Reconnaître la valeur de l’autre nous rend plus grand!

Reconnaître la valeur de l’autre nous rend plus grand!
  •  
  •  
  •  
  •  

image_pdfTélécharger en PDF

Lectures de la messe

Première lecture

« Tu seras le berger d’Israël mon peuple » (2 S 5, 1-7.10)

Lecture du deuxième livre de Samuel

En ces jours-là,
    toutes les tribus d’Israël vinrent trouver David à Hébron
et lui dirent :
« Vois ! Nous sommes de tes os et de ta chair.
    Dans le passé déjà, quand Saül était notre roi,
c’est toi qui menais Israël en campagne et le ramenais,
et le Seigneur t’a dit :
“Tu seras le berger d’Israël mon peuple,
tu seras le chef d’Israël.” »
    Ainsi, tous les anciens d’Israël
vinrent trouver le roi à Hébron.
Le roi David fit alliance avec eux, à Hébron,
devant le Seigneur.
Ils donnèrent l’onction à David
pour le faire roi sur Israël.
    Il avait trente ans quand il devint roi,
et il régna quarante ans :
    à Hébron il régna sur Juda pendant sept ans et demi ;
et à Jérusalem il régna trente-trois ans,
à la fois sur Israël et sur Juda.

    Le roi avec ses hommes marcha sur Jérusalem
contre les habitants de la région, les Jébuséens.
On lui dit :
« Tu n’entreras pas ici :
des aveugles et des boiteux suffiraient à te repousser. »
Autrement dit : David n’entrera pas ici.
    Mais David s’empara de la forteresse de Sion
– c’est la Cité de David.

    David devint de plus en plus puissant.
Le Seigneur, Dieu des armées, était avec lui.

            – Parole du Seigneur.

Psaume

(Ps 88 (89), 20, 21-22, 25-26)

R/ Ton amour et ta fidélité
sont avec lui, Seigneur.
(cf. Ps 88, 25a)

Autrefois, tu as parlé à tes amis,
dans une vision tu leur as dit :
« J’ai donné mon appui à un homme d’élite,
j’ai choisi dans ce peuple un jeune homme.

« J’ai trouvé David, mon serviteur,
je l’ai sacré avec mon huile sainte ;
et ma main sera pour toujours avec lui,
mon bras fortifiera son courage.

« Mon amour et ma fidélité sont avec lui,
mon nom accroît sa vigueur ;
j’étendrai son pouvoir sur la mer
et sa domination jusqu’aux fleuves. »

Évangile

« C’en est fini de Satan » (Mc 3, 22-30)

Alléluia. Alléluia.
Notre Sauveur, le Christ Jésus, a détruit la mort ;
il a fait resplendir la vie par l’Évangile.
Alléluia. (2 Tm 1, 10)

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc

En ce temps-là,
    les scribes, qui étaient descendus de Jérusalem, disaient :
« Ce Jésus est possédé par Béelzéboul ;
c’est par le chef des démons
qu’il expulse les démons. »
    Les appelant près de lui,
Jésus leur dit en parabole :
« Comment Satan peut-il expulser Satan ?
    Si un royaume est divisé contre lui-même,
ce royaume ne peut pas tenir.
    Si les gens d’une même maison se divisent entre eux,
ces gens ne pourront pas tenir.
    Si Satan s’est dressé contre lui-même, s’il est divisé,
il ne peut pas tenir ;
c’en est fini de lui.
    Mais personne ne peut entrer
dans la maison d’un homme fort et piller ses biens,
s’il ne l’a d’abord ligoté.
Alors seulement il pillera sa maison.
    Amen, je vous le dis :
Tout sera pardonné aux enfants des hommes :
leurs péchés et les blasphèmes qu’ils auront proférés.
    Mais si quelqu’un blasphème contre l’Esprit Saint,
il n’aura jamais de pardon.
Il est coupable d’un péché pour toujours. »
    Jésus parla ainsi parce qu’ils avaient dit :
« Il est possédé par un esprit impur. »

            – Acclamons la Parole de Dieu.

Méditation

Frères et soeurs en Christ, que la grâce de notre Seigneur Jésus Christ abonde dans chacune de nos vies. Aujourd’hui, le texte de l’évangile nous présente le Seigneur Jésus, accusé par les scribes d’être possédé par un démon. Jésus vient de faire le bien, de guérir des malades, de les libérer des démons, mais les scribes jaloux de sa réputation grandissante, cherchent à le salir et à remettre en cause ce qu’il fait.

En effet, les scribes étaient les meneurs du peuple, ceux chargés de leur montrer la loi et de les amener à appliquer cette loi juive. Au lieu de se réjouir des miracles que le Seigneur Jésus accomplit, ils cherchent plutôt à le dénigrer et à l’accuser.

Nous aussi, parfois nous sommes envieux de la notoriété, du talent, de la situation de l’autre. Alors au lieu de nous réjouir pour lui ou elle, nous préférons accuser ses personnes de connivence avec le diable, nous essayons de noircir avec nos paroles et nos commentaires tout ce que l’autre fait. Nous l’accusons de sorcellerie, de provenance soupçonneuse de leurs biens. On ne peut pas simplement accepter que Dieu peut bénir l’autre où que cette personne nous dépasse.

Dans l’église, entre les églises, dans les familles, les querelles, les divisions naissent parce que les uns ne veulent pas respecter et apprécier les valeurs, les apports de l’autre et n’acceptent pas que certains les dépassent. Parfois cela va jusqu’à l’empoisonnement, des actes de violence etc……

Les chrétiens dans l’église et entre les églises passent le temps à s’auto-juger, à se critiquer les uns et les autres et au lieu de combattre ensemble pour le Christ, se battent l’un contre l’autre. Et pourtant, reconnaître la valeur de l’autre n’enlève en rien la nôtre.

Alors revenons en nous-mêmes. Comment réagissons-nous quand l’autre excelle dans un domaine où nous sommes moyen? Quand l’autre semble avoir plus? Que faisons nous pour être des agents de paix dans nos familles et nos églises et dans la société.

Prions

Seigneur accorde nous la grâce de savoir nous réjouir de tes bienfaits dans la vie des autres et d’être des agents d’unité dans nos pays.

Intercession

Pour l’unité entre les églises, qu’elles travaillent dans la tolérance et dans ce qui les unit au lieu de s’attarder sur les différences.

Maman Marie, intercède pour nous.

Exercice spirituel

Prions une dizaine de chapelet pour l’unité dans notre famille et dans l’église.

Flora Kamta, Communauté des Disciples du Christ Vivant


  •  
  •  
  •  
  •  

admin

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
36 ⁄ 12 =


Read also x