L’enfant Jésus est l’antidote du péché !

L’enfant Jésus est l’antidote du péché !
  •  
  •  
  •  
  •  

image_pdfTélécharger en PDF

Lectures de la messe

Première lecture

« Quiconque demeure en lui ne pèche pas » (1 Jn 2, 29 – 3, 6)

Lecture de la première lettre de saint Jean

Bien-aimés,
puisque vous savez que lui, Jésus, est juste,
reconnaissez que celui qui pratique la justice
est, lui aussi, né de Dieu.
Voyez quel grand amour nous a donné le Père
pour que nous soyons appelés enfants de Dieu
– et nous le sommes.
Voici pourquoi le monde ne nous connaît pas :
c’est qu’il n’a pas connu Dieu.
Bien-aimés,
dès maintenant, nous sommes enfants de Dieu,
mais ce que nous serons n’a pas encore été manifesté.
Nous le savons : quand cela sera manifesté,
nous lui serons semblables
car nous le verrons tel qu’il est.
Et quiconque met en lui une telle espérance
se rend pur comme lui-même est pur.
Qui commet le péché transgresse la loi ;
car le péché, c’est la transgression.
Or, vous savez que lui, Jésus,
s’est manifesté pour enlever les péchés,
et qu’il n’y a pas de péché en lui.
Quiconque demeure en lui ne pèche pas ;
quiconque pèche ne l’a pas vu et ne le connaît pas.

– Parole du Seigneur.

Psaume

(97 (98), 1, 3cd-4, 5-6)

R/ La terre tout entière a vu
le salut de notre Dieu.
(cf. 97, 3)

Chantez au Seigneur un chant nouveau,
car il a fait des merveilles ;
par son bras très saint, par sa main puissante,
il s’est assuré la victoire.

La terre tout entière a vu
la victoire de notre Dieu.
Acclamez le Seigneur, terre entière,
sonnez, chantez, jouez !

Jouez pour le Seigneur sur la cithare,
sur la cithare et tous les instruments ;
au son de la trompette et du cor,
acclamez votre roi, le Seigneur !

Évangile

« Voici l’Agneau de Dieu, qui enlève le péché du monde » (Jn 1, 29-34)

Alléluia, Alléluia.
Le Verbe s’est fait chair,
il a établi parmi nous sa demeure.
À tous ceux qui l’ont reçu,
il a donné de pouvoir devenir enfants de Dieu.
Alléluia. (cf. Jn 1, 14a.12a)

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

Le lendemain, voyant Jésus venir vers lui,
Jean le Baptiste déclara :
« Voici l’Agneau de Dieu,
qui enlève le péché du monde ;
c’est de lui que j’ai dit :
L’homme qui vient derrière moi
est passé devant moi,
car avant moi il était.
Et moi, je ne le connaissais pas ;
mais, si je suis venu baptiser dans l’eau,
c’est pour qu’il soit manifesté à Israël. »
Alors Jean rendit ce témoignage :
« J’ai vu l’Esprit
descendre du ciel comme une colombe
et il demeura sur lui.
Et moi, je ne le connaissais pas,
mais celui qui m’a envoyé baptiser dans l’eau m’a dit :
“Celui sur qui tu verras l’Esprit descendre et demeurer,
celui-là baptise dans l’Esprit Saint.”
Moi, j’ai vu, et je rends témoignage :
c’est lui le Fils de Dieu. »

– Acclamons la Parole de Dieu.

Méditation

Bien-aimés dans le Seigneur Dieu soit loué en tout temps. Nous sommes rendus à la deuxième semaine du temps de Noël. L’Évangile nous donne de méditer sur l’identité et la mission de l’enfant Jésus, l’Emmanuel, que nous venons d’accueillir dans nos cœurs. Qui est Jésus dont nous célébrons la nativité ? la réponse nous a été déjà donné par le prophète Jean le Baptiste. Il est l’Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde. Autrement dit, il est l’envoyé du Père, venu nous libéré de nos péchés. Qui est Jésus, il est l’agneau de Dieu, pourquoi est-il venu dans le monde ? Il est venu enlever le péché du monde, c’est à dire nous sauver de l’esclavage du péché.

Le péché est un mal pernicieux. Il peut détruire le corps, mais surtout nous sépare de Dieu notre créateur. Le péché gangrène l’âme, il nous enlève la paix et la joie de vivre. Jésus est donc le remède contre le péché, il en est la panacée.

Cependant, il est venu chez les siens enlever leurs péchés, mais certains des siens ne l’ont pas accueilli. Et ceux qui l’ont accueilli, il leur a donné de sortir de l’esclave du péché, afin d’acquérir la liberté des enfants de Dieu.

Pour que l’Agneau de Dieu ôte notre péché, il une seule condition : il faut vouloir qu’il enlève nos péchés. C’est dire que nous ne devons pas aimer nos péchés, nous devons les avoir en horreur et vouloir nous en débarrasser. L’Agneau de Dieu ne nous demande pas si nous pouvons enlever notre péché, mais si nous voulons qu’il le fasse.

Les seuls péchés que l’Agneau de Dieu, Jésus-Christ, ne peut pas enlever sont ceux que nous aimons. Lorsque l’on aime son péché, l’Agneau de Dieu ne peut pas l’enlever. Car nous ne sommes pas prêts à nous en séparer et Il respecte notre liberté.

Alors quels sont mes péchés que l’Agneau de Dieu n’a pas encore enlevés parce que j’en suis encore attaché ? La meilleure façon d’accueillir le Christ est de lui permettre d’enlever nos péchés. L’on ne peut pas prétendre aimer le Christ sans lui permettre d’enlever nos péchés. Les deux ne peuvent pas cohabiter. Jésus est donc l’antidote du péché.

Prions

Père Éternel et Tout puissant, merci d’avoir envoyé ton Fils, ton Agneau, pour enlever nos nombreux péchés. Accorde-nous la grâce de l’accueillir et de le laisser nous purifier de tous nos péchés. Par le même Jésus-Christ notre Seigneur. Amen.  

Intercession

Nous te prions pour les chrétiens qui ont perdu la grâce de la contrition. Donne-leur de savoir regretter leurs péchés afin que tu puisses leur en délivrer.

Vierge Marie, intercède pour nous.

Exercice spirituel

Quel est le péché de notre vie que nous refusons encore à l’Agneau de Dieu de nous en libérer parce que nous en sommes encore très attachés ? Identifions-le et demandons au Seigneur de nous accorder la grâce de la délivrance.

André Kamta Sabang, Communauté des Disciples du Christ Vivant.


  •  
  •  
  •  
  •  

admin

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
18 − 1 =


Read also x