Dieu aime et bénit abondamment ceux qui le servent fidèlement !

Dieu aime et bénit abondamment ceux qui le servent fidèlement !
  •  
  •  
  •  
  •  

image_pdfTélécharger en PDF

Lectures de la messe

Première lecture

« Présentez-vous à Dieu comme des vivants revenus d’entre les morts » (Rm 6, 12-18)

Lecture de la lettre de saint Paul apôtre aux Romains

Frères,
    il ne faut pas que le péché règne dans votre corps mortel
et vous fasse obéir à ses désirs.
    Ne présentez pas au péché les membres de votre corps
comme des armes au service de l’injustice ;
au contraire, présentez-vous à Dieu
comme des vivants revenus d’entre les morts,
présentez à Dieu vos membres
comme des armes au service de la justice.
    Car le péché n’aura plus de pouvoir sur vous :
en effet, vous n’êtes plus sujets de la Loi,
vous êtes sujets de la grâce de Dieu.
    Alors ? Puisque nous ne sommes pas soumis à la Loi
mais à la grâce,
allons-nous commettre le péché ?
Pas du tout.
    Ne le savez-vous pas ?
Celui à qui vous vous présentez comme esclaves
pour lui obéir,
c’est de celui-là, à qui vous obéissez,
que vous êtes esclaves :
soit du péché, qui mène à la mort,
soit de l’obéissance à Dieu, qui mène à la justice.
    Mais rendons grâce à Dieu :
vous qui étiez esclaves du péché,
vous avez maintenant obéi de tout votre cœur
au modèle présenté par l’enseignement qui vous a été transmis.
    Libérés du péché,
vous êtes devenus esclaves de la justice.

            – Parole du Seigneur.

Psaume

(Ps 123 (124), 1-3, 4-6, 7-8)

R/ Notre secours est dans le nom du Seigneur. (Ps 123, 8a)

Sans le Seigneur qui était pour nous
– qu’Israël le redise –
sans le Seigneur qui était pour nous
quand des hommes nous assaillirent,
alors ils nous avalaient tout vivants,
dans le feu de leur colère.

Alors le flot passait sur nous,
le torrent nous submergeait ;
alors nous étions submergés
par les flots en furie.
Béni soit le Seigneur
qui n’a pas fait de nous la proie de leurs dents !

Comme un oiseau, nous avons échappé
au filet du chasseur ;
le filet s’est rompu :
nous avons échappé.
Notre secours est dans le nom du Seigneur
qui a fait le ciel et la terre.

Évangile

« À qui l’on a beaucoup donné, on demandera beaucoup » (Lc 12, 39-48)

Alléluia. Alléluia.
Veillez, tenez-vous prêts :
c’est à l’heure où vous n’y penserez pas
que le Fils de l’homme viendra.
Alléluia. (cf. Mt 24, 42a.44)

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

En ce temps-là,
Jésus disait à ses disciples :
    « Vous le savez bien :
si le maître de maison avait su à quelle heure le voleur viendrait,
il n’aurait pas laissé percer le mur de sa maison.
    Vous aussi, tenez-vous prêts :
c’est à l’heure où vous n’y penserez pas
que le Fils de l’homme viendra. »
    Pierre dit alors :
« Seigneur, est-ce pour nous que tu dis cette parabole,
ou bien pour tous ? »
    Le Seigneur répondit :
« Que dire de l’intendant fidèle et sensé
à qui le maître confiera la charge de son personnel
pour distribuer, en temps voulu, la ration de nourriture ?
    Heureux ce serviteur
que son maître, en arrivant, trouvera en train d’agir ainsi !
    Vraiment, je vous le déclare :
il l’établira sur tous ses biens.
    Mais si le serviteur se dit en lui-même :
“Mon maître tarde à venir”,
et s’il se met à frapper les serviteurs et les servantes,
à manger, à boire et à s’enivrer,
    alors quand le maître viendra,
le jour où son serviteur ne s’y attend pas
et à l’heure qu’il ne connaît pas,
il l’écartera
et lui fera partager le sort des infidèles.
    Le serviteur qui, connaissant la volonté de son maître,
n’a rien préparé et n’a pas accompli cette volonté,
recevra un grand nombre de coups.
    Mais celui qui ne la connaissait pas,
et qui a mérité des coups pour sa conduite,
n’en recevra qu’un petit nombre.
À qui l’on a beaucoup donné,
on demandera beaucoup ;
à qui l’on a beaucoup confié,
on réclamera davantage. »

            – Acclamons la Parole de Dieu.

Méditation

Bien-aimés dans le Seigneur Dieu soit loué en tout temps. Dans l’Évangile de ce jour, comme dans celui d’hier, le Seigneur nous présente les bienfaits de la persévérance à son service et les méfaits de la démission ou de la distraction. La semaine dernière nous célébrions la mission, il y a lieu de dire aujourd’hui qu’il ne faut pas être un missionnaire démissionnaire.  Il faut rester fidèle à la mission que Dieu nous confie, car c’est en l’accomplissant jusqu’au bout que nous seront sauvés, non en démissionnant en chemin.

C’est dire que d’une part, les serviteurs sensés et fidèles, qui accomplissent la volonté de leur maître seront honorés par celui-ci à son retour. Il s’agit de ceux qui font la volonté de Dieu, accomplissent leur devoir d’état sans s’en détourner. Dieu les bénit abondamment et, par-dessus le marché, leur accorde le salut éternel. Les serviteurs sensés et fidèles aiment le maître, ils aiment Dieu et Dieu les honore. Jésus l’avait déjà dit dans l’Évangile selon Saint Jean: « Si quelqu’un m’aime, il gardera ma parole ; mon Père l’aimera, nous viendrons vers lui et, chez lui, nous nous ferons une demeure (Jn14, 23).

D’autre part, les serviteurs insensés et infidèles, ceux qui se détournent de la volonté de leur maître, recevront un grand nombre de coups, car, connaissant très bien la volonté de leur maître sont volontairement passés outre. Il s’agit de ceux qui négligent ou n’accomplissent pas de bon cœur leur devoir d’état, leur vocation. Ceux-ci s’aiment eux-mêmes plus que le maître, ils s’aiment plus que Dieu.

Nous serons donc jugés sur la manière d’accomplir notre devoir d’état. C’est dans mon devoir d’état que Dieu m’attend le plus, qu’il me rejoint. Suis-je étudiant, étudiante, alors mon devoir d’état sont mes études, Dieu m’y attend, Suis-je enseignant, responsables de famille, prêtre, pasteur, etc. Dieu me rejoint dans mon devoir d’état. Il me bénit et me comble lorsque je l’accomplis avec fidélité, assiduité, avec persévérance.

Notre Seigneur distingue deux catégories de serviteurs insensés et infidèles : la première est constituée de ceux qui n’accomplissent pas la volonté de Dieu parce qu’ils l’ignorent. L’on peut dire que ce sont les non-chrétiens. Ils seront punis, mais pas sévèrement. Mais la deuxième catégorie de serviteurs insensés et infidèles, constituée de ceux qui connaissent très bien la volonté de Dieu, seront sévèrement punis. Il s’agit de ceux et celles qui, étant chrétiens ou chrétiennes, vivent comme s’ils ne l’étaient pas, en foulant au pied les préceptes du Seigneur. C’est dire que même avec le Seigneur, un homme ou une femme avertie(e) en vaut deux.

Prions

Père Éternel, donne-nous la grâce de te demeurer fidèles jusqu’au bout, en accomplissant notre devoir d’état avec rigueur et persévérance. Nous te le demandons par Jésus-Christ ton fils, notre seigneur. Amen.

Intercession

Seigneur, nous te prions pour tous les chrétiens qui, connaissant ta volonté, ne s’efforcent plus à l’accomplir. Redonne vie et vigueur à leur foi, à leur espérance et à leur charité.

Vierge Marie, intercède pour nous.

Exercice spirituel

Prenons un temps pour examiner la qualité de notre vie chrétienne en nous posant ces questions : est-ce que je suis encore ou toujours au service du Seigneur mon Dieu ? Sinon, quelles sont les choses qui me distraient encore et me détournent de son service ?

Loué soit Jésus-Christ.

André Kamta Sabang, Communauté des Disciples du Christ Vivant


  •  
  •  
  •  
  •  

admin

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
25 + 30 =


Read also x