L’amour fraternel est la responsabilité des parents!

L’amour fraternel est la responsabilité des parents!
  •  
  •  
  •  
  •  

image_pdfTélécharger en PDF

Lectures de la messe

Première lecture

« Jacob a volé mon droit d’aînesse et ma bénédiction », déclare Ésaü (Gn 27, 1-5.15-29)

Lecture du livre de la Genèse

Isaac était devenu vieux,
ses yeux avaient faibli et il n’y voyait plus.
Il appela Ésaü, son fils aîné :
« Mon fils ! »
Celui-ci répondit :
« Me voici. »
Isaac reprit :
« Tu vois : je suis devenu vieux,
mais je ne sais pas le jour de ma mort.
Prends donc maintenant tes armes, ton carquois et ton arc,
sors dans la campagne et tue-moi du gibier.
Prépare-moi un bon plat comme je les aime
et apporte-le-moi pour que je mange,
et que je te bénisse avant de mourir. »
Pendant qu’Isaac parlait ainsi à son fils Ésaü,
Rébecca écoutait.
Ésaü alla donc dans la campagne chasser du gibier pour son père.

Rébecca prit les meilleurs habits d’Ésaü, son fils aîné,
ceux qu’elle gardait à la maison ;
elle en revêtit Jacob, son fils cadet.
Puis, avec des peaux de chevreau,
elle lui couvrit les mains et la partie lisse du cou.
Elle remit ensuite entre ses mains
le plat et le pain qu’elle avait préparés.
Jacob entra chez son père et dit :
« Mon père ! »
Celui-ci répondit :
« Me voici. Qui es-tu, mon fils ? »
Jacob dit à son père :
« Je suis Ésaü, ton premier-né ;
j’ai fait ce que tu m’as dit.
Viens donc t’asseoir,
mange de mon gibier ;
alors, tu pourras me bénir. »
Isaac lui dit :
« Comme tu as trouvé vite, mon fils ! »
Jacob répondit :
« C’est que le Seigneur, ton Dieu,
a favorisé ma chasse. »
Isaac lui dit :
« Approche donc, mon fils, que je te palpe,
pour savoir si tu es bien mon fils Ésaü ! »
Jacob s’approcha de son père Isaac.
Celui-ci le palpa et dit :
« La voix est la voix de Jacob,
mais les mains sont les mains d’Ésaü. »
Il ne reconnut pas Jacob
car ses mains étaient velues comme celles de son frère Ésaü,
et il le bénit.
Il dit encore :
« C’est bien toi mon fils Ésaü ? »
Jacob répondit :
« C’est bien moi. »
Isaac reprit :
« Apporte-moi le gibier, mon fils,
j’en mangerai,
et alors je pourrai te bénir. »
Jacob le servit, et il mangea.
Jacob lui présenta du vin, et il but.
Son père Isaac dit alors :
« Approche-toi et embrasse-moi, mon fils. »
Comme Jacob s’approchait et l’embrassait,
Isaac respira l’odeur de ses vêtements,
et il le bénit en disant :
« Voici que l’odeur de mon fils
est comme l’odeur d’un champ que le Seigneur a béni.
Que Dieu te donne la rosée du ciel et une terre fertile,
froment et vin nouveau en abondance !
Que des peuples te servent,
que des nations se prosternent devant toi.
Sois un chef pour tes frères,
que les fils de ta mère se prosternent devant toi.
Maudit soit celui qui te maudira,
béni soit celui qui te bénira ! »

– Parole du Seigneur.

Psaume

(134 (135), 1-2, 3-4, 5-6)

R/ Louez la bonté du Seigneur,
célébrez la douceur de son nom.
ou : Alléluia !
(cf. 134, 3)

Louez le nom du Seigneur,
louez-le, serviteurs du Seigneur
qui veillez dans la maison du Seigneur,
dans les parvis de la maison de notre Dieu.

Louez la bonté du Seigneur,
célébrez la douceur de son nom.
C’est Jacob que le Seigneur a choisi,
Israël dont il a fait son bien.

Je le sais, le Seigneur est grand :
notre Maître est plus grand que tous les dieux.
Tout ce que veut le Seigneur, il le fait
au ciel et sur la terre, dans les mers
    et jusqu’au fond des abîmes.

Évangile

« Les invités de la noce pourraient-ils donc être en deuil pendant le temps où l’Époux est avec eux ? » (Mt 9, 14-17)

Alléluia. Alléluia.
Mes brebis écoutent ma voix, dit le Seigneur ;
moi, je les connais, et elles me suivent.
Alléluia. (Jn 10, 27)

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

En ce temps-là,
les disciples de Jean le Baptiste s’approchèrent de Jésus
en disant :
« Pourquoi, alors que nous et les pharisiens, nous jeûnons,
tes disciples ne jeûnent-ils pas ? »
Jésus leur répondit :
« Les invités de la noce pourraient-ils donc être en deuil
pendant le temps où l’Époux est avec eux ?
Mais des jours viendront où l’Époux leur sera enlevé ;
alors ils jeûneront.
Et personne ne pose une pièce d’étoffe neuve
sur un vieux vêtement,
car le morceau ajouté tire sur le vêtement,
et la déchirure s’agrandit.
Et on ne met pas du vin nouveau dans de vieilles outres ;
autrement, les outres éclatent,
le vin se répand,
et les outres sont perdues.
Mais on met le vin nouveau dans des outres neuves,
et le tout se conserve. »

– Acclamons la Parole de Dieu.

Méditation

Frères et sœurs en Christ, que la grâce de notre Seigneur Jésus Christ abonde dans chacune de nos vies. Dans la première lecture de ce jour, les frères Jacob et Esaü sont mis en exergue. Par la complicité de sa mère, Jacob va voler la bénédiction de son frère. Les parents sont complices et même encouragent la rivalité qui existe entre les deux frères.

En effet, dans cette famille, les relations entre les parents et les enfants sont encouragés, mais les parents n’ont pas travaillé la relation entre Jacob et Esaü. Jacob accepte la proposition de sa mère de voler la bénédiction de son propre frère. Ce qui est un aveu de la considération moindre que Jacob a pour son propre frère.

Ainsi, dans beaucoup de familles, les parents travaillent leurs relations personnelles avec chacun de leur enfant et néglige le sens de la fraternité et l’amour entre les enfants eux mêmes. Parfois, comme Rebecca, certains parents encouragent et même nourrissent les rivalités entre leurs propres enfants en manifestant ouvertement leurs préférences pour tel ou tel autre enfant et en dénigrant tel ou tel autre enfant.

Beaucoup de frères et sœurs ne s’aiment pas et ainsi des familles sont détruites et disparaissent plus tard parce que les enfants n’ont pas su s’aimer et s’unir. Beaucoup de frères et sœurs sont blessés et en veulent à leurs autres frères et sœurs parce qu’ils se sont sentis lésés par les parents et mis de côté.

C’est pourtant la responsabilité des parents de travailler la relation entre les frères et sœurs, de les apprendre à s’aimer, à travailler ensemble en mettant en exergue les qualités des uns et des autres et les encourageant à faire front commun et à s’aimer plus que tout.

Revenons donc en nous mêmes. Comment sont nos relations avec nos frères et sœurs? Comment éduquons nous nos enfants? Que faisons nous pour améliorer nos relations avec nos frères et sœurs, entre nos enfants? Le psalmiste nous dit qu’il est beau pour des frères et sœurs de demeurer ensemble, pour cela nous devons cultiver l’amour.

Prions

Seigneur, guéris nos familles et particulièrement les relations fraternelles afin qu’elles puissent exprimer ta plus grande gloire, guéris les cœurs du venin de la convoitise et de la jalousie.

Intercession

Pour toutes les familles où les frères et sœurs ne s’entendent pas afin que le Seigneur restaure leur relation.

Maman Marie, prie pour nous.

Exercice spirituel

Faire du bien à un frère ou à une sœur avec qui les relations sont moins bonnes que d’autres.

Flora Kamta, Communauté des Disciples du Christ Vivant


  •  
  •  
  •  
  •  

admin

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
11 × 4 =


Read also x