Comme Dieu nous aime, aimons les autres indépendamment de leur comportement, de leur fidélité envers nous !

Comme Dieu nous aime, aimons les autres indépendamment de leur comportement, de leur fidélité envers nous !
  •  
  •  
  •  
  •  

image_pdfTélécharger en PDF

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean (Jn 13, 21-33.36-38)

En ce temps-là,
au cours du repas que Jésus prenait avec ses disciples,
          il fut bouleversé en son esprit,
et il rendit ce témoignage :
« Amen, amen, je vous le dis :
l’un de vous me livrera. »
          Les disciples se regardaient les uns les autres avec embarras,
ne sachant pas de qui Jésus parlait.
          Il y avait à table, appuyé contre Jésus,
l’un de ses disciples, celui que Jésus aimait.
          Simon-Pierre lui fait signe de demander à Jésus
de qui il veut parler.
          Le disciple se penche donc sur la poitrine de Jésus
et lui dit :
« Seigneur, qui est-ce ? »
          Jésus lui répond :
« C’est celui à qui je donnerai la bouchée
que je vais tremper dans le plat. »
Il trempe la bouchée,
et la donne à Judas, fils de Simon l’Iscariote.
          Et, quand Judas eut pris la bouchée,
Satan entra en lui.
Jésus lui dit alors :
« Ce que tu fais, fais-le vite. »
          Mais aucun des convives ne comprit
pourquoi il lui avait dit cela.
          Comme Judas tenait la bourse commune,
certains pensèrent que Jésus voulait lui dire
d’acheter ce qu’il fallait pour la fête,
ou de donner quelque chose aux pauvres.
          Judas prit donc la bouchée, et sortit aussitôt.
Or il faisait nuit.

          Quand il fut sorti, Jésus déclara :
« Maintenant le Fils de l’homme est glorifié,
et Dieu est glorifié en lui.
                   Si Dieu est glorifié en lui,
Dieu aussi le glorifiera ;
et il le glorifiera bientôt.

                   Petits enfants,
c’est pour peu de temps encore
que je suis avec vous.
Vous me chercherez,
et, comme je l’ai dit aux Juifs :
“Là où je vais,
vous ne pouvez pas aller”,
je vous le dis maintenant à vous aussi. »

          Simon-Pierre lui dit :
« Seigneur, où vas-tu ? »
Jésus lui répondit :
« Là où je vais,
tu ne peux pas me suivre maintenant ;
tu me suivras plus tard. »
          Pierre lui dit :
« Seigneur, pourquoi ne puis-je pas te suivre à présent ?
Je donnerai ma vie pour toi ! »
          Jésus réplique :
« Tu donneras ta vie pour moi ?
Amen, amen, je te le dis :
le coq ne chantera pas
avant que tu m’aies renié trois fois. »

                        – Acclamons la Parole de Dieu.

Méditation

Frères et sœurs en Christ, que la grâce de notre Seigneur soit avec chacun d’entre nous. Nous nous rapprochons aujourd’hui de la passion du Seigneur, du moment de son don ultime pour l’humanité. Jésus est avec ses disciples, les personnes qui lui sont le plus proches et pourtant, il le sait, ils vont tous le trahir, chacun à sa manière à l’exception de Jean. Juda va vendre Jésus pour trente pièces, Pierre va le renier et les autres vont l’abandonner pendant sa passion. Mais Jésus est pourtant attablé avec eux et il les regarde, particulièrement Juda et Pierre, avec amour. Il les traite tous avec beaucoup d’amour. Pourquoi ?

L’amour de Jésus pour nous n’est pas conditionné par notre comportement, par nos actions, par notre fidélité. Non, Jésus nous aime au-delà de nos faiblesses et même dans nos faiblesses et nos trahisons quotidiennes. Pensons à toutes les fois où nous avons trahi Jésus en refusant de mettre en pratique sa parole, en le reniant devant les autres par exemple en omettant de faire le signe de croix, en essayant de cacher notre identité chrétienne, en faisant du mal à nos frères. Chacun d’entre nous à sa manière trahit le Christ et pourtant il nous aime et nous regarde avec amour comme les disciples car il sait bien que sans lui nous ne sommes rien.

C’est malheureusement ce que Judas n’a pas compris et que les autres disciples ont pu accueillir dans leur cœur. Oui, le malheur n’est pas de pécher, mais de laisser le péché nous éloigner de Dieu, de laisser le péché nous enfoncer dans le mal, de refuser l’amour miséricordieux de Jésus. Peu importe la gravité du péché que nous avons commis, Dieu lui nous tend les bras avec amour. Il sait qu’avec lui nous avons la capacité d’être la lumière du monde car il est notre force lorsque nous sommes faibles, lumière dans nos obscurités.

C’est aussi un appel du Seigneur à regarder nos frères avec amour, avec miséricorde malgré leurs trahisons et leurs fautes quotidiennes. Comme Jésus savait que les autres allaient le trahir, ainsi nous devons aussi accepter que l’autre peut faillir, peut nous faire du mal même intentionnellement et nous devons être prêts avec la force du Seigneur à les regarder avec amour, à pardonner.  

Revenons en nous-mêmes. Comment réagissons-nous lorsque nous sommes tombés ? Est-ce que nous laissons notre faute nous éloigner de Dieu où est-ce une occasion de revenir encore plus vite vers Dieu ? Comment regardons-nous ceux qui nous ont trahis ? Ceux qui nous ont fait du mal ? Est-ce avec amour comme Jésus ? Avec miséricorde ?

Prions

Seigneur, merci infiniment pour ton amour et ta grâce infinie malgré nos différentes trahisons quotidiennes. Pardonne-nous si souvent de laisser le péché nous éloigner de toi. Aide nous à compter sur toi plus que sur nous-mêmes et à demeurer dans l’assurance de ton amour infini pour nous.

Intercession

Seigneur, nous te prions particulièrement aujourd’hui pour ceux qui se sont laissés piéger par leur péché et se sont détournés de toi, donne leur la grâce de découvrir véritablement ton amour et de revenir à toi.

Maman Marie intercède pour nous.

Exercice spirituel

Aujourd’hui, méditons aujourd’hui sur notre comportement lorsque l’autre nous a blessés, si notre réaction n’est pas semblable à celle de Jésus, demandons-lui la grâce d’aimer l’autre au-delà de ses faiblesses.

Himco Fodjo Flora

Christus Vivit


  •  
  •  
  •  
  •  

admin

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
27 × 27 =


Read also x