mais c’est par un sang précieux,
celui d’un agneau sans défaut et sans tache, le Christ.
    Dès avant la fondation du monde,
Dieu l’avait désigné d’avance
et il l’a manifesté à la fin des temps à cause de vous.
    C’est bien par lui que vous croyez en Dieu,
qui l’a ressuscité d’entre les morts
et qui lui a donné la gloire ;
ainsi vous mettez votre foi et votre espérance en Dieu.
    En obéissant à la vérité, vous avez purifié vos âmes
pour vous aimer sincèrement comme des frères ;
aussi, d’un cœur pur,
aimez-vous intensément les uns les autres,
    car Dieu vous a fait renaître,
non pas d’une semence périssable,
mais d’une semence impérissable :
sa parole vivante qui demeure.
    C’est pourquoi il est écrit :
Toute chair est comme l’herbe,
toute sa gloire, comme l’herbe en fleur ;
l’herbe se dessèche et la fleur tombe,
    mais la parole du Seigneur demeure pour toujours.

Or, cette parole est celle de la Bonne Nouvelle qui vous a été annoncée.

            – Parole du Seigneur.

Psaume

(Ps 147 (147b), 12-13, 14-15, 19-20)

R/ Glorifie le Seigneur, Jérusalem !
ou : Alléluia !
(Ps 147, 12a)

Glorifie le Seigneur, Jérusalem !
Célèbre ton Dieu, ô Sion !
Il a consolidé les barres de tes portes,
dans tes murs il a béni tes enfants.

Il fait régner la paix à tes frontières,
et d’un pain de froment te rassasie.
Il envoie sa parole sur la terre :
rapide, son verbe la parcourt.

Il révèle sa parole à Jacob,
ses volontés et ses lois à Israël.
Pas un peuple qu’il ait ainsi traité ;
nul autre n’a connu ses volontés.

Évangile

« Voici que nous montons à Jérusalem. Le Fils de l’homme sera livré » (Mc 10, 32-45)

Alléluia. Alléluia.
Le Fils de l’homme est venu pour servir,
et donner sa vie en rançon pour la multitude.
Alléluia. (cf. Mt 10, 45)

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc

En ce temps-là,
    les disciples étaient en route pour monter à Jérusalem ;
Jésus marchait devant eux ;
ils étaient saisis de frayeur,
et ceux qui suivaient étaient aussi dans la crainte.
Prenant de nouveau les Douze auprès de lui,
il se mit à leur dire ce qui allait lui arriver :
    « Voici que nous montons à Jérusalem.
Le Fils de l’homme sera livré
aux grands prêtres et aux scribes ;
ils le condamneront à mort,
ils le livreront aux nations païennes,
    qui se moqueront de lui, cracheront sur lui,
le flagelleront et le tueront,
et trois jours après, il ressuscitera. »

    Alors, Jacques et Jean, les fils de Zébédée,
s’approchent de Jésus et lui disent :
« Maître, ce que nous allons te demander,
nous voudrions que tu le fasses pour nous. »
    Il leur dit :
« Que voulez-vous que je fasse pour vous ? »
    Ils lui répondirent :
« Donne-nous de siéger,
l’un à ta droite et l’autre à ta gauche,
dans ta gloire. »
    Jésus leur dit :
« Vous ne savez pas ce que vous demandez.
Pouvez-vous boire la coupe que je vais boire,
être baptisés du baptême dans lequel je vais être plongé ? »
    Ils lui dirent :
« Nous le pouvons. »
Jésus leur dit :
« La coupe que je vais boire, vous la boirez ;
et vous serez baptisés du baptême
dans lequel je vais être plongé.
    Quant à siéger à ma droite ou à ma gauche,
ce n’est pas à moi de l’accorder ;
il y a ceux pour qui cela est préparé. »

    Les dix autres, qui avaient entendu,
se mirent à s’indigner contre Jacques et Jean.
    Jésus les appela et leur dit :
« Vous le savez :
ceux que l’on regarde comme chefs des nations
les commandent en maîtres ;
les grands leur font sentir leur pouvoir.
    Parmi vous, il ne doit pas en être ainsi.
Celui qui veut devenir grand parmi vous
sera votre serviteur.
    Celui qui veut être parmi vous le premier
sera l’esclave de tous :
    car le Fils de l’homme n’est pas venu pour être servi,
mais pour servir,
et donner sa vie en rançon pour la multitude. »

            – Acclamons la Parole de Dieu.

Méditation

Frères et Sœurs en Christ, que le Seigneur soit loué en tout temps. L’Évangile de ce jour nous fait comprendre que l’on est plus heureux lorsqu’on vit non pas pour soi-même, mais pour les autres. Les disciples Jacques et Jean, deux frères, viennent voir Jésus pour lui demander a être nommé par lui comme ses deux disciples les plus influents qui siégeront ainsi l’un à sa droite et l’autre à sa gauche. Les autres disciples ayant entendu cette demande s’insurgent contre ces deux parce qu’eux aussi voudraient avoir une place privilégiée auprès du Christ. Jésus les déconcerte en leur disant: « Celui qui veut devenir grand parmi vous sera votre serviteur. Celui qui veut être parmi vous le premier sera l’esclave de tous : car le Fils de l’homme n’est pas venu pour être servir, mais pour servir […]. »

Jésus définit un autre ordre de grandeur qui vient bouleverser celui qui a cours dans le monde. Dans le monde le plus grand est celui qui a le pouvoir de soumettre les autres à ses pieds. Le roi est celui qu’on encense et sert, mais dans la logique évangélique, c’est le contraire qui est vrai. Le plus grand est celui qui sert les autres, le roi est roi parce qu’il se met au service des tout petits dont il a la charge. Un vrai disciple du Christ a compris que gouverner c’est servir et non dominer. C’est en servant les autres qu’on est grand et non en se faisant servir par les autres.

Frères et sœurs bien-aimés, c’est aussi à nous que Jésus s’adresse. Nous sommes toujours promets à dominer, à commander, mais lent à servir. Nous courront après les promotions, les nominations, les changements de grade, non parce que nous aimons bien servir, mais parce que nous voulons nous sentir dominants, au-dessus des autres. Même dans l’Église, nous faisons face à cette course effrénée au pouvoir et non au service. Certains membres du clergé refusent certaines charges parce qu’ils s’estiment trop grands pour les assumer. Ils convoitent auprès de leur évêque des postes de responsabilités plus grandes et honorables. Par exemple, lorsque des prêtres sont envoyés en service dans de petites communautés, de petites paroisses, pauvres, très reculées et difficiles d’accès, certains d’entre eux n’y vont pas de gaité de cœur, ils boudent et récriminent contre leur évêque, certains refusent quasiment leur charge parce qu’il l’estime moins honorable pour eux. C’est l’amour de soi jusqu’au mépris de Dieu et des autres qui justifie de telles attitudes. Lorsqu’on est habité par l’amour du service, on ne cherche qu’à servir et non à occuper des postes privilégiés. Le Christ a passé tout son existence terrestre au service des autres, il ne vivait que pour les autres, il a vécu pour les autres au point de donner sa vie pour les autres.

Nos églises sont ainsi pleines de fidèles infidèles au service, peu sont ceux qui s’y engagent pour faire l’œuvre de Dieu. L’Église est devenu pour certains un moyen de branding, on y vient pour se faire voir et non pour servir. Tout ce qui nous intéresse c’est nous et rien que nous. Nous ne voulons pas prendre notre part dans l’annonce de l’Évangile. La moisson est grande mais les ouvriers sont peu nombreux.

Nous pouvons également nous rendre compte que la joie de commander en maître est de loin inférieure à la joie de servir. Nous sommes fait pour servir, c’est la loi de la nature. L’arbre ne produit pas ses fruits pour lui-même, mais pour nous, le soleil ne brille pas pour lui-même mais pour nous éclairer, la rivière ne boit pas son propre eau, les roses ne répandent pas leur parfum pour elles-mêmes mais pour nous. Ainsi, même la nature nous enseigne que la loi du bonheur est de vivre pour les autres. L’égoïsme produit la tristesse et le mal être.

Alors mes frères et sœurs en Christ, nous sommes donc interpellés, chacun pour sa part, à être des serviteurs, ceux qui se soucis de l’œuvre de Dieu, Servir les autres doivent être notre préférence. Car c’est en faisant ceci que nous serons plus heureux et épanouis. Le Christ récompense celui qui travail et non celui qui veut commander. Que chacun s’engage à prendre sa part dans l’annonce de l’Évangile et s’y applique véritablement afin qu’ensemble nous puissions accomplir l’œuvre qui nous a été confiée par le Christ.

Prions

Seigneur Jésus, merci pour cet enseignement que tu nous donne en ce jour. Accorde-nous la grâce d’être des serviteurs humbles et non des amoureux du pouvoir, par Jésus le Christ notre Seigneur Amen.

Intercession

Dieu notre Père, nous te prions pour tous les chrétiens du monde entier, particulièrement ceux qui ne font rien pour l’avancement de ton œuvre. Accorde-leur la grâce de prendre leur part dans l’annonce de l’Évangile. Encourage et fortifie ceux qui te servent déjà d’un cœur sans partage.

Maman Marie, intercède pour tes enfants !

Exercice Spirituel

Prenons un temps pendant cette journée et méditons sur notre statut chrétien. Posons-nous la question de savoir si nous sommes véritablement des serviteurs du Christ ? Sinon, mettons-nous au service du Christ, en prenant notre part dans l’annonce de son Évangile.

Loue soit Jésus Christ !

Marthe NONO

Communauté des Disciples du Christ Vivant   


  •  
  •  
  •  
  •  

admin

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
4 − 1 =


Read also x