Par son amour, Jésus guérit notre humanité défaillante !

Par son amour, Jésus guérit notre humanité défaillante !
  •  
  •  
  •  
  •  

image_pdfTélécharger en PDF

Lectures de la messe

Première lecture

« Un certain Jésus qui est mort, mais que Paul affirme être en vie » (Ac 25, 13-21)

Lecture du livre des Actes des Apôtres

En ces jours-là,
le roi Agrippa et Bérénice
vinrent à Césarée saluer le gouverneur Festus.
Comme ils passaient là plusieurs jours,
Festus exposa au roi la situation de Paul en disant :
« Il y a ici un homme
que mon prédécesseur Félix a laissé en prison.
Quand je me suis trouvé à Jérusalem,
les grands prêtres et les anciens des Juifs
ont exposé leurs griefs contre lui
en réclamant sa condamnation.
J’ai répondu que les Romains
n’ont pas coutume de faire la faveur
de livrer qui que ce soit lorsqu’il est accusé,
avant qu’il soit confronté avec ses accusateurs
et puisse se défendre du chef d’accusation.
Ils se sont donc retrouvés ici,
et sans aucun délai, le lendemain même,
j’ai siégé au tribunal
et j’ai donné l’ordre d’amener cet homme.
Quand ils se levèrent, les accusateurs n’ont mis à sa charge
aucun des méfaits que, pour ma part, j’aurais supposés.
Ils avaient seulement avec lui certains débats
au sujet de leur propre religion,
et au sujet d’un certain Jésus qui est mort,
mais que Paul affirmait être en vie.
Quant à moi, embarrassé devant la suite à donner à l’instruction,
j’ai demandé à Paul s’il voulait aller à Jérusalem
pour y être jugé sur cette affaire.
Mais Paul a fait appel
pour être gardé en prison jusqu’à la décision impériale.
J’ai donc ordonné de le garder en prison
jusqu’au renvoi de sa cause devant l’empereur. »

– Parole du Seigneur.

Psaume

(Ps 102 (103), 1-2, 11-12, 19-20ab)

R/ Le Seigneur a son trône dans les cieux.
ou : Alléluia !
(Ps 102, 19a)

Bénis le Seigneur, ô mon âme,
bénis son nom très saint, tout mon être !
Bénis le Seigneur, ô mon âme,
n’oublie aucun de ses bienfaits !

Comme le ciel domine la terre,
fort est son amour pour qui le craint ;
aussi loin qu’est l’orient de l’occident,
il met loin de nous nos péchés.

Le Seigneur a son trône dans les cieux :
sa royauté s’étend sur l’univers.
Messagers du Seigneur, bénissez-le,
invincibles porteurs de ses ordres !

Évangile

« Sois le berger de mes agneaux. Sois le pasteur de mes brebis » (Jn 21, 15-19)

Alléluia. Alléluia.
L’Esprit Saint vous enseignera tout,
et il vous fera souvenir de tout ce que je vous ai dit.
Alléluia. (cf. Jn 14, 26)

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

Jésus se manifesta encore aux disciples
sur le bord de la mer de Tibériade.
Quand ils eurent mangé,
Jésus dit à Simon-Pierre :
« Simon, fils de Jean,
m’aimes- tu vraiment, plus que ceux-ci ? »
Il lui répond :
« Oui, Seigneur ! Toi, tu le sais : je t’aime. »
Jésus lui dit :
« Sois le berger de mes agneaux. »
Il lui dit une deuxième fois :
« Simon, fils de Jean, m’aimes-tu vraiment ? »
Il lui répond :
« Oui, Seigneur ! Toi, tu le sais : je t’aime. »
Jésus lui dit :
« Sois le pasteur de mes brebis. »
Il lui dit, pour la troisième fois :
« Simon, fils de Jean, m’aimes-tu ? »
Pierre fut peiné
parce que, la troisième fois, Jésus lui demandait :
« M’aimes-tu ? »
Il lui répond :
« Seigneur, toi, tu sais tout :
tu sais bien que je t’aime. »
Jésus lui dit :
« Sois le berger de mes brebis.
Amen, amen, je te le dis :
quand tu étais jeune,
tu mettais ta ceinture toi-même
pour aller là où tu voulais ;
quand tu seras vieux,
tu étendras les mains,
et c’est un autre qui te mettra ta ceinture,
pour t’emmener là où tu ne voudrais pas aller. »
Jésus disait cela pour signifier par quel genre de mort
Pierre rendrait gloire à Dieu.
Sur ces mots, il lui dit :
« Suis-moi. »

– Acclamons la Parole de Dieu.

Méditation

Bien-aimés de Dieu, rendons grâce au Seigneur pour son amour et sa bonté qui son sans limite. Indépendamment de nos faiblesses, de nos manquements, de nos chutes et de nos reniements, le Christ nous aime, nous pardonne et nous appelle à entrer dans son amour. L’évangile que nous méditons en ce jour nous montre dans ce sillage la délicatesse de Jésus qui, en donnant à Pierre l’occasion de réparer son triple reniement, lui pardonne et le guérit en son cœur.

 Je crois que l’expérience de Pierre, faite d’échec et de reniement, est celle de chaque croyant dans son cheminement avec Jésus. Cependant, le Seigneur ressuscité, qui a triomphé de la mort et du péché, nous invite à reconnaître notre faiblesse, et à nous laisser guérir et transformer par son Amour miséricordieux. Si Judas s’est donné la mort, par désespoir total, Pierre a pleuré son péché, se laissant purifié par les larmes du repentir, ayant au fond de lui la certitude du pardon que Jésus allait lui accorder.

C’est peut être l’un des défis majeurs de notre vie de foi : nous devons apprendre à nous reconnaitre comme des pécheurs, pardonnés, aimés et appelés par le Christ. Malgré nos fautes, le Seigneur nous offre son pardon et renouvelle à chacun de nous son appel : « Toi, suis-moi ». Le pardon que le Christ nous offre, particulièrement dans le sacrement de réconciliation, est un pardon qui non seulement guérit la blessure et nettoie la tache du péché, mais aussi régénère, fortifie et donne la Vie divine au pénitent pour qu’il puisse la partager et l’offrir aux autres.

Dieu recherche en effet notre restauration et notre engagement renouvelé à l’aimer et à le servir. Il nous faut comme Pierre prendre grande conscience de l’amour miséricordieux du Christ ; et, comme lui, prendre la résolution, malgré nos trahisons, d’avancer au large, d’entrer plus profondément dans le mystère de l’amour de Dieu et de vivre de cet amour.

Cependant dans cette démarche de guérison et de restauration, nous devons ouvrir notre cœur au Christ Jésus, lui qui nous demande aujourd’hui de l’aimer plus que notre vie ancienne (car lorsque Jésus demande à Pierre « M’aimes-tu plus que ceux-ci ? », Il fait référence aux poissons pas aux disciples), de l’aimer sincèrement et du fond de notre cœur, de l’aimer malgré ce que nous sommes, malgré nos manquements et nos infidélités, malgré le fait que nous ne serons pas toujours à la hauteur. 

Dans sa réponse à Pierre, Jésus nous indique le chemin que nous devons prendre à sa suite en vue de témoigner de cet amour. Les paroles du Christ : « sois le berger », « sois le pasteur », « un autre te mettra ta ceinture » sont toutes orientées vers le service des autres. On ne peut aimer véritablement le Christ qu’en aimant les Hommes, qu’il a lui-même aimés, et en se sacrifiant pour eux.

Prions

Seigneur Jésus, je prends conscience que malgré mes infidélités et mes trahisons tu veux me restaurer, me donner une 2e chance et une 3e chance. Envoie sur moi ton Esprit Saint ; qu’Il m’aide à abandonner ma vie ancienne, mes « hobbies », mes péchés mignons, pour accueillir ton pardon.  

Intercession

Tu as confié à Pierre la charge de guider ton Peuple. Nous te prions pour tous les pasteurs de ton Eglise. Mets en leur cœur ton Amour afin qu’ils se dévouent au service des hommes, leurs frères.  

Exercice spirituel    

Je réfléchirai au cours de cette journée à qui je n’ai pas pardonné et je prendrai des moyens concrets pour le faire.

Frère Martial SOH TAKAMTE, Séminariste du diocèse de Bafoussam

Version audiohttps://www.youtube.com/watch?v=J10nZHwPvOk


  •  
  •  
  •  
  •  

admin

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
15 + 21 =


Read also x