Sans Dieu, notre vie tombe en ruine!

Sans Dieu, notre vie tombe en ruine!
  •  
  •  
  •  
  •  

image_pdfTélécharger en PDF

Lectures de la messe

Première lecture

« Toi, l’Agneau, tu fus immolé, rachetant pour Dieu, par ton sang, des gens de toute nation » (Ap 5, 1-10)

Lecture de l’Apocalypse de saint Jean

Moi, Jean,
    j’ai vu,
dans la main droite de celui qui siège sur le Trône,
un livre en forme de rouleau,
écrit au-dedans et à l’extérieur,
scellé de sept sceaux.
    Puis j’ai vu un ange plein de force,
qui proclamait d’une voix puissante :
« Qui donc est digne d’ouvrir le Livre
et d’en briser les sceaux ? »
    Mais personne, au ciel, sur terre ou sous la terre,
ne pouvait ouvrir le Livre et regarder.
    Je pleurais beaucoup,
parce que personne n’avait été trouvé digne
d’ouvrir le Livre et de regarder.
    Mais l’un des Anciens me dit :
« Ne pleure pas.
Voilà qu’il a remporté la victoire,
le lion de la tribu de Juda,
le rejeton de David :
il ouvrira le Livre aux sept sceaux. »

    Et j’ai vu,
entre le Trône, les quatre Vivants et les Anciens,
un Agneau debout, comme égorgé ;
ses cornes étaient au nombre de sept,
ainsi que ses yeux, qui sont les sept esprits de Dieu
envoyés sur toute la terre.
    Il s’avança et prit le Livre
dans la main droite de celui qui siégeait sur le Trône.
    Quand l’Agneau eut pris le Livre,
les quatre Vivants et les vingt-quatre Anciens
se jetèrent à ses pieds.
Ils tenaient chacun une cithare
et des coupes d’or pleines de parfums
qui sont les prières des saints.

    Ils chantaient ce cantique nouveau :    
« Tu es digne, de prendre le Livre
et d’en ouvrir les sceaux,
car tu fus immolé,
rachetant pour Dieu, par ton sang,
des gens de toute tribu,
langue, peuple et nation.
    Pour notre Dieu, tu en as fait
un royaume et des prêtres :
ils régneront sur la terre. »

            – Parole du Seigneur.

Psaume

(Ps 149, 1-2, 3-4, 5-6a.9b)

R/ Peuple de prêtres, peuple de rois,
chante ton Seigneur !
ou     Alléluia !
(cf. Ap 5, 10)

Chantez au Seigneur un chant nouveau,
louez-le dans l’assemblée de ses fidèles !
En Israël, joie pour son créateur ;
dans Sion, allégresse pour son Roi !

Dansez à la louange de son nom,
jouez pour lui, tambourins et cithares !
Car le Seigneur aime son peuple,
il donne aux humbles l’éclat de la victoire.

Que les fidèles exultent, glorieux,
criant leur joie à l’heure du triomphe.
Qu’ils proclament les éloges de Dieu,
c’est la fierté de ses fidèles.

Évangile

« Ah ! si toi aussi, tu avais reconnu en ce jour ce qui donne la paix ! » (Lc 19, 41-44)

Alléluia. Alléluia.
Aujourd’hui, ne fermez pas votre cœur,
mais écoutez la voix du Seigneur.
Alléluia. (cf. Ps 94, 8a.7d)

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

En ce temps-là,
    lorsque Jésus fut près de Jérusalem,
voyant la ville, il pleura sur elle, en disant :
    « Ah ! si toi aussi, tu avais reconnu en ce jour
ce qui donne la paix !
Mais maintenant cela est resté caché à tes yeux.
    Oui, viendront pour toi des jours
où tes ennemis construiront des ouvrages de siège contre toi,
t’encercleront et te presseront de tous côtés ;
    ils t’anéantiront,
toi et tes enfants qui sont chez toi,
et ils ne laisseront pas chez toi pierre sur pierre,
parce que tu n’as pas reconnu
le moment où Dieu te visitait. »

            – Acclamons la Parole de Dieu.

Méditation

Biens aimés de Dieu, bonjour. L’évangile que nous venons d’écouter, nous révèle que sans Dieu notre vie tombe en ruine. Dans cet évangile, Jésus est dépité, il est moralement touché, il est même déçu par la dureté de cœur de ses contemporains, de ceux pour qui il s’est époumoné à annoncer l’évangile.

Le Seigneur Jésus dans sa parole se lamente: « si toi aussi, tu avais reconnu en ce jour ce qui donne la paix ! ». Si tu avais reconnu que moi Je suis Dieu et que je suis le seul chemin vers le bonheur, le seul qui peut satisfaire ton désir de paix et de joie. Si tu avais reconnu en moi la vraie source de vie, alors tu ne serais pas détruit par les autres chemins que tu as emprunté, tu ne subirais pas les conséquences des voies trompeuses qui t’ont séduit. Ta vie serais un fleuve d’eau vive et non pas un marécage de boue.

A travers cet évangile, nous comprenons que nos refus de Dieu ne sont pas sans conséquences. Dieu est le bonheur. Dieu est le sens de notre vie. Si nous rejetons le bonheur, si nous rejetons le sens de notre vie, que devient-elle. Jésus ne dit pas une malédiction contre nous, mais il attire notre attention et il nous interpelle à la conversion.

Dieu nous visite par bien des façons. Il nous a visité le jour de notre baptême, il nous visite tous les jours à travers la parole de Dieu que nous écoutons et les prédications de nos pasteurs. Mais que faisons-nous de ces nombreuses occasions de conversion?

Il n’est jamais tard, parce que cet évangile que nous venons d’écouter peut être une autre occasion de conversion, car par lui, Dieu nous visite encore. Alors, convertissons nous aujourd’hui et maintenant.

Bon nombre de nos malheurs proviennent d’un refus de conversion, d’une recherche du bonheur que Dieu peut donner en d’autres choses. En nous convertissant, en revenant vers le Seigneur, nous nous connectons à la source vivifiante de Dieu, qui vient redonner vie à tous les aspects de notre existence.

Prions

Seigneur notre Père, source véritable du bonheur, accorde nous la grâce de reconnaître ton appel dans nos vies et d’y répondre favorablement afin de trouver ce véritable bonheur que nous recherchons.

Intercession

Pour tous les athées, que le Seigneur leur accorde la grâce de la conversion.

Maman Marie, intercède pour nous.

Exercice spirituel

Que pouvons nous faire aujourd’hui pour répondre à l’appel de Dieu dans notre vie? Pour nous convertir davantage? Faisons-le!

André Kamta

Christus Vivit


  •  
  •  
  •  
  •  

admin

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
30 − 6 =


Read also x