Les paroles de Jésus seront toujours d’actualité!

Les paroles de Jésus seront toujours d’actualité!
  •  
  •  
  •  
  •  

image_pdfTélécharger en PDF

Lectures de la messe

Première lecture

« Je voyais venir, avec les nuées du ciel, comme un Fils d’homme » (Dn 7, 2-14)

Lecture du livre du prophète Daniel

Daniel prit la parole et dit :
« Au cours de la nuit, dans ma vision, je regardais.
Les quatre vents du ciel soulevaient la grande mer.
    Quatre bêtes énormes sortirent de la mer,
chacune différente des autres.
    La première ressemblait à un lion,
et elle avait des ailes d’aigle.
Tandis que je la regardais,
ses ailes lui furent arrachées,
et elle fut soulevée de terre et dressée sur ses pieds, comme un homme,
et un cœur d’homme lui fut donné.
    La deuxième bête ressemblait à un ours ;
elle était à moitié debout,
et elle avait trois côtes d’animal dans la gueule, entre les dents.
On lui dit : “Lève-toi, dévore beaucoup de viande !”
    Je continuais à regarder :
je vis une autre bête, qui ressemblait à une panthère ;
et elle avait quatre ailes d’oiseau sur le dos ;
elle avait aussi quatre têtes.
La domination lui fut donnée.
    Puis, au cours de la nuit, je regardais encore ;
je vis une quatrième bête,
terrible, effrayante, extraordinairement puissante ;
elle avait des dents de fer énormes ;
elle dévorait, déchiquetait et piétinait tout ce qui restait.
Elle était différente des trois autres bêtes, et elle avait dix cornes.
    Comme je considérais ces cornes,
il en poussa une autre, plus petite, au milieu ;
trois des premières cornes furent arrachées devant celle-ci.
Et cette corne avait des yeux comme des yeux d’homme,
et une bouche qui tenait des propos délirants.

    Je continuai à regarder :
des trônes furent disposés, et un Vieillard prit place ;
son habit était blanc comme la neige,
et les cheveux de sa tête, comme de la laine immaculée ;
son trône était fait de flammes de feu,
avec des roues de feu ardent.
    Un fleuve de feu coulait, qui jaillissait devant lui.
Des milliers de milliers le servaient,
des myriades de myriades se tenaient devant lui.
Le tribunal prit place et l’on ouvrit des livres.
    Je regardais, j’entendais les propos délirants
que vomissait la corne.
Je regardais, et la bête fut tuée,
son cadavre fut jeté au feu.
    Quant aux autres bêtes, la domination leur fut retirée,
mais une prolongation de vie leur fut donnée,
pour une période et un temps déterminés.
    Je regardais, au cours des visions de la nuit,
et je voyais venir, avec les nuées du ciel,
comme un Fils d’homme ;
il parvint jusqu’au Vieillard,
et on le fit avancer devant lui.
    Et il lui fut donné
domination, gloire et royauté ;
tous les peuples, toutes les nations et les gens de toutes langues
le servirent.
Sa domination est une domination éternelle,
qui ne passera pas,
et sa royauté,
une royauté qui ne sera pas détruite. »

            – Parole du Seigneur.

Cantique

(Dn 3, 75, 76, 77, 78, 79, 80, 81)

R/ À lui, haute gloire, louange éternelle ! (Dn 3, 57)

Et vous, montagnes et collines, bénissez le Seigneur. R/

Et vous, les plantes de la terre, bénissez le Seigneur. R/

Et vous, sources et fontaines, bénissez le Seigneur. R/

Et vous, océans et rivières, bénissez le Seigneur. R/

Baleines et bêtes de la mer, bénissez le Seigneur. R/

Vous tous, les oiseaux dans le ciel, bénissez le Seigneur. R/

Vous tous, fauves et troupeaux, bénissez le Seigneur. R/

Évangile

« Lorsque vous verrez arriver cela, sachez que le royaume de Dieu est proche » (Lc 21, 29-33)

Alléluia. Alléluia.
Redressez-vous et relevez la tête,
car votre rédemption approche.
Alléluia. (Lc 21, 28)

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

En ce temps-là,
    Jésus dit à ses disciples cette parabole :
« Voyez le figuier et tous les autres arbres.
    Regardez-les :
dès qu’ils bourgeonnent,
vous savez que l’été est tout proche.
    De même, vous aussi,
lorsque vous verrez arriver cela,
sachez que le royaume de Dieu est proche.
    Amen, je vous le dis :
cette génération ne passera pas
sans que tout cela n’arrive.
    Le ciel et la terre passeront,
mes paroles ne passeront pas. »

            – Acclamons la Parole de Dieu.

Méditation

Bien-aimés de Dieu, alors que nous cheminons vers la fin de cette année liturgique, tournons-nous vers le Seigneur notre Dieu pour lui dire merci pour sa Parole qui a illuminée notre vie et transformé nos cœurs en nous rendant de plus en plus attentifs à ce qui vraiment de la valeur pour nous : la vie éternelle. Demandons particulièrement au cours de cette période la grâce de la fidélité au Christ, en faisant nôtre ces paroles de l’apôtre Pierre : « Seigneur, à qui irons-nous ? Tu as les paroles de la vie éternelle ». C’est cette attitude toute pleine de fidélité et de confiance au Christ et à sa parole qui donne vie que nous sommes appelés à adopter dans notre vie de tous les jours.

Ce matin en effet, le Christ nous rappelle que cette terre – mes préoccupations d’aujourd’hui – passera. Même le ciel – ces grands idéaux qui semblent éternels – lui aussi passera. Seules ses paroles ne passeront pas. Il nous invite ainsi, nous qui vivons dans un monde en pleine mutation, un monde qui nous présente parfois le mal comme ce qui est normal et admissible par tous, à fonder notre vie sur le roc inébranlable qu’est sa Parole de vérité.

Le Christ nous invite donc particulièrement aujourd’hui au discernement. L’histoire du figuier nous invite à prêter attention aux signes des temps qui nous aideront à discerner entre ce qui a une vraie valeur et ce qui passe.

L’image du figuier nous enseigne au moins deux choses. La première est que le figuier, comme tout arbre fruitier, suit son propre rythme. Avant de donner des fruits, il faut qu’il bourgeonne, que le fruit mûrisse et ce n’est qu’après cette attente que l’on peut cueillir le fruit et le savourer. La semence de la Parole en nous a, elle aussi, un temps propre, un rythme que le Christ qu’elle doit suivre. Elle doit germer en nous afin de pouvoir porter du fruit.

La deuxième vient de cette observation du Christ : « dès qu’ils bourgeonnent, vous savez que l’été est proche ». Le royaume de Dieu est justement comparé à l’été parce qu’il dissipera tous les nuages de nos afflictions, et répandra sur les jours de notre vie les splendeurs du soleil éternel. Que le Seigneur, affermisse en nous donc la vertu d’espérance afin que nous sachions attendre la venue de son Royaume en nos cœurs, même à travers la souffrance. La croix, la souffrance, l’échec est ce rythme pascal que doit suivre la semence de la Parole pour arriver à sa pleine maturité.

Prions

Prions pour que le Seigneur nous accorde la grâce de savoir discerner le bon du mauvais, le faux du vrai par une vie centrée sur la Parole de Dieu.

Intercession

Prions pour tous ceux qui vivent dans la souffrance et l’échec afin qu’ils trouvent leur consolation dans le Christ et sa Parole.

Maman Marie, intercède pour nous.

Exercice spirituel

Prévoir dans notre programme de tous les jours un temps pour lire et méditer la Parole de Dieu .

Diacre Martial SOH TAKAMTE

Diocèse de Bafoussam


  •  
  •  
  •  
  •  

admin

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
24 + 3 =


Read also x