Quel est le jeûne qui plaît à Dieu ?

Quel est le jeûne qui plaît à Dieu ?
  •  
  •  
  •  
  •  

image_pdfTélécharger en PDF

Lecture du livre du prophète Isaïe (Is 58, 1-9a)

Ainsi parle le Seigneur Dieu :
Crie à pleine gorge ! Ne te retiens pas !
Que s’élève ta voix comme le cor !
Dénonce à mon peuple sa révolte,
à la maison de Jacob ses péchés.
Ils viennent me consulter jour après jour,
ils veulent connaître mes chemins.
Comme une nation qui pratiquerait la justice
et n’abandonnerait pas le droit de son Dieu,
ils me demandent des ordonnances justes,
ils voudraient que Dieu soit proche :
« Quand nous jeûnons,
pourquoi ne le vois-tu pas ?
Quand nous faisons pénitence,
pourquoi ne le sais-tu pas ? »
Oui, mais le jour où vous jeûnez,
vous savez bien faire vos affaires,
et vous traitez durement ceux qui peinent pour vous.
Votre jeûne se passe en disputes et querelles,
en coups de poing sauvages.
Ce n’est pas en jeûnant comme vous le faites aujourd’hui
que vous ferez entendre là-haut votre voix.
Est-ce là le jeûne qui me plaît,
un jour où l’homme se rabaisse ?
S’agit-il de courber la tête comme un roseau,
de coucher sur le sac et la cendre ?
Appelles-tu cela un jeûne,
un jour agréable au Seigneur ?

Le jeûne qui me plaît, n’est-ce pas ceci :
faire tomber les chaînes injustes,
délier les attaches du joug,
rendre la liberté aux opprimés,
briser tous les jougs ?
N’est-ce pas partager ton pain avec celui qui a faim,
accueillir chez toi les pauvres sans abri,
couvrir celui que tu verras sans vêtement,
ne pas te dérober à ton semblable ?
Alors ta lumière jaillira comme l’aurore,
et tes forces reviendront vite.
Devant toi marchera ta justice,
et la gloire du Seigneur fermera la marche.
Alors, si tu appelles, le Seigneur répondra ;
si tu cries, il dira : « Me voici. »

– Parole du Seigneur.

Méditation

Frères et sœurs en Christ, que la grâce de notre Seigneur Jésus Christ abonde dans chacune de nos vies. Si le jeune est l’une des parties majeures du temps de carême, le Seigneur nous interpelle ici sur le type de jeûne qui lui est agréable. Il ne suffit donc pas seulement de se priver de nourriture pendant la journée, mais aussi de se convertir véritablement en abandonnant le mal que nous pratiquons pour ne faire que le bien.

Dans le texte de la première lecture, le Seigneur s’adresse au peuple d’Israël qui jeûne mais n’obtient aucune réponse de lui. Le peuple d’Israël se prive certes de nourriture, s’humilie devant Dieu, mais en même temps il pratique l’injustice, la méchanceté envers les pauvres, se querellent constamment. Le Seigneur les interpelle sur le vrai sens du jeûne qui est un acte spirituel qui doit nous conduire à la conversion.

Ainsi se priver de nourriture n’a de sens que lorsqu’en même temps nous nous éloignons du mal, du péché et que nous pratiquons le bien. Si nous jeûnons et qu’en même temps nous refusons de pardonner ceux qui nous ont offensés, qu’en même temps nous oppressons et exploitons nos employés, nos collègues, qu’en même temps nous insultons et méprisons les autres, alors Dieu n’accueillera pas ce sacrifice.

Le vrai jeûne doit donc être lié à un effort réel de conversion et à la générosité spirituelle et matérielle.  En jeûnant pendant ce carême, nous devons donc nous demander qui dans le monde, autour de nous a besoin que nous prions pour lui ? Quel est le bien que nous pouvons faire pour celui qui est affamé, pour celui qui est sans vêtement dans l’orphelinat de notre ville, dans notre voisinage ou dans les prisons de notre pays ? Comment pouvons-nous agir pour être plus justes envers nos employés, nos patrons ? Que devons-nous améliorer dans notre façon de servir nos clients, nos étudiants, nos élèves, nos patients ? Quel est cet aspect de notre comportement qui nous rend inhumains envers les autres, qui nous empêche de les aimer et de les servir véritablement ?

Jeûner c’est prendre conscience de sa misère et s’approcher de Dieu pour obtenir la force de se convertir, la force de renaître de nouveau dans tel aspect ou tel autre de nos vies. Ainsi le carême devient un véritable temps de pénitence extérieure mais surtout intérieure où nous révisons notre vie afin que le Seigneur nous donne la grâce de la rendre meilleure.

Prions

Seigneur accorde nous la grâce de jeûner véritablement ! Que le jeûne soit une occasion pour nous de conversion véritable, de transformation intérieure et de transformation de notre rapport à notre environnement, à notre société. Prends pitié de nous.

Intercession

Seigneur nous te prions pour tous les chrétiens qui sont responsables d’une structure, entreprise ou simplement ont des charges d’administration, afin que tu leur donnes de traiter bien leurs employés et leur subalternes, afin qu’ils fassent la différence dans ce monde d’injustice.

Sainte Marie intercède pour nous.

Exercice spirituel

Aujourd’hui réfléchissons sur un aspect de notre comportement que nous devons  améliorer dans notre rapport avec les autres, notre façon de les traiter.

Himco Fodjo Flora

Christus Vivit


  •  
  •  
  •  
  •  

admin

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
2 + 22 =


Read also x