Ne soyons pas jaloux des autres, mais humblement, combattons notre ignorance en apprenant d’eux !

Ne soyons pas jaloux des autres, mais humblement, combattons notre ignorance en apprenant d’eux !
  •  
  •  
  •  
  •  

image_pdfTélécharger en PDF

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc (Mc 12, 13-17)

En ce temps-là,
    on envoya à Jésus des pharisiens et des partisans d’Hérode
pour lui tendre un piège en le faisant parler,
    et ceux-ci vinrent lui dire :
« Maître, nous le savons : tu es toujours vrai ;
tu ne te laisses influencer par personne,
car ce n’est pas selon l’apparence que tu considères les gens,
mais tu enseignes le chemin de Dieu selon la vérité.
Est-il permis, oui ou non,
de payer l’impôt à César, l’empereur ?
Devons-nous payer, oui ou non ? »
    Mais lui, sachant leur hypocrisie, leur dit :
« Pourquoi voulez-vous me mettre à l’épreuve ?
Faites-moi voir une pièce d’argent. »
    Ils en apportèrent une,
et Jésus leur dit :
« Cette effigie et cette inscription,
de qui sont-elles ?
– De César », répondent-ils.
    Jésus leur dit :
« Ce qui est à César, rendez-le à César,
et à Dieu ce qui est à Dieu. »
Et ils étaient remplis d’étonnement à son sujet.

Méditation

Bien-aimés du Christ, que le Seigneur soit avec vous ! L’Évangile d’aujourd’hui nous présente un groupe de pharisiens et d’hérodiens qui s’approchent de Jésus pour lui poser une question. Apparemment, ils viennent pour être éclairer sur un sujet, mais en vérité, ils veulent piéger Jésus et trouver par là un moyen de l’accuser. Les hérodiens et les pharisiens dans la Bible détenaient le pouvoir religieux et politique. Jésus représentait une menace à leur pouvoir et à leur prestige. Que pouvons-nous apprendre de leur comportement à l’égard de Jésus ?

Si nous rentrons en nous-mêmes frères et sœurs, nous constaterons que nous ressemblons souvent à ces pharisiens. Beaucoup d’entre nous avons nos « Jésus ». En effet, nous connaissons des personnes, dans nos familles, au travail, à l’église qui ont un caractère exemplaire, qui sont meilleures, qui font bien toutes les tâches qui leur sont demandées, qui ont toujours une réponse éclairée à chaque question, qui sont simplement de très bonnes personnes.

Au lieu d’aller vers elles pour apprendre, pour nous améliorer, pour profiter des dons que le Seigneur a mis en ces personnes, nous faisons partie de ceux qui leur mettent des bâtons dans les roues. Nous les calomnions : « Il se prend même pour qui ? », « Il pense qu’il est mieux que moi ? », « il joue au sabitou ! ». De plus, nous faisons tout pour trouver quelque chose qu’ils n’ont pas bien faits, pour les accuser, nous sabotons leur travail. Nous refusons d’admettre qu’ils en savent plus et que nous avons des lacunes.

Pourquoi faisons-nous cela ? Posons-nous la question : Sommes-nous capables de voir l’autre s’épanouir, être meilleur que nous ? Quelle est notre attitude quand un membre de la famille est plus aimé que nous ? Quand un collègue est meilleur que nous et mieux vu que nous? Quand quelqu’un a plus de connaissances et d’expérience que nous ? Laissons-nous cette personne nous enseigner ? Laissons-nous cette personne briller ? Ou plutôt avons-nous peur de perdre notre travail ? Notre popularité ? L’amour des autres ? Que sommes-nous capables de faire pour garder notre position ?

L’envie et l’orgueil peuvent conduire au pire. Les hérodiens et les pharisiens ont fini par trouver un moyen de tuer Jésus, tout comme nous pouvons trouver un moyen d’anéantir l’autre, de le chasser. Combien de vies ont été détruites, combien de personnes ont été blessées, humiliées parce que nous étions jaloux de leurs talents ? Elle peut  nous faire passer à côté des merveilles que Dieu avait en réserve pour nous.

Tout comme nous avons des choses à apporter au monde, Dieu dans sa bonté a aussi donné à d’autres des grâces qui doivent servir au plus grand nombre. Choisissons plutôt d’encourager, de complimenter de faire briller les grâces des autres. Choisissons de reconnaître nos limites et sachons que nous pouvons apprendre de l’autre, que Dieu l’a placé sur notre chemin, non pour notre perdition mais pour notre salut. Ces hérodiens, s’ils étaient venus à Jésus en disant : « Seigneur, vraiment tu es exceptionnel, tu es vraiment grand, vraiment doué, vraiment sage, vraiment amour : apprend nous à être comme toi, apprends-nous et aide-nous à nous transformer. », alors, ils auraient eu la grâce du salut ? » Le Seigneur n’a-t-il pas déclaré que ses disciples feront ce qu’il a fait et plus encore ?

Prions :

Seigneur, pardonne-nous toutes les fois où par jalousie et envie, nous avons été un frein à l’épanouissement de l’autre. Les autres ne sont pas une menace pour nous, mais bien des grâces que tu mets sur notre chemin pour que nous puissions devenir meilleurs et que le monde puisse devenir meilleur. Guéris-nos cœurs de ces poisons que sont l’orgueil et l’envie.

Vierge Marie, toi, qui as toujours su laisser la place aux autres, intercède pour nous.

Intercession

 Seigneur nous te prions pour tous ceux qui ont des pouvoirs dans l’Église et dans le monde, particulièrement les présidents de nombreux états. Accorde-leur la grâce d’accepter la différence, d’accepter le changement. Qu’ils ne combattent plus ceux qui pensent autrement qu’eux, lorsque ceux-ci sont dans la vérité.

Exercice spirituel

Aujourd’hui, essayons de faire du bien, de complimenter ou d’encourager quelqu’un dans notre entourage ou au travail qui est un modèle.


  •  
  •  
  •  
  •  

admin

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
29 − 5 =


Read also x